Vivre sa foi pendant ce temps de confinement

PAROISSE SAINT LAZARE SAINT NICOLAS
Semaine anniversaire de l’encyclique Laudato’Si
UN JEU A VIVRE EN FAMILLE ET EN PAROISSE !

Pour répondre aux défis de notre temps, il est essentiel d’écouter ce que la nature nous dit et d’identifier ce qu’elle nous donne gratuitement chaque jour. Dans le cadre de sa démarche Eglise Verte, la Commission Ecologie de la paroisse vous propose donc de participer activement à cette semaine Laudato Si’ en jouant avec la Nature ! Une semaine, 8 jours, 1 jeu par jour… Prêt ? Partons !

Le concours est prolongé jusqu’au 12 juillet

Jeu écologie intégrale
Voici quelques prières ou méditation pour nourrir votre foi :

Trois prières de membres d’équipes Parole de Dieu écrites pendant le temps du confinement.

Pour le temps de dé-confinement et pour après...

à partir du Psaume 21(22)
Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi t’avons-nous abandonné ?
Nous ne trouvons plus le sens de notre existence.
Mon Dieu, jusqu’à quand nous laisseras-tu faire ?
Même l’avenir de notre Terre est problématique.

Pirère pour le dé-confinement

Pour tous les Simon de Cyrène

Jésus, dès les premiers pas sur ton chemin vers le Golgotha, Simon, qui
revenait de sa journée de travail, a été appelé pour t’aider à porter ta
croix.
Vos regards se sont alors croisés et Simon s’est mis à te suivre, jusqu’en
haut de la colline, ajoutant cette nouvelle charge au fardeau de sa
journée de labeur dans les champs.
...pour lire la suite cliquer sur le document ci-dessous :

Simon de Cyrène

Dans la solitude du confinement, se tourner vers le Seigneur

En ce premier jour de confinement, inspiré par Daniel, Jean, debout,
priait ainsi ; dans sa solitude, il dit :...pour lire la suite cliquer sur le document ci-dessous :

Autour du covid 19
La liturgie dominicale :
Bien que les célébrations eucharistiques aient repris dans nos églises, des personnes vulnérables ne pourront nous rejoindre, ainsi que celles qui feront le choix de la prudence en ce temps de dé-confinement.

Elles pourront prier avec « Le jour du Seigneur » à la télévision (11h sur France 2), avec KTO, le site du diocèse (https://www.diocese49.org/), RCF.

Pour vivre cette messe du dimanche à la maison, il est bon de penser à aménager la pièce où nous prions, de s’habiller correctement, d’allumer une bougie, de couper son téléphone, et de participer aux prières comme chacun le ferait à l’église.

13è dimanche temps ordinaire A – 28 juin 2020

Liturgie préparée par l’équipe OPEN

« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera. »

L’évangile de ce dimanche nous présente la radicalité du choix évangélique. Radicalité que vivent Bruno et Jean, ordonnés prêtres ce dimanche pour le service de l’Evangile et de l’Eglise. Prendre le chemin avec Jésus et à sa suite, c’est vivre le don de soi à la rencontre de Dieu lui-même : « Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. »

Comme le dit Bruno lui-même dans l’éditorial de la feuille paroissiale de ce dimanche, Bruno et Jean ne sont pas deux super héros. Ils ne sont ni meilleurs, ni moins bien que quiconque, ils sont des « êtres donnés », car Dieu est don, don d’amour, don de vie. Telle cette fécondité que Dieu donne à cette femme de Sunam dans le livre des Rois. Telle cette communion à la mort et à la résurrection du Christ décrit par Saint Paul aux chrétiens de Rome, pour mener une vie nouvelle. Alors oui, comme le psalmiste, disons : « L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ! »

Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.

Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

Edito de la feuille paroissiale : Ni héros, ni zéros !

Le Seigneur, ce 28 juin, vous donne deux nouveaux prêtres. Il ne vous donne pas deux statues ! Ce n’est pas sur un piédestal qu’il faut nous mettre, en disant « c’est un saint homme ». Mettez-nous plutôt dans le cœur de Dieu par votre prière. Et profitez-en pour y demeurer vous-aussi dans son intimité.

Il ne vous donne pas deux PDG ! Il fait de nous des pasteurs, pas meilleurs que vous, mais en face de vous. Nous serons les mains de Dieu, avec les pouvoirs que nous recevons pour votre salut. Nous avons mission de mener les hommes à Dieu et de mener Dieu aux hommes.

Il ne vous donne pas deux mannequins de vitrine ! Ce n’est pas nous qu’il faut admirer, admirez plutôt l’audace du Seigneur de nous avoir choisis. Il nous appelle à marcher sur l’eau !

Il ne vous donne pas deux supermen ! Le choix de Dieu ne fait pas de nous des surhommes, sans limites, ni faiblesses ni péchés. Il fait de nous des ouvriers.

Ni héros, car sans le Seigneur nous ne pouvons rien faire. Ni zéros, car en nous appelant, il nous fait miséricorde.

Bruno RAFFARA, Ordonné prêtre ce dimanche

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Écoute ton Dieu t’appelle

R/ Écoute, ton Dieu t’appelle : « Viens, suis-moi ! »
Lève-toi et ne crains pas de marcher avec Lui :
Il est ton chemin de Vie, la Route de ta Joie (bis) !

1. Accueille le Christ, Il est ton Sauveur, la Vie que le Père donne en abondance,
Lui la vraie lumière, la vérité qui rend libre. Sa Parole vient réveiller ton cœur.

2. Quitte le cortège de l’indifférence, laisse les sentiers de ton désespoir,
Détourne les yeux des mirages qui séduisent ; tu as soif d’un amour vrai et pur.

3. Cherche son visage, écoute sa voix ! Dans l’humble prière, découvre sa joie,
Cherche sa Présence au milieu de son Église ! De Lui seul jaillit ta plénitude.

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.
Le Seigneur soit avec vous. Et avec votre esprit. Amen.

En communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : Messe de Patrick Richard

1- Seigneur Jésus-Christ envoyé par le Père pour sauver tous les hommes, Seigneur prends pitié.
Seigneur prends pitié des pécheurs que nous sommes, Seigneur prends pitié (4 fois)

2- Toi qui es venu appeler les pécheurs, toi l’avenir de l’homme, O Christ prends pitié
O Christ prends pitié des pécheurs que nous sommes, O Christ prends pitié (4 fois)

3- Seigneur élevé dans la gloire du Père, intercède pour l’homme, Seigneur prends pitié
Seigneur prends pitié des pécheurs que nous sommes, Seigneur prends pitié (4 fois)

Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne tous nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

Gloire à Dieu : Messe de Patrick Richard

R/ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime Gloire à Dieu au plus haut des cieux, Gloire, gloire, gloire à Dieu !

1- Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions,
et nous te rendons grâce, pour ton immense gloire.

2- Seigneur Dieu, le Père tout-puissant, Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
Seigneur, Agneau de Dieu, le Fils du Père.

3- Toi qui enlèves tous les péchés, sauve-nous du mal, prends pitié
assis auprès du Père, écoute nos prières.

4- Car toi seul es saint et Seigneur, toi seul es le Très-Haut, Jésus Christ,
avec le Saint-Esprit, dans la gloire du Père.

Prière d’ouverture :

Tu as voulu, Seigneur, qu’en recevant ta grâce nous devenions des fils de lumière ; ne permets pas que l’erreur nous plonge dans la nuit, mais accorde-nous d’être toujours rayonnants de ta vérité. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec Toi, Père, et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Celui qui s’arrête chez nous est un saint homme de Dieu »

Lecture du deuxième livre des Rois (2 R 4, 8-11.14-16a)

Un jour, le prophète Élisée passait à Sunam ; une femme riche de ce pays insista pour qu’il vienne manger chez elle. Depuis, chaque fois qu’il passait par là, il allait manger chez elle.
Elle dit à son mari : « Écoute, je sais que celui qui s’arrête toujours chez nous est un saint homme de Dieu. Faisons-lui une petite chambre sur la terrasse ; nous y mettrons un lit, une table, un siège et une lampe, et quand il viendra chez nous, il pourra s’y retirer. »
Le jour où il revint, il se retira dans cette chambre pour y coucher. Puis il dit à son serviteur : « Que peut-on faire pour cette femme ? » Le serviteur répondit : « Hélas, elle n’a pas de fils, et son mari est âgé. »
Élisée lui dit : « Appelle-la. » Le serviteur l’appela et elle se présenta à la porte.
Élisée lui dit : « À cette même époque, au temps fixé pour la naissance, tu tiendras un fils dans tes bras. »

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Psaume  : 88 (89), 2-3, 16-17, 18-19)

Refrain : Sans fin, Seigneur, nous chanterons ton amour.

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ; ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.
Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours ; ta fidélité est plus stable que les cieux.

Heureux le peuple qui connaît l’ovation ! Seigneur, il marche à la lumière de ta face ;
Tout le jour, à ton nom il danse de joie, fier de ton juste pouvoir.

Tu es sa force éclatante ; ta grâce accroît notre vigueur.
Oui, notre roi est au Seigneur ; notre bouclier, au Dieu saint d’Israël.

Deuxième lecture : « Unis, par le baptême, à la mort et à la résurrection du Christ »

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (6, 3-4.8-11)

Frères, ne le savez-vous pas ?
Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême.
Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts.
Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui.
Car lui qui est mort, c’est au péché qu’il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c’est pour Dieu qu’il est vivant.
De même, vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus Christ.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (Angevin)

Alléluia. Alléluia. Descendance choisie, sacerdoce royal, nation sainte, annoncez les merveilles de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. Alléluia.

Évangile  : « Celui qui ne prend pas sa croix n’est pas digne de moi. Qui vous accueille m’accueille »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (10, 37-42)

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres :
« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera.
Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste.
Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie  : de Jean-Paul

En ce chapitre 10, nous méditons le deuxième grand discours de l’Evangile selon St Matthieu, et ce second discours porte sur l’expérience missionnaire. Il s’intéresse aux Douze apôtres, les collaborateurs directs du ministère de Jésus en Israël ; mais aussi aux agents missionnaires de l’Eglise de Matthieu, dans les années 80 des débuts de l’Eglise ; et au-delà d’eux, ce discours rejoint chacun de nous, nous qui sommes tous appelés à devenir missionnaire.

L’Evangile nous rappelle que suivre le Christ impose le renoncement à ses affections : « celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, celui qui aime son fils et sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. » Non pas qu’il ne faille pas aimer son père, sa mère, son fils ou sa fille, mais l’engagement pour la mission implique des choix, des départs… Il peut même conduire à la croix : « Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. » Un missionnaire accepte de perdre sa vie pour en trouver une autre, éternelle : « Qui veut garder sa vie pour soi la perdra ; qui perdra sa vie à cause de moi la gardera. »

Notons également que dans la vie missionnaire, la communion entre le maître et son disciple atteint son sommet : Recevoir l’envoyé de Jésus, c’est recevoir Jésus et par là, Dieu lui-même : « Qui vous accueille m’accueille et accueille celui qui m’a envoyé. » Matthieu détaille même cet accueil :

  • être reçu en « prophète », on qualifiait ainsi les prédicateurs de l’évangile au temps de Matthieu ;
  • être reçu en « juste », on qualifiait ainsi les « scribes chrétiens » chargés d’enseigner les Ecritures ;
  • être reçu en petit, c’est-à-dire comme un chrétien quelconque, un simple disciple de Jésus.

Comment comprendre ces appels à la mission lancés dans cet évangile de Matthieu ?

Au temps de Jésus, les Douze Apôtres ont vécu avant tout en disciples, suivant Jésus dans le dépouillement et la confiance, avant que n’existent les titres de « prophètes » ou de « justes » chez les premiers chrétiens. Ils n’ont pas hésité à quitter leur famille pour annoncer à la suite de Jésus le Bonne Nouvelle. Et beaucoup d’entre eux sont morts martyrs à cause de leur foi. C’est en cela qu’ils s’imposent comme le modèle de la mission. Jésus a enseigné et prêché ; les Douze ont continué la mission. Par le don de leur vie, nous sommes aujourd’hui ici, assis dans cette Eglise, car la Parole a ainsi pu être transmise de génération en génération…

Au temps de l’Eglise de Matthieu dans les années 80, il existe une crise des ministères et donc une crise de la mission. Le chapitre 23 de Matthieu en reparle plus loin dans l’Evangile. Les nouveaux responsables de la mission, que l’on appelle alors les « prophètes », les « justes » ou les « docteurs », ne font pas bien leur travail : ils se comportent un peu trop en maîtres et pas assez en disciples. Car dans l’Eglise primitive, le terme « apôtres » recouvre deux aspects : ils sont des envoyés qui répandent l’Evangile et étendent l’Eglise (Comme St Paul) ; mais ils sont aussi les représentants du Christ, identifiés à lui par leur message et par leur comportement. Etre « apôtre », être missionnaire, ce n’est pas seulement redire les paroles de Jésus, les annoncer, mais c’est aussi les vivre ! Matthieu veut insister sur ce second aspect.

Au temps de notre Eglise aujourd’hui : Nous sommes toujours en mission ! Les ordinations de ce dimanche nous le rappellent. Si la radicalité du choix de vie de Bruno et Jean, ordonnés prêtres, sont un formidable écho à cet évangile par le don que ces deux hommes font de leur vie pour servir l’Evangile et l’Eglise, ce choix nous rappelle que toute vie chrétienne est une vie donnée. Car Dieu est don, don d’amour, don de vie. Telle cette fécondité que Dieu donne à cette femme de Sunam dans le livre des Rois. Telle cette communion à la mort et à la résurrection du Christ décrit par Saint Paul aux chrétiens de Rome, pour mener une vie nouvelle. Avec eux, nous avons-nous aussi à apporter notre part pour l’annonce de l’Evangile. Non pas seulement par nos paroles, mais aussi et surtout par nos actes. Je souhaite que de nombreuses personnes sur nos quartiers puissent pouvoir dire ainsi un jour après notre visite : « En vous accueillant, c’est Jésus que j’accueille. »

Alors, comme le psalmiste, nous pourrons dire : « L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ! »

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Prière universelle :

Invitatoire  : Père de bonté, tu te penches sur tous les hommes, particulièrement sur les plus petits et les délaissés. Nous te confions toutes nos demandes :

Refrain  : O O Seigneur, en ce jour, écoute nos prières.

1- En ce jour d’ordination, prions pour ceux qui répondent à l’appel de Dieu, en particulier pour Bruno et Jean. Seigneur, donne-leur ta force.

2- En ce jour d’élections municipales, prions pour les hommes et les femmes qui s’engagent au service de la nation. Que le partage et la solidarité soient leur priorité. Seigneur, donne-leur ta grâce.

3- En cette fin d’année scolaire, prions pour les jeunes qui commencent un long temps de vacances afin qu’ils sachent profiter de cette période pour grandir et se construire. Seigneur, donne-leur ta sagesse.

4- En ce début d’été, prions pour les personnes en situation d’exclusion sociale et isolées, afin qu’elles trouvent autour d’elles écoute et réconfort. Seigneur, donne-leur amour et consolation.

Prière de conclusion  : Dieu d’amour, Père fidèle, tu veux pour chacun le bonheur. Daigne exaucer nos prières. Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec toi, Père, et le Saint Esprit, dès maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Quête  : Pour la vie de la paroisse.
Il est toujours possible de verser sa participation à la quête paroissiale de plusieurs manières :
Donner via le site national dédié pour la quête ( https://donner.catholique.fr/quete/ )  ; ou donner via l’application smartphone « la quête » ;
ou
faire un don pour sa paroisse ou au diocèse via le bouton dédié sur le site diocésain

3. Liturgie de l’eucharistie :

La messe est dite pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde. Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

* Intentions demandées pour les messes du 21 juin : Famille BENOIST-MACHARD ; M. Paul CHALAIN ; M. Jean CHEVÉ et sa famille ; Mme Jacqueline LECHEVESTRIER ; M. Maurice VERNEAU ; Mgr Denis AFFRE.

* Intention pour le jeudi 2 juillet : Famille HERVÉ.

* M. Carlos DE SA, Mme Evelyne GASNIER, M. Henri SECHER, dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

* Baptêmes : Elise FROGER ; Jules et Elise GIRARD.

* Ordination : Bruno RAFFARA et Jean DINH VAN HOAN

Prière sur les offrandes :

Dieu qui agis avec puissance dans tes sacrements, fais que le peuple assemblé pour te servir soit accordé à la sainteté de tes propres dons. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

Prière eucharistique :

Sanctus (Messe de Patrick Richard)

Saint le Seigneur, alléluia (3 fois) Saint, saint, saint !

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire. Saint le Seigneur...

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Saint le Seigneur...

Anamnèse (Messe de Patrick Richard)

Gloire à toi qui étais mort. Gloire à toi ressuscité. Gloire à toi notre avenir, Jésus-Christ !

Notre Père :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

Agnus (Messe de Patrick Richard)

1 Agneau véritable, Jésus Fils de Dieu, tu donnes sens à l’homme, agneau sans péché.
Agneau sans péché tu donnes sens à l’homme. Agneau de Dieu, prends pitié de nous (bis).

2 Agneau véritable, Jésus Fils de Dieu, tu rassembles les hommes, agneau de la paix.
Agneau de la paix, tu rassembles les hommes. Agneau de Dieu, prends pitié de nous (bis).

3 Agneau véritable, Jésus Fils de Dieu, pain rompu pour les hommes, agneau immolé.
Agneau immolé pain rompu pour les hommes. Agneau de Dieu, donne-nous la paix. (bis)

Communion  :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur.
C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement.
La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :

Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.

Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moi
dans ce sacrement de ta vie livrée par amour.

Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,

tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.
Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir
pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.

Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,
viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.

Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,
je sois uni au Père et à mes frères, les hommes. Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant de communion  : Devenez ce que vous recevez (D 68-39)

R/ Devenez ce que vous recevez, devenez le corps du Christ,
Devenez ce que vous recevez, vous êtes le corps du Christ.

1. Baptisés en un seul Esprit, nous ne formons tous qu’un seul corps,
Abreuvés de l´unique Esprit, nous n´avons qu´un seul Dieu et Père.

2. Rassasiés par le pain de Vie, nous n´avons qu´un cœur et qu´une âme,
Fortifiés par l´amour du Christ, nous pouvons aimer comme il aime.

3. Purifiés par le sang du Christ, et réconciliés avec Dieu,
Sanctifiés par la vie du Christ, nous goûtons la joie du Royaume.

4. Rassemblés à la même table, nous formons un peuple nouveau :
Bienheureux sont les invités au festin des noces éternelles.

Prière après la communion :

Que le corps et le sang de Jésus Christ, offert en sacrifice et reçu en communion, nous donnent la vie, Seigneur : reliés à toi par une charité qui ne passera jamais, nous porterons des fruits qui demeurent. Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec le Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

4. Liturgie de l’envoi :

Bénédiction finale  :

Le Seigneur soit avec vous.

  • Et avec votre esprit.

Que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit.

  • Amen.

Allez dans la paix du Christ.

  • Nous rendons grâce à Dieu.

Chant final : Missionnaire de la joie de l’Évangile

R/ Le Seigneur nous envoie pour annoncer la joie, la joie de l’Évangile.
Le Seigneur nous confie la mission de l’amour, l’amour du Dieu d’amour.

1- Comme le Père m’a envoyé, pareillement moi je vous envoie. Allez et témoignez !

4- Ainsi je suis le Bon Berger, et je connais chacun par son nom. Allez et témoignez !

12è dimanche temps ordinaire A – 21 juin 2020

Edito de la feuille paroissiale : Musique et chants enchantent nos églises

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Écoute ton Dieu t’appelle

R/ Écoute, ton Dieu t’appelle : « Viens, suis-moi ! »
Lève-toi et ne crains pas de marcher avec Lui :
Il est ton chemin de Vie, la Route de ta Joie (bis) !

1. Accueille le Christ, Il est ton Sauveur, la Vie que le Père donne en abondance,
Lui la vraie lumière, la vérité qui rend libre. Sa Parole vient réveiller ton cœur.

2. Quitte le cortège de l’indifférence, laisse les sentiers de ton désespoir,
Détourne les yeux des mirages qui séduisent ; tu as soif d’un amour vrai et pur.

3. Cherche son visage, écoute sa voix ! Dans l’humble prière, découvre sa joie,
Cherche sa Présence au milieu de l’Église ! De Lui seul jaillit ta plénitude.

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.

Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.

En communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : Messe de Patrick Richard

1- Seigneur Jésus-Christ envoyé par le Père pour sauver tous les hommes, Seigneur prends pitié.
Seigneur prends pitié des pécheurs que nous sommes, Seigneur prends pitié (4 fois)

2- Toi qui es venu appeler les pécheurs, toi l’avenir de l’homme, O Christ prends pitié.
O Christ prends pitié des pécheurs que nous sommes, O Christ prends pitié (4 fois)

3- Seigneur élevé dans la gloire du Père, intercède pour l’homme, Seigneur prends pitié.
Seigneur prends pitié des pécheurs que nous sommes, Seigneur prends pitié (4 fois)

Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne tous nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

Gloire à Dieu : Messe de Patrick Richard

R/ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime
Gloire à Dieu au plus haut des cieux, Gloire, gloire, gloire à Dieu

1- Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions,
et nous te rendons grâce, pour ton immense gloire.

2- Seigneur Dieu, le Père tout-puissant, Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
Seigneur, Agneau de Dieu, le Fils du Père.

3- Toi qui enlèves tous les péchés, sauve-nous du mal, prends pitié
assis auprès du Père, écoute nos prières.

4- Car toi seul es saint et Seigneur, toi seul es le Très-Haut, Jésus Christ,
avec le Saint-Esprit, dans la gloire du Père.

Prière d’ouverture :

Fais-nous vivre à tout moment, Seigneur, dans l’amour et le respect de ton saint nom, toi qui ne cesses jamais de guider ceux que tu enracines solidement dans ton amour. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec Toi, Père, et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Il a délivré le malheureux de la main des méchants »

Lecture du livre du prophète Jérémie (20, 10-13)

Moi, Jérémie, j’entends les calomnies de la foule : « Dénoncez-le ! Allons le dénoncer, celui-là, l’Épouvante-de-tous-côtés. »
Tous mes amis guettent mes faux pas, ils disent : « Peut-être se laissera-t-il séduire. Nous réussirons, et nous prendrons sur lui notre revanche ! »
Mais le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable : mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas. Leur défaite les couvrira de honte, d’une confusion éternelle, inoubliable.
Seigneur de l’univers, toi qui scrutes l’homme juste, toi qui vois les reins et les cœurs, fais-moi voir la revanche que tu leur infligeras, car c’est à toi que j’ai remis ma cause.
Chantez le Seigneur, louez le Seigneur : il a délivré le malheureux de la main des méchants.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Psaume : 68 (69), 8-10, 14.17, 33-35)

Refrain  : Dans ton grand amour, Dieu réponds-moi..

C’est pour toi que j’endure l’insulte, que la honte me couvre le visage :
je suis un étranger pour mes frères, un inconnu pour les fils de ma mère.
L’amour de ta maison m’a perdu ; on t’insulte, et l’insulte retombe sur moi.
Et moi, je te prie, Seigneur : c’est l’heure de ta grâce ;
dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi, par ta vérité sauve-moi.
Réponds-moi, Seigneur, car il est bon, ton amour ; dans ta grande tendresse, regarde-moi.
R/
Les pauvres l’ont vu, ils sont en fête : « Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
Car le Seigneur écoute les humbles, il n’oublie pas les siens emprisonnés.
Que le ciel et la terre le célèbrent, les mers et tout leur peuplement !
R/

Deuxième lecture : « Le don gratuit de Dieu et la faute n’ont pas la même mesure. »

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (5, 12-15)

Frères, nous savons que par un seul homme, le péché est entré dans le monde, et que par le péché est venue la mort ; et ainsi, la mort est passée en tous les hommes, étant donné que tous ont péché.
Avant la loi de Moïse, la mort a établi son règne, même sur ceux qui n’avaient pas péché par une transgression semblable à celle d’Adam.
Or, Adam préfigure celui qui devait venir. Mais il n’en va pas du don gratuit comme de la faute.
En effet, si la mort a frappé la multitude par la faute d’un seul, combien plus la grâce de Dieu s’est-elle répandue en abondance sur la multitude, cette grâce qui est donnée en un seul homme, Jésus Christ.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (Angevin)

Alléluia. Alléluia. L’Esprit de vérité rendra témoignage en ma faveur, dit le Seigneur. Et vous aussi, vous allez rendre témoignage. Alléluia.

Évangile : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (10, 26-33)

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Ne craignez pas les hommes ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu.
Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits.
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps.
Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terres sans que votre Père le veuille.
Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux.
Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux.
Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux. »

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie : de Jean-Paul

Dans la vie de l’Eglise, comme en chacune de nos vies, il y a comme un mouvement de balancier. Selon les époques, on met plus en avant tel ou tel aspect de la foi. Ainsi, il y a quelques dizaines d’années, on parlait plus d’un Dieu juge du bien et du mal. Le catéchisme enseignait l’histoire sainte, une histoire qui présentait un Dieu libérateur avec Moïse et la sortie d’Egypte, un Dieu sauveur avec Jésus vainqueur du péché sur la croix.

La morale avait aussi beaucoup d’importance présentant ce qui était bien et ce qui était mal. Le sacrement de la confession occupait une partie de l’emploi du temps des prêtres, à l’image de Saint Jean-Marie Vianney, le curé d’Ars, qui passait des heures dans son confessionnal. A l’époque, peu de chrétiens avaient accès au texte même de la Bible. Le danger de l’époque pouvait être de vivre une religion de la peur avec l’enfer et le paradis. Mais l’avantage était d’avoir ce bien commun des valeurs qui dictaient à chacun ce qu’il pouvait faire et les limites à ne pas dépasser.

Aujourd’hui, nous sommes comme à l’opposé : Nous pouvons tous avoir accès au texte de la Bible, et nous avons redécouvert l’image d’un Dieu plein d’amour et de tendresse. L’accueil de toutes les différences et la volonté de vivre en communion d’amour est ce qui tient le plus de place. La catéchèse enseigne la vie de Jésus rejoignant chacun, tel qu’il est, l’invitant au bonheur et lui communiquant le don de l’Esprit. L’avantage est de mieux percevoir l’appel au bonheur bien présent au cœur du ministère de Jésus. Le danger est d’avoir oublié que la foi est aussi un combat contre le mal, de ne plus oser parler du péché qui abîme le cœur de l’homme et de ne pas assez présenter les limites à ne pas dépasser. Le sacrement de la réconciliation est tombé en désuétude et il n’occupe plus beaucoup de place dans l’agenda des prêtres d’aujourd’hui !

Si je vous raconte tout cela, c’est pour mieux entendre aujourd’hui ce que nous disent les textes de ce dimanche. LA FOI EST UN COMBAT  ! Une lutte contre la persécution et contre le péché : Jérémie est un prophète persécuté : « Moi, Jérémie, j’entends les calomnies de la foule… Tous mes amis guettent mes faux pas. » De même pour le psalmiste qui endure l’insulte et la honte. Quant à Saint Paul, il écrit aux chrétiens de Rome que « par le péché est venue la mort. » Et dans l’évangile, Jésus nous met en garde pour ne craindre non « les hommes qui tuent le corps, mais plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. »

Au cœur de ce combat, Jérémie met sa foi dans le Seigneur : « Le Seigneur est avec moi, tel un guerrier redoutable : mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas… Car le Seigneur de l’univers scrute l’homme juste et il délivre le malheureux de la main des méchants. » Le psalmiste prie le Seigneur qui dans son grand amour écoute, répond et sauve. Saint Paul annonce que « la grâce de Dieu s’est répandue en abondance sur la multitude par Jésus Christ ». Et Jésus se fait le défenseur de tous ceux qui s’en remettent à lui : « Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux ».

Ne retombons pas dans les travers du passé, et n’entrons pas dans une religion de la peur, mais faisons écho à la parole de Jésus qui nous dit aujourd’hui, par deux fois : « Ne craignez pas ! » Regardons lucidement, avec le secours de l’Esprit Saint, le péché présent au cœur de la vie de l’homme. Considérons ce que nos manquements à l’évangile provoquent comme division au plus profond de nous et répondons à l’invitation du Christ pour vivre dans la vérité : « Rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu. » La foi est un combat pour venir à la lumière à la suite de Jésus, vainqueur de tout mal.

Dans le contexte difficile de l’Eglise de Matthieu qui croise tout à la fois la persécution de ses membres et la frilosité de certains de ses prédicateurs, le rappel de ces paroles de Jésus visent à renforcer la foi et le témoignage.

Que ces paroles nous renvoient en ce jour à la vérité de nos propres vies. Prenons également le temps de redécouvrir le sacrement de la réconciliation trop oublié pour nous recevoir de l’amour de Dieu pour qui tous les cheveux de notre tête sont comptés ! Au seuil de l’été, c’est un beau chemin qui nous est proposé comme le disait l’antienne de cet évangile : « L’Esprit de vérité rendra témoignage en ma faveur, dit le Seigneur. Et vous aussi, vous allez rendre témoignage. »

A quelques jours de l’ordination de Bruno et de Jean, redisons-nous avec confiance que nous sommes tous appelés au témoignage par le don de nos vies au service de la Vérité. Et Jésus est le chemin, la vérité et la vie ! N’ayons pas peur de l’annoncer et de le faire connaître.

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Prière universelle :

Invitatoire  : Confions au Seigneur les intentions qui nous tiennent à cœur et demandons-lui sa force et son soutien :

Refrain : Écoute Seigneur, ton peuple en prière.

1- Prions pour l’Église qui a reçu la mission de pardonner les péchés : qu’elle se révèle proche de tous les hommes et qu’elle sache toujours mieux manifester la miséricorde divine à ceux qui peinent.

2- Prions pour les victimes de calomnies et de mensonges : qu’elles trouvent auprès d’elles des artisans de justice qui feront valoir leurs droits.

3- C’est aujourd’hui la fête des pères. Prions pour tous les pères : qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes à leurs enfants.

4- En ce jour de la fête de la musique prions pour les musiciens : que par la beauté de leur art, ils favorisent la concorde entre les hommes et les peuples.

5- Par le don de son Esprit Dieu a donné à ses prophètes la force d’annoncer sa parole. Prions-le de nous emplir de cette même force afin que nous puissions par notre attitude comme par nos paroles faire découvrir à nos frères ce qu’est l’homme libéré de la peur.

Prière de conclusion : Dieu notre Père, tu connais nos besoin et nos soucis. Exauce nos prières et que ton Esprit Saint affermisse notre foi et notre espérance. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec Toi, Père, et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Quête  : Pour la vie de la paroisse.

Il est toujours possible de verser sa participation à la quête paroissiale de plusieurs manières :
Donner via le site national dédié pour la quête ( https://donner.catholique.fr/quete/ )  ; ou donner via l’application smartphone « la quête » ;
ou
faire un don pour sa paroisse ou au diocèse via le bouton dédié sur le site diocésain

3. Liturgie de l’eucharistie :

La messe est dite pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde. Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

* Intentions demandées pour les messes du 21 juin : Action de grâce pour Cyrille et Constance GUILLOU ; Noces de vermeil (45ans) de Dominique et Bernard MEUNIER ; pour une famille ; pour un jeune de 14 ans ; M. Jean-Yves PREFOLE ; Famille BAUDOIN-CHATELAIN ; M. Philippe RICHARD ; M. Denis RAMBAUD et sa famille.

* Intention pour le jeudi 25 juin : Famille HERVE.

* Mme Jacqueline LECHEVESTRIER ; Mme Yvonne TESSIER, dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

* Baptême : Maël BORDERON.

Prière sur les offrandes :

Accepte, Seigneur, le sacrifice de louange et de pardon afin que nos cœurs, purifiés par sa puissance, t’offrent un amour qui réponde à ton amour. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

Prière eucharistique :

Sanctus (Messe de Patrick Richard)

Saint le Seigneur, alléluia (3 fois) Saint, saint, saint !
Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire. Saint le Seigneur...
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Saint le Seigneur...

Anamnèse (Messe de Patrick Richard)

Gloire à toi qui étais mort. Gloire à toi ressuscité
Gloire à toi notre avenir, Jésus-Christ !

Notre Père :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

Agnus (Messe de Patrick Richard)

1 Agneau véritable, Jésus Fils de Dieu, tu donnes sens à l’homme, agneau sans péché.
Agneau sans péché tu donnes sens à l’homme. Agneau de Dieu, prends pitié de nous (bis).

2 Agneau véritable, Jésus Fils de Dieu, tu rassembles les hommes, agneau de la paix.
Agneau de la paix, tu rassembles les hommes. Agneau de Dieu, prends pitié de nous (bis).

3 Agneau véritable, Jésus Fils de Dieu, pain rompu pour les hommes, agneau immolé.
Agneau immolé pain rompu pour les hommes. Agneau de Dieu, donne-nous la paix. (bis)

Communion  :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :

Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.

Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moi
dans ce sacrement de ta vie livrée par amour.

Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,
tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.

Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir
pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.

Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,
viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.

Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,
je sois uni au Père et à mes frères, les hommes. Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant : A l’image de ton amour (D 218)

1- Seigneur Jésus, tu nous as dit : "Je vous laisse un commandement nouveau :
Mes amis, aimez-vous les uns les autres. Écoutez mes paroles et vous vivrez."

R/ Fais-nous semer ton Évangile, fais de nous des artisans d’unité,
Fais de nous des témoins de ton pardon, À l’image de ton amour.

2- Devant la haine, le mépris, la guerre, Devant les injustices, les détresses,
Au milieu de notre indifférence, Ô Jésus, rappelle-nous ta Parole !

3- Tu as versé ton sang sur une croix, pour tous les hommes de toutes les races,
Apprends-nous à nous réconcilier, car nous sommes tous enfants d’un même Père.

Prière après la communion :

Renouvelés par le corps et le sang de ton Fils, nous implorons ta bonté, Seigneur : Fais qu’à jamais rachetés, nous possédions Fais que nous possédions dans ton Royaume ce que nous célébrons en chaque eucharistie. Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec le Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

4. Liturgie de l’envoi :

Bénédiction finale :

Le Seigneur soit avec vous.

  • Et avec votre esprit.

Que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit.

  • Amen.

Allez dans la paix du Christ.

  • Nous rendons grâce à Dieu.

Chant final : Mets ta joie dans le Seigneur ’(X 518)

R/ Mets ta joie dans le Seigneur, compte sur Lui et tu verras,
Il agira et t’accordera, plus que les désirs de ton cœur. (bis)

1- Remets ta vie, dans les mains du Seigneur compte sur lui il agira.
Grâce à son amour, ta foi apparaîtra comme un soleil en plein jour.

Fête du Saint Sacrement – 14 juin 2020

En communion de prière
Liturgie préparée par l’équipe catéchèse

Appelée auparavant la « fête Dieu », le Concile Vatican II a renommé cette fête : fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ. Instituée dès le Moyen-Age, elle commémore la présence de Jésus-Christ dans le sacrement de l’eucharistie. Elle nous invite ainsi à en approfondir le sens et sa place dans notre vie. Elle arrive à propos après un temps de confinement où avons creusé notre faim eucharistique et notre besoin de vie communautaire.

Car l’eucharistie fait l’Eglise nous constituant « Corps du Christ ». Saint Augustin l’exprime très bien dans l’une de ses prières : « Lorsque tu communies, tu entends : "Le Corps du Christ" ; et tu réponds "Amen". C’est ta signature. C’est bien ce que tu es en effet. Alors soit membre du Corps du Christ pour que ton "amen" soit vrai. » Saint Paul le disait aussi aux chrétiens de Corinthe : « puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain. »

Ce dimanche 14 juin devait être aussi notre dernier KT dimanche avec les enfants de la catéchèse. La crise sanitaire en a décidé autrement. Nous portons donc tout particulièrement les enfants de l’éveil à la foi et de la catéchèse, ainsi que leurs familles. Et nous pensons aux enfants de la première communion dont la célébration est reportée au 18 octobre.
Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.
Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Célébrer la douceur de son nom

R/ Louez le Nom du Seigneur ! Louez serviteurs du Seigneur !
Louez-le car il est bon ! Célébrez la douceur de son Nom !

1. Venez, crions de joie, pour le Seigneur ; acclamons le Rocher, Dieu de notre Salut.
Approchons-nous de lui, chantons pour lui ! Au son des instruments, jouons pour notre Roi !

2. Il est grand, il est bon notre Seigneur. Par-dessus tous les dieux, il domine les cieux.
Il est Roi tout-puissant, Dieu créateur, l’univers tout entier ses mains l’ont façonné.

3. Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous. Adorons le Seigneur, c’est lui qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu, il nous conduit ; en ses mains sont nos vies et nous sommes à lui !

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.

Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.

En communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : Messe de la Trinité

Seigneur Jésus, Parole éternelle du Père, tu viens illuminer les ténèbres de nos cœurs, prends pitié !

Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Ô Christ, Verbe fait chair de notre chair, tu veux nous donner part à ta divinité, prends pitié !

Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié. (bis)

Seigneur Jésus, élevé dans la gloire, tu répands en nos cœurs l’eau vive de l’Esprit, prends pitié !

Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne tous nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

Gloire à Dieu : Messe de la Trinité

R/ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. (bis)

1- Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions,
Nous te rendons grâce, pour ton immense gloire.

2- Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père Tout-puissant
Seigneur, Fils unique Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.

3- Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous.
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

4- Car toi seul es saint, toi seul es Seigneur, toi seul es le très haut,
Jésus Christ, avec le Saint Esprit, dans la gloire de Dieu le Père. AMEN

Prière d’ouverture :

Seigneur Jésus Christ, dans cet admirable sacrement, tu nous as laissé le mémorial de ta passion ; donne-nous de vénérer d’un si grand amour les mystères de ton corps et de ton sang, que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de ta rédemption. Toi qui vis et règnes avec le Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Dieu t’a donné cette nourriture que ni toi ni tes pères n’aviez connue »

Lecture du livre du Deutéronome (Dt 8, 2-3.14b-16a)

Moïse disait au peuple d’Israël : « Souviens-toi de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert ; le Seigneur ton Dieu te l’a imposée pour te faire passer par la pauvreté ; il voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur : allais-tu garder ses commandements, oui ou non ?
Il t’a fait passer par la pauvreté, il t’a fait sentir la faim, et il t’a donné à manger la manne – cette nourriture que ni toi ni tes pères n’aviez connue – pour que tu saches que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur.
N’oublie pas le Seigneur ton Dieu qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. C’est lui qui t’a fait traverser ce désert, vaste et terrifiant, pays des serpents brûlants et des scorpions, pays de la sécheresse et de la soif. C’est lui qui, pour toi, a fait jaillir l’eau de la roche la plus dure. C’est lui qui, dans le désert, t’a donné la manne – cette nourriture inconnue de tes pères. »

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Psaume : 147 (147 B) 12-13, 14-15, 19-20

Refrain : Peuple de Dieu, célèbre ton Seigneur. Alleluia, Alleluia. (bis)

Glorifie le Seigneur, Jérusalem ! Célèbre ton Dieu, ô Sion !
Il a consolidé les barres de tes portes, dans tes murs il a béni tes enfants.

Il fait régner la paix à tes frontières, et d’un pain de froment te rassasie.
Il envoie sa parole sur la terre : rapide, son verbe la parcourt.

R/

Il révèle sa parole à Jacob, ses volontés et ses lois à Israël.
Pas un peuple qu’il ait ainsi traité ; nul autre n’a connu ses volontés.

R/

Deuxième lecture : « Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps »

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 10, 16-17)

Frères, la coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas communion au sang du Christ ?
Le pain que nous rompons, n’est-il pas communion au corps du Christ ?
Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Séquence : Formule brève

Le voici, le pain des anges, il est le pain de l’homme en route,
Le vrai pain des enfants de Dieu, qu’on ne peut jeter aux chiens.

D’avance il fut annoncé par Isaac en sacrifice,
Par l’agneau pascal immolé, par la manne de nos pères.

Ô bon Pasteur, notre vrai pain, ô Jésus, aie pitié de nous,
Nourris-nous et protège-nous, fais-nous voir les biens éternels dans la terre des vivants.

Toi qui sais tout et qui peux tout, toi qui sur terre nous nourris,
Conduis-nous au banquet du ciel et donne-nous ton héritage, en compagnie de tes saints.

Amen.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (Messe de la Trinité)

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis) Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel, dit le Seigneur ; si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Évangile : « Ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 6,51-58)

En ce temps-là, Jésus disait aux foules des Juifs :
« Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. »
Les Juifs se querellaient entre eux :
« Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »
Jésus leur dit alors :
« Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui.
De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi.
Tel est le pain qui est descendu du ciel :
il n’est pas comme celui que les pères ont mangé.
Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie : de Jean-Paul

Quand nous aimons une personne, nous le lui témoignons par de multiples attentions ; par exemple, en lui offrant un bouquet de fleurs. Ce bouquet de fleurs déposé et mis en évidence sur une table de la maison ne s’appelle plus alors "bouquet de fleurs", mais il devient un "je t’aime" car il est signe et rappel de l’amour partagé.

C’est ce que Jésus a vécu : au début du mois d’Avril de l’an 30, à Jérusalem, Jésus invite tous ceux qu’il aime pour un repas. Il y a là sur la table un peu de pain et un peu de vin, à la manière d’un bouquet de fleurs. Depuis plus de trois ans, Jésus a beaucoup marché. Il a beaucoup parlé. Il a rencontré des milliers de gens. Il s’est montré attentif à chacun. Il a redonné espoir aux malheureux, il a redonné la vie dans la misère. Ce soir-là, Jésus prend un peu de pain et il dit : "prenez et mangez, ceci est mon corps livré pour vous". Jésus prend un peu de vin et il dit :"prenez et buvez, ceci est mon sang versé pour vous". C’est le bouquet de fleurs offert par Jésus à nous tous. C’est son "je t’aime" à lui. Ce pain et ce vin, Jésus les offre en partage pour dire que c’est sa vie qu’il est venu partager aux hommes. Jésus offre ce qu’il a de meilleur, il donne sa vie. Il dit qu’il faut aimer à en mourir. Qu’il n’y a pas de vies plus belles, que des vies d’amour : "Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés, il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. »

Depuis ce jour, comme tous les bouquets de fleurs posés sur les tables de nos maisons, il y a un peu de pain et un peu de vin posés sur les tables de nos églises. Depuis ce jour où Jésus nous a demandé de refaire ces gestes en mémoire de lui, de donner nos vies comme lui, les chrétiens partagent le pain de l’eucharistie pour vivre de la présence et de l’amour de Dieu. En communiant, les chrétiens disent : "Nous nous aimons comme une vraie famille puisque nous mangeons le même pain à la même table, la table où nous rassemble Dieu, notre Père.

Saint Augustin l’exprime très bien dans l’une de ses prières écrite pour expliquer aux personnes qui devenaient chrétiennes ce qu’est l’eucharistie : « Lorsque tu communies, tu entends : "Le Corps du Christ" ; et tu réponds "Amen". C’est ta signature. C’est bien ce que tu es en effet. Alors soit membre du Corps du Christ pour que ton "amen" soit vrai. » St Augustin a raison : en recevant le Corps du Christ, nous avons une responsabilité, nous devons nous engager dès maintenant à aimer tous nos frères pour vivre vraiment en membres du Corps du Christ ! Recevons ce que nous sommes, devenons ce que nous recevons : le Corps du Christ donné pour la vie du monde ! C’est bien ce que dit St Paul dans sa lettre aux chrétiens de Corinthe : « puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain. » Cela doit vraiment interroger notre propre pratique : sommes-nous vraiment chrétiens ? Sommes-nous unis les uns aux autres ? Sommes-nous prêts à vivre en fraternité les uns avec les autres ?

Nous qui fêtons aujourd’hui le Saint Sacrement, le Corps et le Sang du Christ, nous pouvons nous rappeler que le corps et le sang d’une personne, c’est sa vie. Or, pour vivre il faut se nourrir. Voilà pourquoi Jésus a donné dans un repas le sens de toute vie. Et pour Jésus, le pain, la nourriture, comporte 4 significations :

1. Le pain quotidien qui nous ouvre au partage  : Jésus a partagé le pain des hommes, s’invitant à manger même chez les publicains et les pécheurs. Il a donné à manger à ceux qui avaient faim en multipliant les pains. Jésus sait l’importance du partage du pain quotidien pour que tout homme ait de quoi vivre.

2. Le pain de la Parole de Dieu qui ouvre à la vie intérieure en présence de Dieu : sans cesse, Jésus a ouvert les hommes à leur vie intérieure en leur partageant la Parole de vie. Si la nourriture de cette terre est nécessaire pour vivre maintenant, la nourriture de Dieu est indispensable pour vivre éternellement. Et cette nourriture du ciel, c’est la Parole de Dieu. C’est ce que nous rappelait la 1ère lecture avec Moïse : « dans la longue marche des 40 années au désert, Dieu a éprouvé son peuple pour savoir ce qu’il avait dans son cœur et pour lui faire découvrir que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur. »

3. Le pain de l’amour : pour Jésus, la nourriture, c’est aussi faire la volonté de Dieu. Ce qui nourrit un homme, ce sont toutes ses relations, ce qu’il vit avec les autres dans le respect et l’attention à chacun. La nourriture de Dieu c’est l’amour ; donner par amour sans cesse le meilleur de soi-même.

4. Le pain de l’eucharistie : pour Jésus, la nourriture c’est aussi le pain du ciel, l’eucharistie qui résume tous ces sens du mot "nourriture" : l’eucharistie nous donne le pain de vie, c’est-à-dire déjà sur cette terre la vie de Dieu qui est vie éternelle. Dieu est présent au cœur de notre vie pour nous faire vivre pour toujours en lui :

Oui telle est l’eucharistie : elle est déjà sur cette terre don de la vie de Dieu pour nous faire vivre de la vie de Jésus, pour vivre comme lui. C’est bien ce que disait l’Evangile de St Jean en ce jour : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie... Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour... Celui qui me mangera vivra par moi... »

Célébrer l’eucharistie, revivre le geste du pain et du vin que Jésus a désiré faire avec ses disciples lors de son dernier repas, c’est bien plus qu’un mime : c’est revivre aujourd’hui dans notre vie le don de Jésus, c’est choisir de vivre par Jésus, par lui, avec lui et en lui ! Remercions Jésus pour le don de l’eucharistie et vivons comme lui.

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Prière universelle :

Invitatoire :
En Jésus, pain de la vie, Dieu notre Père se donne à nous en nourriture. Prions-le pour l’Eglise, pour les hommes et pour le monde :

Refrain : Seigneur, entends la prière qui monte de nos cœurs.

1- « Il t’a fait passer par la pauvreté, il t’a fait sentir la faim. »

Le temps du confinement a été l’occasion d’éprouver nos fragilités et de creuser notre vie spirituelle et notre faim de l’eucharistie. Donne-nous de redécouvrir la place du Saint Sacrement au cœur de nos vies et de construire tous ensemble le Corps du Christ. Seigneur, nous te prions. /R

2- « Il fait régner la paix à tes frontières et d’un pain de froment te rassasie. »

En ce monde chamboulé par toutes sortes de crises, sanitaires, économiques, sociales, politiques, envoie ton Esprit pour que surgissent des artisans de paix et des témoins qui nous tournent vers l’essentiel, vers ce qui nourrit vraiment nos vies. Seigneur, nous te prions. /R

3- « La multitude que nous sommes est un seul corps. »

En cette fête qui nous appelle à renforcer l’unité du Corps du Christ, nous te confions toutes les personnes fragiles : nos frères et sœurs malades, les familles endeuillés, les personnes qui s’enfoncent dans la précarité. Qu’ils trouvent soutien et réconfort autour d’eux. Seigneur, nous te prions. /R

4- « Celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

En ce dimanche qui devait être notre dernier KT Dimanche et notre fête de fin d’année de catéchèse, nous te confions toutes les familles qui n’ont pas pu fêter cette année la première communion ou la profession de foi, ainsi que les couples qui ont reporté leur mariage. Que notre communauté soit une présence fraternelle pour chacun d’eux. Seigneur, nous te prions. /R

Prière de conclusion : Esprit de lumière, hôte très doux de nos cœurs, écoute nos prières, exauce-nous, toi qui qui règnes avec le Père et le Fils, dès maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Quête : pour la vie de la paroisse.
Je peux faire un don en ligne

3. Liturgie de l’eucharistie :

La messe est dite pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde. Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

* Intentions demandées pour la fête du St Sacrement  : M. Jean-Yves PREFOLE ; Famille GUILLOU – DE JOTEMPS ; Mme Denise CHAUVAT et sa famille ; M. Jean-Paul CHAUVET ; messe pour une famille.

* Intention pour le jeudi 18 juin  : Famille HERVÉ.

* Baptême : Elyse GODARD, Timothée COLLET, Hugo DARSONVAL.

Prière sur les offrandes :

Accorde, Seigneur, à ton Eglise les biens du l’unité et de la paix dont nos offrandes sont le signe dans le mystère eucharistique. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

Prière eucharistique :

Sanctus (Messe de la Trinité)

Saint, Saint, Saint le Seigneur, le Dieu de l’univers (bis)
Ciel et terre sont remplis de ta splendeur et de ta gloire.

Hosanna, au plus haut des cieux (bis). Saint, Saint, Saint...
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna (bis). Saint, Saint, Saint...

Anamnèse (Messe de la Trinité)

Gloire à toi qui étais mort ! (bis). Gloire à toi qui es vivant ! (bis).
Dieu Sauveur nous attendons ton retour : viens, Seigneur Jésus. (bis)

Notre Père :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

Agnus (Messe de la Trinité)

1- Agneau de Dieu, envoyé par le Père, tu nous sauves du péché, prends pitié de nous, Seigneur (bis)

2- Agneau de Dieu, emportant notre mort, tu nous donnes ta vie, prends pitié...

3- Agneau de Dieu, dans l’amour de l’Esprit, tu apaises notre cœur, donne-nous la paix Seigneur (bis)

Communion :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :

Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.

Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moi
dans ce sacrement de ta vie livrée par amour.

Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,

tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.
Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir
pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.

Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,
viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.

Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,
je sois uni au Père et à mes frères, les hommes.

Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant : Je vous ai choisis (Dev 44-63)

1. Je vous ai choisis, je vous ai établis pour que vous alliez et viviez de ma vie.
Demeurez en moi, vous porterez du fruit, je fais de vous mes frères et mes amis.

2. Contemplez mes mains et mon cœur transpercés, accueillez la vie que l´Amour veut donner.
Ayez foi en moi, je suis ressuscité, et bientôt dans la gloire, vous me verrez.

3. Recevez l´Esprit de puissance et de paix, soyez mes témoins, pour vous j´ai tout donné.
Perdez votre vie, livrez-vous sans compter, vous serez mes disciples, mes bien-aimés !

4. Consolez mon peuple, je suis son berger. Donnez-lui la joie dont je vous ai comblés.
Ayez pour vos frères la tendresse du Père, demeurez près de moi, alors vous vivrez !

Prière après la communion :

Fais que nous possédions, Seigneur Jésus, la jouissance éternelle de ta divinité, car nous en avons ici-bas l’avant-goût lorsque nous recevons ton corps et ton sang, Toi qui vis et règnes avec le Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

4. Liturgie de l’envoi :

Bénédiction finale :

Le Seigneur soit avec vous.

  • Et avec votre esprit.

Que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit.

  • Amen.

Allez dans la paix du Christ.

  • Nous rendons grâce à Dieu.

Chant final : Il s’est manifesté (Edit 15-76)

R/ Il s’est manifesté, nous l’avons rencontré, venez et voyez !
Venu pour nous sauver, Il est ressuscité, Jésus est le Seigneur !

1- Nos yeux l’ont reconnu et nos mains l’ont touché, nous avons entendu la Parole de vie.

2- Envoyé par le Père, consacré par l’Esprit, Jésus est la lumière qui nous donne la vie.

Fête de Sainte Trinité – 7 juin 2020

Liturgie préparée par l’équipe liturgique de Geneviève

Jésus n’a jamais utilisé l’expression « Trinité » pour décrire la relation qu’entretiennent le Père, le Fils et le Saint Esprit. C’est un Père de l’Eglise, Tertullien, et les chrétiens du deuxième siècle qui ont pris ce terme pour mieux exprimer le mystère d’un seul Dieu en trois personnes.

Mais Jésus a vécu en profondeur cette réalité de l’être de Dieu : Se recevant sans cesse de son Père, uni à Lui et aux hommes ses frères par le souffle de l’Esprit Saint, il a vécu l’unité et la communion trinitaire en toutes ses œuvres. Et il a introduit à jamais l’humanité en la vie trinitaire de Dieu.

La foi en la Sainte Trinité est l’un des aspects les plus spécifiques de la foi chrétienne. Base de notre Credo, elle nous associe à l’amour de Dieu, tel que le rappelle St Paul aux chrétiens de Rome : « L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. »

Nous sommes invités en cette fête de la Sainte Trinité à vivre à notre tour dans nos communautés cette même communion d’amour. Un exemple nous en donne le témoignage : les 70 personnes qui se sont proposées spontanément pour permettre la reprise de nos célébrations eucharistiques lors du week-end de la Pentecôte. Merci à tous. Très belle fête de la Trinité.

Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.

Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

Edito de la feuille paroissiale : « Dieu Trinité, source de vie et d’amour. »

Nous vivons aujourd’hui une période inédite dans l’histoire de l’humanité. Les hommes sont perturbés dans leurs points de repères, connaissent un certain désarroi, s’interrogent sur eux-mêmes et sur l’avenir de leurs enfants.

Cependant dans le même temps, en fêtant la Sainte Trinité, l’Église nous invite à l’Espérance. En effet, Jésus nous a fait connaître le Père, le Fils et l’Esprit Saint et nous a révélé qu’il est l’Amour. Même si le terme Trinité n’est pas dans le Nouveau Testament, il a été composé au IIe siècle pour affirmer qu’en Dieu, le Père, le Fils et l’Esprit Saint forment une Unité dans la distinction des personnes.

Dieu ne vit pas dans une splendide solitude. Il est plutôt source intarissable de vie et d’amour qui se donne et se transmet sans cesse. Le Père est la source d’où surgit un amour débordant qui cherche à se répandre. Il donne la vie au Fils qui pousse la source plus loin et la rend visible. « Qui me voit, voit le Père ». A l’égal du Père, le Fils est débordant d’amour et donne sa vie pour les hommes. L’Esprit Saint comme le Père et le Fils avec lesquels il ne fait qu’un, est débordement de l’amour qu’il répand hors de Dieu lui-même. C’est l’action de l’Esprit Créateur.

Tout est don de Dieu. Tout provient de l’amour, tend vers l’amour et avance poussé par l’amour, naturellement avec des degrés divers de conscience et de liberté. Aussi sur toute l’œuvre de la création est en quelque sorte imprimé le "nom" de la Sainte Trinité. Ainsi en est-il de l’homme. Nous sommes faits à l’image de la Trinité et nous trouvons notre bonheur en aimant.

Père Joseph Traineau, prêtre au service

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Dieu de miséricorde (I 37-40)

R. Dieu de miséricorde, Tu nous aimes pour la vie.
Dieu de miséricorde, par Jésus, tu nous guéris.
Avec lui, nous rendons grâce, Alléluia, Alléluia !
Gloire à Toi le Dieu de Pâques, Alléluia, Alléluia !

1. Par ton fils ressuscité, tu réveilles notre foi.
Le sauveur aux mains percées nous libère par sa croix.
Il se montre à ses amis, et la peur s’évanouit.

4. Sur la route d’Emmaüs deux marcheurs l’ont rencontré.
Leurs yeux s’ouvrent aux Écritures et leur cœur est embrasé.
Ils découvrent l’Inconnu en voyant le pain rompu.

6. Par l’unique et bon Pasteur, Dieu prend soin de ses brebis ;
elles suivent avec ferveur le Berger qui les conduit.
Quelle joie dans le troupeau des fidèles au cœur nouveau !

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.

Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.

En communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : Messe de la Trinité

Seigneur Jésus, Parole éternelle du Père, tu viens illuminer les ténèbres de nos cœurs, prends pitié !

Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Ô Christ, Verbe fait chair de notre chair, tu veux nous donner part à ta divinité, prends pitié !

Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié. (bis)

Seigneur Jésus, élevé dans la gloire, tu répands en nos cœurs l’eau vive de l’Esprit, prends pitié !

Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne tous nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

Gloire à Dieu : Messe de la Trinité

R/ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. (bis)

1- Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions,
Nous te rendons grâce, pour ton immense gloire.

2- Seigneur Dieu, Roi du ciel, Seigneur, Fils unique Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.

3- Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous.
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

4- Car toi seul es saint, toi seul es Seigneur, toi seul es le très haut,
Jésus Christ, avec le Saint Esprit, dans la gloire de Dieu le Père. AMEN

Prière d’ouverture :

Dieu notre Père, tu as envoyé dans le monde ta Parole de vérité et ton Esprit de sainteté pour révéler aux hommes ton admirable mystère ; donne-nous de professer la vraie foi en reconnaissant la gloire de l’éternelle Trinité, en adorant son Unité toute-puissante. Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec toi Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Le Seigneur, le Seigneur, Dieu tendre et miséricordieux »

Lecture du livre de l’Exode (34, 4b-6.8-9)

En ces jours-là, Moïse se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il emportait les deux tables de pierre.
Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse. Il proclama son nom qui est : LE SEIGNEUR.
Il passa devant Moïse et proclama : « LE SEIGNEUR, LE SEIGNEUR, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité. »
Aussitôt Moïse s’inclina jusqu’à terre et se prosterna.
Il dit : « S’il est vrai, mon Seigneur, que j’ai trouvé grâce à tes yeux, daigne marcher au milieu de nous. Oui, c’est un peuple à la nuque raide ; mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés, et tu feras de nous ton héritage. »

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Cantique de Daniel : (Dn 3, 52, 53, 54, 55, 56)

R/ À toi, louange et gloire éternellement ! (Dn 3, 52)

Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères : R/

Béni soit le nom très saint de ta gloire : R/

Béni sois-tu dans ton saint temple de gloire : R/

Béni sois-tu sur le trône de ton règne : R/

Béni sois-tu, toi qui sondes les abîmes : R/

Toi qui sièges au-dessus des Kéroubim : R/

Béni sois-tu au firmament, dans le ciel, R/

Deuxième lecture : « La grâce de Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit »

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (2 Co 13, 11-13)

Frères, soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d’accord entre vous, vivez en paix, et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous.
Saluez-vous les uns les autres par un baiser de paix.
Tous les fidèles vous saluent.
Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (Messe de la Trinité)

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit : au Dieu qui est, qui était et qui vient !

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Évangile : « Dieu a envoyé son Fils, pour que, par lui, le monde soit sauvé »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 3, 16-18)

Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle.
Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie : de Bruno

AVEZ-VOUS DÉJÀ ENTENDU DIEU VOUS DIRE BONJOUR ?

Moi non. Mais j’ai entendu le prêtre me dire bonjour de la part de Dieu : « La grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous. » La formule vint du texte que nous avons entendu en 2° lecture : « Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous. »

NOUS FÊTONS AUJOURD’HUI LA TRINITÉ.

Je ne sais pas si vous avez déjà essayé d’expliquer la Trinité à quelqu’un : le Père, le Fils, l’Esprit Saint, trois personnes mais un seul Dieu… Au premier abord c’est plutôt compliqué pour notre intelligence. Il y a plusieurs façons de se plonger dans le mystère de la Trinité. La plus difficile, c’est par l’intelligence, le raisonnement. C’est utile, mais difficile. Je ne vais pas vous emmener sur ce chemin qui a pris des siècles pour trouver de justes formulations. Une façon plus simple, c’est celle de St Paul qui dit : « Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous. » St Paul vit avec le Père, il vit avec le Christ, il vit avec le Saint Esprit. Il fréquente Dieu. Regardons ce que nous montrent les textes de ce jour.

LES AVENTURES DE DIEU AVEC SON PEUPLE

Voyons ce qui arrive à Moïse dans la première lecture. « LE SEIGNEUR descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse. Il proclama son nom qui est : LE SEIGNEUR. Il passa devant Moïse et proclama : « LE SEIGNEUR, LE SEIGNEUR, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité. » Le Seigneur descend, parle, se révèle proche, il a compassion et il fait grâce. Dieu descend vers nous, avec nous. Dieu se déplace avec les hommes. Voyez la réaction de Moïse : « daigne marcher au milieu de nous ». Dieu, dont le nom est imprononçable, vient pourtant avec les hommes. Il se mêle de nos vies. La Bible ce n’est pas les aventures de Tintin et Milou, mais les aventures de Dieu avec son peuple.

DIEU AVEC NOUS

Dans l’Evangile maintenant : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique… Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. » Dieu montrait sa présence par des signes, des paroles.
Maintenant il vient lui-même. Il prend un pseudo « Dieu avec nous. », au cas où l’homme n’aurait pas compris. Il prend le temps de vivre avec les hommes, avec tant de patience… En Jésus-Christ, Dieu ne joue pas la comédie, il ne fait pas semblant. Il y donne sa vie ! Jésus ressuscité remonte au ciel près de son Père, et il envoie son Esprit.
Ce sont les deux dernières fêtes que nous venons de célébrer. C’est pourquoi nous fêtons la Trinité après la Pentecôte : la manifestation du Dieu unique, Père, Fils et Esprit-Saint est accomplie. Et d’une certaine façon elle continue à s’accomplir car Dieu est toujours avec nous, en particulier par le don de l’Esprit-Saint que nous recevons au baptême pour en vivre.
Nous disons dans notre profession de foi « je crois en l’Esprit Saint qui est Seigneur et qui donne la vie ». Vous avez compris : la Trinité on peut la contempler, l’admirer, mais ça ne suffit pas. Nous avons un Père qui nous aime, un frère qui nous l’a montré, l’Esprit qui nous fait vivre. La Trinité est dans notre vie, elle est notre vie.

ET DIEU SERA AVEC VOUS

Il nous reste à l’accueillir. Saint Paul nous dit dans la deuxième lecture : « soyez dans la joie, cherchez la perfection, encouragez-vous, soyez d’accord entre vous, vivez en paix, et le Dieu d’amour et de paix sera avec vous. » Pour que Dieu soit avec nous, pour vivre de la Trinité, voilà un mode d’emploi : être dans la joie, chercher le bien, s’accorder avec nos frères et sœurs, vivre en paix les uns avec les autres. C’est vite dit, mais c’est plus long à faire. Alors je nous invite à reprendre ce petit verset, pourquoi pas chaque matin de la semaine qui s’ouvre, pour mesurer ce qu’il représente concrètement pour notre vie, peut-être en pensant à la personne que nous avons le plus de mal à aimer. Et continuons ainsi à apprendre à aimer.

« La grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous. Amen »

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Prière universelle :

Invitatoire  : Dans l’amour du Père qui a tant aimé le monde, dans l’amour du Fils venu sauver le monde, et dans l’amour de l’Esprit à l’œuvre dans le monde, portons dans notre prière tous nos frères et sœurs en humanité.

Refrain  : Sûrs de ton amour et forts de notre foi, Seigneur, nous te prions.

1 - Béni sois-tu Seigneur pour ta sagesse et ton amour.

Pour que l’Église ait l’audace d’annoncer au monde la vraie joie, pour les baptisés appelés à être lumière du monde, pour les catéchistes témoins de l’Évangile, ensemble prions.

2 -Béni sois-tu Seigneur pour la paix que tu nous donnes.

Pour les dirigeants du monde, pour les artisans de paix, pour les sauveteurs, secouriste et personnels soignants dans les hôpitaux, ensemble nous te prions.

3 - Béni sois-tu Seigneur pour l’espérance que tu déposes en nous.

Pour tous ceux qui sont meurtris par le maladie, pour ceux qui se sentent en détresse, pour les femmes battues, les enfants maltraités et les innocents martyrisés, ensemble nous te prions.

4 - Béni sois-tu, Seigneur pour la foi qui nous fait vivre.

Pour notre communauté, en particulier les jeunes qui cherchent leur véritable vocation, et en ce jour de la fête des mères, pour toutes les mamans du monde, en particulier les plus fragiles, nous te prions.

Prière de conclusion : Père d’amour et de paix, nous t’en prions. Que la grâce de ton Fils Jésus et la communion du Saint Esprit révèlent à tous les hommes ta présence, toi qui nous aimes et qui règnes pour les siècles des siècles. Amen

Quête :

3. Liturgie de l’eucharistie :

La messe est dite pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde. Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

* Intentions demandées pour la fête de la Sainte Trinité : P. Théodore HOUETOUNGAN (anniversaire) ; Famille BAUDOUIN-CHATELAIN ; Mme Marie-Louise NOYER ; M. Mme PREAUBERT et leur famille ; M. Denis RAMBAUD et sa famille ; Mme Madeleine DINGA.

* Intention pour le mercredi 10 juin : Pour les 70 ans de mariage.

* M. André GARTARD, M. Patrice RIVEAU ; M. Victor PLANTÉ dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

* Baptême : Jade PARCÉ.

Prière sur les offrandes :

Sanctifie, Seigneur notre Dieu, le sacrifice sur lequel nous invoquons ton nom très saint. Par cette eucharistie, fais de nous-mêmes une éternelle offrande à ta gloire. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

Prière eucharistique :

Sanctus (Messe de la Trinité)

Saint, Saint, Saint le Seigneur, le Dieu de l’univers (bis)

Ciel et terre sont remplis de ta splendeur et de ta gloire.

Hosanna, au plus haut des cieux (bis). Saint, Saint, Saint...

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna (bis). Saint, Saint, Saint...

Anamnèse (Messe de la Trinité)

Gloire à toi qui étais mort ! (bis). Gloire à toi qui es vivant ! (bis).

Dieu Sauveur nous attendons ton retour : viens, Seigneur Jésus. (bis)

Notre Père :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

Agnus (Messe de la Trinité)

1- Agneau de Dieu, envoyé par le Père, tu nous sauves du péché, prends pitié de nous, Seigneur (bis)

2- Agneau de Dieu, emportant notre mort, tu nous donnes ta vie, prends pitié...

3- Agneau de Dieu, dans l’amour de l’Esprit, tu apaises notre cœur, donne-nous la paix Seigneur (bis)

Communion  :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :

Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.

Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moi
dans ce sacrement de ta vie livrée par amour.

Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,
tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.

Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir
pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.

Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,
viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.

Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,
je sois uni au Père et à mes frères, les hommes.

Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant : Marche avec nous (X 60-26)

1. Marche avec nous, Jésus ressuscité, partage nos chemins, nos doutes, nos blessures,
A l’heure où nos espoirs ne sont que vanité́, que ta voix nous rassure.

R/ Il n’est pas d’autre signe de vie que de donner l’amour, nous l’avons reconnu à la tombée du jour,
alors qu’en nous se lève l’étoile du matin.

2. Explique-nous, Jésus ressuscité, ce que l’intelligence ne peut pas savoir,
Au feu des prophéties nos âmes vont brûler et commencer à croire.

3- Reste avec nous, Jésus ressuscité, nos faims ont épuisé nos terres intérieures.
Mais ton action de grâce et ton pain partagé renouvellent nos heures.

4. Béni sois-tu, Jésus ressuscité, aucun soir ne pourra ravir en nous la joie,
Et le cœur de l’Église est un ardent brasier dont la flamme témoigne.

Prière après la communion :

Puissions-nous trouver, Seigneur, le salut de l’âme et du corps dans le sacrement que nous avons reçu, tandis que nous affirmons notre foi en la Trinité éternelle et sainte, comme en son indivisible Unité. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

4. Liturgie de l’envoi :

Bénédiction finale :

Le Seigneur soit avec vous.

  • Et avec votre esprit.

Que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit.

  • Amen.

Allez dans la paix du Christ.

  • Nous rendons grâce à Dieu.

Chant final : Sous ton voile de tendresse (V 56-48)

1. Sous ton voile de tendresse, nous nous réfugions.
Prends-nous dans ton cœur de mère où nous revivrons.
Marie, mère du Sauveur, nous te bénissons.

R/ Marie notre mère, garde-nous dans la paix.
Refuge des pécheurs, protège tes enfants.

2. Quand nous sommes dans l´épreuve, viens nous visiter.
De tous les dangers du monde, viens nous délivrer.
Marie, mère du Sauveur, prends-nous en pitié.

3. Marie, vierge immaculée, apprends-nous à prier.
Que demeurent dans nos cœurs, le silence et la paix.
Marie, mère du Sauveur, veille à nos côtés.

Fête de la Pentecôte – 31 mai 2020 - Liturgie préparée par l’équipe OPEN

Quel beau symbole que de reprendre dans notre paroisse le rassemblement eucharistique au souffle de l’Esprit de Pentecôte. Même si nos assemblées seront contraintes par un nombre limité en chaque église, nous serons en communion les uns avec les autres, et le nombre de messes proposées permettra au plus grand nombre de recevoir enfin le Corps du Christ dont nous avons eu faim tout au long de ce temps de confinement.

La belle séquence du jour de Pentecôte, lecture qui intervient juste avant l’évangile, nous décrit bien la présence de l’Esprit Saint au cœur de nos vies : « Consolateur, hôte très doux de nos âmes, repos et réconfort, lumière bienheureuse » ; ainsi que son action en nous : Il « lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guérit ce qui est blessé, assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé » et nous donne ses « sept dons sacrés », ceux que reçoivent tous ceux qui vivent le beau sacrement de la confirmation : « esprit de sagesse et d’intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et d’affection filiale, esprit d’adoration ».

Que l’Esprit Saint dynamise nos vies et renforce notre foi. Belle fête de Pentecôte.

Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.

Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

Edito de la feuille paroissiale : « Viens Esprit Saint… »

Cinquante jours après Pâques, les chrétiens fêtent la Pentecôte. « Quant arriva le jour de Pentecôte », les disciples, encore émus par la mort et les diverses apparitions de Jésus, se trouvaient tous réunis au Cénacle. « Des langues qu’on aurait dites de feu » apparurent et se posèrent sur chacun d’eux. « Tous furent remplis de l’Esprit Saint ». L’Esprit Saint grave en leur cœur une nouvelle loi, celle de l’amour. Ils se sentent investis d’une nouvelle mission, répandre la Bonne Nouvelle de la résurrection de Jésus.

Cette année, notre paroisse a le bonheur d’accompagner trois adultes, Corinne, Sarah et Thomas, en chemin vers la confirmation. Ils ont répondu à l’invitation de Dieu, appelés pour recevoir le 15 novembre prochain le sacrement de la confirmation. Malgré le confinement, ils ont poursuivi leur réflexion sur leur place dans l’Église. Ce temps de préparation leur permet d’être en union plus intime au Christ, vers une familiarité plus vive de l’Esprit Saint, son action et ses dons. A chacun d’eux « est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien ».

Aujourd’hui, Notre Seigneur Jésus Christ envoie, à nouveau, son Esprit sur chacun d’entre nous afin qu’Il « renouvelle la face de la terre », nous permette d’être reconnus filles et fils de Dieu, et d’apporter la Bonne nouvelle de la résurrection de Jésus, fils du Dieu vivant.

Corinne CHAUVET MONRIGAL

Équipe de confirmation des adultes

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Souffle imprévisible (K 28-44)

1- Souffle imprévisible, Esprit de Dieu. Vent qui fait revivre, Esprit de Dieu,
Souffle de tempête, Esprit de Dieu. Ouvre nos fenêtres, Esprit de Dieu.

R/ Esprit de Vérité, brise du Seigneur, Esprit de liberté, passe dans nos cœurs (bis)

4- Voix qui nous rassemble, Esprit de Dieu. Cri d’une espérance, Esprit de Dieu,
Voix qui nous réveille, Esprit de Dieu. Clame la nouvelle, Esprit de Dieu.

7- Joie donnée aux hommes, Esprit de Dieu. Fête du royaume, Esprit de Dieu,
Joie de l’Évangile, Esprit de Dieu. Fais de nous des signes, Esprit de Dieu.

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.

Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.

En cette fête de Pentecôte, et en communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : Messe de la Trinité

Seigneur Jésus, Parole éternelle du Père, tu viens illuminer les ténèbres de nos cœurs, prends pitié !

Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Ô Christ, Verbe fait chair de notre chair, tu veux nous donner part à ta divinité, prends pitié !

Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié. (bis)

Seigneur Jésus, élevé dans la gloire, tu répands en nos cœurs l’eau vive de l’Esprit, prends pitié !

Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne tous nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

Gloire à Dieu : Messe de la Trinité]

R/ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. (bis)

1- Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions,
Nous te rendons gloire, pour ton immense gloire.

2- Seigneur Dieu, Roi du ciel, Seigneur, Fils unique Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.

3- Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous.
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

4- Car toi seul es saint, toi seul es Seigneur, toi seul es le très haut,
Jésus Christ, avec le Saint Esprit, dans la gloire de Dieu le Père. AMEN

Prière d’ouverture :

Aujourd’hui, Seigneur, par le mystère de la Pentecôte, tu sanctifies ton Église chez tous les peuples et dans toutes les nations ; répands les dons du Saint-Esprit sur l’immensité du monde, et continue dans le cœur des croyants l’œuvre d’amour que tu as entreprise au début de la prédication évangélique. Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec toi Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Tous furent remplis de l’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues. »

Lecture du livre des Actes des Apôtres (2, 1-11)

Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours après Pâques, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière.
Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit.
Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient.
Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient :
« Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ?
Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. »

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Psaume 103 (104)

R/ Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre !

Bénis le Seigneur, ô mon âme ; Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur ! La terre s’emplit de tes biens.

Tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière.
Tu envoies ton souffle : ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre.

R/

Gloire au Seigneur à tout jamais ! Que Dieu se réjouisse en ses œuvres !
Que mon poème lui soit agréable ; moi, je me réjouis dans le Seigneur.

Deuxième lecture :

« C’est dans un unique Esprit que nous tous avons été baptisés pour former un seul corps. »

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (12, 3b-7.12-13)

Frères, personne n’est capable de dire : « Jésus est Seigneur » sinon dans l’Esprit Saint. Les dons de la grâce sont variés, mais c’est le même Esprit.
Les services sont variés, mais c’est le même Seigneur.
Les activités sont variées, mais c’est le même Dieu qui agit en tout et en tous.
À chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien.
Prenons une comparaison :
le corps ne fait qu’un, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps.
Il en est ainsi pour le Christ. C’est dans un unique Esprit, en effet, que nous tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés pour former un seul corps.
Tous, nous avons été désaltérés par un unique Esprit.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Séquence :

Viens, Esprit Saint, en nos cœurs et envoie du haut de ciel un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres, viens, dispensateur des dons, viens, lumière de nos cœurs.

Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes, adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos ; dans la fièvre, la fraîcheur ; dans les pleurs, le réconfort.

Ô lumière bienheureuse, viens remplir jusqu’à l’intime le cœur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine, il n’est rien en aucun homme, rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rends droit ce qui est faussé.

À tous ceux qui ont la foi et qui en toi se confient donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu, donne le salut final, donne la joie éternelle. Amen.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (Messe de la Trinité)

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Viens, Esprit Saint ! Emplis le cœur de tes fidèles ! Allume en eux le feu de ton amour !

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Évangile  : « De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie : recevez l’Esprit Saint. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (20, 19-23)

C’était après la mort de Jésus ; le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux.
Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie : de Jean-Paul

Nous avons tous une expérience pratique de l’Esprit Saint, mais nous n’y pensons pas toujours. Par exemple, lorsque nous prions, nous traçons sur nous le signe de la croix, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, nous référant ainsi à Dieu comme à un Père, qui se fait connaître en Jésus son Fils et qui demeure en nous par son Esprit…

Mais qui est le Saint Esprit ? Une jeune en chemin vers son baptême m’a dit un jour : « Je crois au Saint Esprit ; il est la pensée de Dieu dans mes propres pensées. » Et d’autres jeunes en préparation de leur profession de foi ont écrit dans l’une de leurs équipes : « Nous croyons en Toi, Esprit Saint. Tu nous pousses à réfléchir, à choisir le bon chemin à vivre. On ne peut pas te toucher, ni te voir, on te ressent dans notre cœur. Tu nous accompagnes tout au long de notre vie. Tu comptes sur nous pour être tes témoins et nous comptons sur toi pour faire grandir notre foi et vivre en chrétiens. »

Voilà qui nous en dit beaucoup sur l’Esprit Saint, comme les textes de ce jour qui nous parle d’Esprit en termes de vent, de langues de feu comme des paroles de feu, qui donnent aux apôtres le don de raconter les merveilles de Dieu dans toutes les langues de la Terre. Un Esprit, comme dit Saint Paul, qui donne des dons variés pour le bien de tous dans la recherche de l’unité, un Esprit qui désaltère, un Esprit qui libère et déverrouille nos peurs, un Esprit don de Jésus lui-même et de son Père transmis à tous ceux qui l’accueillent. Aussi pour mieux comprendre le Saint Esprit, reprenons quelques-unes de ses caractéristiques :

L’Esprit Saint, c’est une force ! Comme le vent. Cette force nous permet de dépasser nos peurs, de trouver les ressources face aux épreuves. N’ayons pas peur dans nos vies d’invoquer l’Esprit pour avoir la force de Dieu. Mais il ne peut pas tout faire tout seul, il a besoin de notre propre volonté.

L’Esprit Saint, c’est un conseiller intérieur. La pensée de Dieu dans nos pensées. En Saint Jean, Jésus dit : « Je prierai le Père pour vous, nous dit Jésus, il vous donnera l’Esprit de vérité qui sera toujours avec vous. L’Esprit vous enseignera tout et vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. » Ce conseiller intérieur nous rappelle les paroles de Jésus et nous aide à faire les bons choix. Mais, il ne peut pas tout faire tout seul : à nous d’apprendre les paroles de Jésus pour pouvoir ensuite nous en souvenir. C’est le rôle de la catéchèse, des formations, des groupes d’échanges…

L’Esprit Saint, c’est le priant. Il fait de notre vie une vie spirituelle, tournée vers Dieu. C’est lui qui prie en nous et nous permet de reprendre les mots de Jésus pour dire à Dieu : Père… Prenons le temps de la prière, de l’intériorité pour faire droit à la présence de Dieu au plus profond de chacun de nous. L’Esprit fait de nous des tabernacles de la présence de Dieu : « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole, dit Jésus, mon Père l’aimera et nous viendrons demeurer chez lui », nous dit Jésus toujours dans l’évangile selon Saint Jean.

L’Esprit Saint, c’est un marathonien. Le mot « Esprit » veut dire souffle. Vivre de l’Esprit, c’est avoir du souffle pour vivre et pour donner de la vie autour de soi, pour tenir fidèlement dans ses engagements. L’Esprit Saint est souffle de vie qui nous anime de l’intérieur. L’Esprit nous rend endurant.

L’Esprit Saint, c’est une semence d’éternité. L’Esprit de Dieu est Dieu lui-même et donc vie éternelle : « Je vous donnerai l’eau vive dit Jésus en parlant de l’Esprit Saint, et il sera en vous source jaillissante en vie éternelle. » L’Esprit Saint déposé en nous ne meurt pas et nous permet de vivre le passage de la mort pour entrer dans la vie éternelle de Dieu. L’Evangile nous montre Jésus qui souffle sur ses disciples : ce mot veut dire transmettre un souffle de vie. L’Esprit est la vie même de Dieu qui nous anime dès maintenant et pour la vie éternelle. Et comme ce même Esprit est en nous, vivants et morts, il nous unit au-delà du temps et nous permet d’être en communion les uns avec les autres. C’est ce que nous exprimons par la communion des saints dans le Credo. Nous ne prions pas seulement pour nos défunts, nous prions par l’Esprit avec eux.

Finalement, l’Esprit Saint, c’est extraordinaire : Il est la présence de Dieu au plus intime de nous-mêmes. Mais c’est aussi une responsabilité : nous ne pouvons pas abîmer ce beau cadeau, ni dans notre vie, ni dans la vie des autres, car dès que nous faisons du mal à un homme, nous faisons du mal à Dieu, puisque Dieu habite au cœur de l’homme par son Esprit. C’est pourquoi l’Eglise défend la vie depuis le début de la vie jusqu’à la mort : toucher à la vie, c’est toucher à Dieu.

Le sacrement de l’Esprit Saint dans l’Eglise, c’est en particulier celui de la confirmation. Les confirmés marqués par le Saint Chrême, l’huile parfumée, nous montrent ce qu’est être chrétien : comme l’huile, par l’Esprit, le chrétien est pénétré de la présence de Dieu. Comme le parfum, le chrétien est invité à « sentir Dieu » : Une personne emplie de la présence de Dieu, ça devrait se sentir ! Nous sommes invités à répandre la bonne odeur de Dieu par nos paroles et nos actions. C’est cela être témoin. Et les fruits de l’Esprit, nous les connaissons : l’amour, la paix, la bienveillance, le souci des autres, etc.

Que cette fête de Pentecôte nous remette en mémoire la présence merveilleuse de Dieu en chacun de nous par le don de son Esprit Saint. Qu’elle nous invite à nous bouger pour en être témoins chaque jour. Puissions-nous être la demeure de Dieu au cœur de ce monde.

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Prière universelle :

Invitatoire  : Frères et sœurs, c’est l’Esprit du Seigneur qui prie par nos voix, demandons à l’Esprit de feu d’écouter nos prières pour l’Eglise et le monde :

Refrain  : Vienne ton Esprit Seigneur.

1- « Tous, nous les entendons parler dans nos langues les merveilles de Dieu. »

Que ton Esprit, Seigneur, rende audacieux tous nos frères et sœurs de tous les continents, en communion avec notre pape François, pour annoncer aux hommes les merveilles de ton amour. Vienne ton Esprit, Seigneur. /R

2- « Tu envoies ton souffle, ils sont créés, tu renouvelles la face de la terre. »

Que ton Esprit, Seigneur, renouvelle nos manières de penser et de faire pour inventer un monde nouveau suite à cette pandémie. Pour que subsiste cet élan de créativité et de solidarité, vienne ton Esprit, Seigneur. /R

3- « C’est dans un unique Esprit, que tous nous avons été baptisés pour former un seul corps. »

Que ton Esprit, Seigneur, unifie nos familles et nos communautés en Eglise et dans le monde, pour construire davantage de fraternité, vienne ton Esprit, Seigneur. /R

4- « Esprit consolateur, guéris ce qui est blessé. »

Que ton Esprit, Seigneur, vienne soutenir les hommes et les femmes touchés par le deuil, la maladie, l’exclusion sociale, les difficultés économiques. Pour qu’ils trouvent autour d’eux soutien et réconfort, vienne ton Esprit, Seigneur. /R

5- « De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. »

Que ton Esprit, Seigneur, fasse de nous tous des témoins joyeux de ta miséricorde et des porteurs de paix au cœur du monde, vienne ton Esprit, Seigneur. /R

Prière de conclusion : Esprit de lumière, hôte très doux de nos cœurs, écoute nos prières, exauce-nous, toi qui qui règnes avec le Père et le Fils, dès maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Quête  :

La quête de la Pentecôte est destinée à la FORMATION DES PRETRES ET DES SEMINARISTES. 190 prêtres prient, célèbrent et servent dans notre diocèse. Ils participent à des formations.
Six d’entre eux ont suivi le parcours Talenthéo. L’objectif : redonner un élan d’évangélisation pour multiplier des communautés de disciples-missionnaires et inventer les paroisses de demain comme nous le demande le pape François. Notre diocèse a aussi la joie d’accompagner 10 séminaristes dans leur vocation au service de notre Eglise.
8 séminaristes du diocèse sont en études.
1 vit une année de discernement près de Rennes et 1 autre débute son parcours dans un groupe de formation universitaire.
Ils représentent un formidable signe d’espérance ! Le produit de cette quête et votre prière permettront le soutien à la formation des prêtres et des séminaristes du diocèse d’Angers. Merci pour votre générosité.

Il est toujours possible de verser sa participation à la quête paroissiale de plusieurs manières : Se faire un panier de quête à domicile où on cotise à chaque célébration et que l’on remettra à la messe dominicale à la sortie du confinement ; ou donner via le site national dédié pour la quête ( https://donner.catholique.fr/quete/ )  ; ou donner via l’application smartphone « la quête » ; ou faire un don pour sa paroisse ou au diocèse via le bouton dédié sur le site diocésain

3. Liturgie de l’eucharistie :

La messe est dite cette fête de Pentecôte est dite pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde. Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

* Intentions demandées pour la fête de la Pentecôte : Béatrice RIEUX ; Famille BENOIST-MACHARD ; Famille PAILLAT-SCIAUDEAU ; M. Michel MORINEAU et sa famille ; Famille CANARD André – DAVID – CLECH ; pour une personne en fin de vie ; pour Raphaël et sa famille.

* Mme Brigitte PELOU dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

Prière sur les offrandes :

Dieu notre Père, réponds à notre attente, souviens-toi de la promesse de ton Fils ; que l’Esprit Saint nous fasse pénétrer plus avant dans l’intelligence du mystère eucharistique et nous ouvre à la vérité tout entière. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

Prière eucharistique :

Sanctus (Messe de la Trinité)

Saint, Saint, Saint le Seigneur, le Dieu de l’univers (bis)

Ciel et terre sont remplis de ta splendeur et de ta gloire.

Hosanna, au plus haut des cieux (bis). Saint, Saint, Saint...

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Hosanna (bis). Saint, Saint, Saint...

Anamnèse (Messe de la Trinité)

Gloire à toi qui étais mort ! (bis). Gloire à toi qui es vivant ! (bis).

Dieu Sauveur nous attendons ton retour : viens, Seigneur Jésus. (bis)

Notre Père :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

Agnus (Messe de la Trinité)

1- Agneau de Dieu, envoyé par le Père, tu nous sauves du péché, prends pitié de nous, Seigneur (bis)

2- Agneau de Dieu, emportant notre mort, tu nous donnes ta vie, prends pitié...

3- Agneau de Dieu, dans l’amour de l’Esprit, tu apaises notre cœur, donne-nous la paix Seigneur (bis)

Communion :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :

Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.

Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moi
dans ce sacrement de ta vie livrée par amour.

Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,
tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.

Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir
pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.

Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,
viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.

Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,
je sois uni au Père et à mes frères, les hommes.

Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant : Laissez-vous mener par l’Esprit (K 524)

R/ Laissez-vous mener par l’Esprit, sur les chemins de la justice.
Le vent de Dieu qui vous a pris, fera de vous des hommes libres.

1. Brisez le fer des vieilles lois, sur les chemins de l’esclavage.
L’amour est votre unique loi, prenez sans crainte ses passages.

4. L’Esprit se joint à votre esprit, pour murmurer « Dieu notre Père ».
L’amour vous donne un cœur de fils, et sa chaleur vous fait renaître.

5. Souvenez-vous qu’au dernier soir, Dieu jugera sur le partage.
L’amour a-t-il ouvert vos bras ? Vous recevrez son héritage.

Prière après la communion :

Dieu qui accordes les bien du ciel à ton Eglise, protège la grâce que tu viens de lui donner : que le souffle de la Pentecôte agisse avec toujours plus de force ; que ce repas sanctifié par l’Esprit fasse progresser le monde vers son salut. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

4. Liturgie de l’envoi :

Bénédiction solennelle :

Aujourd’hui, Dieu le Père de toute lumière a envoyé l’Esprit Saint au cœur des disciples du Christ, il les a illuminés : que ce même Esprit vous pénètre et sanctifie en vous ses dons.

  • Amen.

Que le feu d’en haut venu sur les disciples consume tout mal au fond de vos cœurs et vous fasse porter au monde sa lumière.

  • Amen.

C’est l’Esprit qui a rassemblé des hommes de toutes langues dans la profession de la même foi : qu’il vous garde fidèles à cette foi et dans l’espérance du jour de Dieu.

  • Amen.

Et que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit.

  • Amen.

Chant final : Par toute la terre

Par toute la terre il nous envoie témoigner de son Amour.
Proclamer son Nom et son Salut, dans la force de l’Esprit !

Car nos yeux ont vu et reconnu, le Sauveur ressuscité,
Le Saint d’Israël, né de Marie, Fils de Dieu qui donne vie !

Criez de joie, Christ est ressuscité ! Il nous envoie annoncer la vérité !
Criez de joie, brûlez de son amour, car il est là, avec nous pour toujours !

Bon dimanche de Pentecôte à tous.

7ème dimanche de Pâques – 24 mai 2020

En communion de prière
Liturgie préparée par le service de communication

En ce dimanche des communications sociales, nous sommes invités à prier et à soutenir les acteurs de la communication.
L’actualité nous montre la nécessité pour l’Eglise d’être présente en utilisant les moyens de communication du moment pour rencontrer et dialoguer avec chacun. Nous l’avons particulièrement vu pendant cette période de confinement : grâce aux outils de communication numérique, nombre de messes ont pu être retransmises en direct via les réseaux sociaux ou à la radio.
Les outils de partage, d’information et d’échanges tels que le site internet, les lettres d’information (newsletters), les mails, le téléphone ont fonctionné à plein pour garder du lien entre nous.
Autant de manières de nous encourager à prier ensemble et à inventer de nouvelles solidarités. Les réunions ou formation en visio-conférences ont aussi fait leur apparition.

La communication diocésaine veut être au service pour l’accompagnement de tous. Elle travaille avec RCF Anjou et entretient des relations régulières avec la presse locale. Elle organise des rencontres régulières avec les différents acteurs de la communication dans les paroisses, services, mouvements.
Le bulletin l’Eglise d’Anjou, le site Internet, les journaux paroissiaux missionnaires, les affiches et tracts, les campagnes de communication financières, permettent de partager la Bonne Nouvelle et de se faire l’écho d’une parole d’espérance.
Elle donne aussi à voir ce que nous vivons en Eglise. Pour faire vivre ces outils de communication, les acteurs ont besoin de notre soutien financier et de notre prière.

Nous profitons de cette journée pour remercier notre service paroissial de communication sous la houlette d’Alain Busnel. Je tiens aussi à remercier particulièrement Bernard Meunier, notre webmaster qui s’est dépensé sans compter pour permettre le suivi de toutes nos informations paroissiales via notre site Internet.

En ce dimanche 24 mai, nous concluons également la semaine anniversaire de l’encyclique Laudato Si’ qui nous rappelle le soin à apporter à notre maison commune, la Terre. Vous verrez dans les informations paroissiales qu’une action est proposée pour nous engager pour le climat à une véritable conversion écologique.
A 20h00 ce dimanche, faisons sonner toutes les clochettes de nos maisons !

Jésus dans l’évangile dit dans sa prière : « Père, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire. » La gloire, en hébreu, évoque ce qui a du poids, de la valeur. Que cette attention à communiquer la Bonne Nouvelle et à prendre soin de notre Terre témoigne de ce qui a du poids au cœur de nos vies !

Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.

Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

Edito de la feuille paroissiale  : Construire plutôt que détruire

De ce dimanche, l’Église fait la Journée chrétienne de la communication et l’actuelle pandémie lui donne une dimension particulière. Chacun, depuis des mois, mesure en effet l’importance de la communication mais ses limites aussi ! Le Pape François, en janvier dernier, ne croyait pas si bien dire en évoquant « la vérité des bons récits ». À quoi les reconnaître ? À ceci qu’ils « construisent » au lieu de détruire. Un récit « humain qui parle de nous et de la beauté qui nous habite... »

Si les médias ont des devoirs, leurs usagers en ont autant. Faire l’effort de sélectionner ses sources d’information, résister à l’envie ou à la facilité d’écouter les sirènes de la division, de la suspicion et de la haine, éviter de répandre les rumeurs – peut-être cela fait-il également partie de notre métier de chrétien…

Nous ne sommes pas sortis, loin de là, de cette période compliquée où se trouvent menacées tout à la fois notre santé physique et de plus en plus la santé économique et sociale de nos pays. Nous qui croyons, nous qui prions, sachons nous en inspirer. Les intentions de prière, pas besoin de nous creuser la tête pour les trouver : elles sont à portée de notre regard.

Les disciples de Jésus, nous disent les Actes des Apôtres dans la lecture du jour, « tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière. » Essayons de les imiter, et par-delà les malheurs du monde, avec le psalmiste, cherchons à voir « les bontés du Seigneur ».

Yves Durand, du Service Communication de la paroisse

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Dieu de miséricorde (I 37-40)

R. Dieu de miséricorde, Tu nous aimes pour la vie.
Dieu de miséricorde, par Jésus, tu nous guéris.
Avec lui, nous rendons grâce, Alléluia, Alléluia !
Gloire à Toi le Dieu de Pâques, Alléluia, Alléluia !

1. Par ton fils ressuscité, tu réveilles notre foi.
Le sauveur aux mains percées nous libère par sa croix.
Il se montre à ses amis, et la peur s’évanouit.

4. Sur la route d’Emmaüs deux marcheurs l’ont rencontré.
Leurs yeux s’ouvrent aux Écritures et leur cœur est embrasé.
Ils découvrent l’Inconnu en voyant le pain rompu.

6. Par l’unique et bon Pasteur, Dieu prend soin de ses brebis ;
elles suivent avec ferveur le Berger qui les conduit.
Quelle joie dans le troupeau des fidèles au cœur nouveau !

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.

Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.
En ce 7ème dimanche de Pâques, et en communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : Messe de la Trinité

Seigneur Jésus, Parole éternelle du Père, tu viens illuminer les ténèbres de nos cœurs, prends pitié !

Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Ô Christ, Verbe fait chair de notre chair, tu veux nous donner part à ta divinité, prends pitié !

Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié. (bis)

Seigneur Jésus, élevé dans la gloire, tu répands en nos cœurs l’eau vive de l’Esprit, prends pitié !

Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne tous nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

Gloire à Dieu : Messe de la Trinité

R/ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. (bis)

1- Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions,Nous te rendons gloire, pour ton immense gloire.

2- Seigneur Dieu, Roi du ciel, Seigneur, Fils unique Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.

3- Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous.
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

4- Car toi seul es saint, toi seul es Seigneur, toi seul es le très haut,
Jésus Christ, avec le Saint Esprit, dans la gloire de Dieu le Père. AMEN

Prière d’ouverture :

Entends notre prière, Seigneur : nous croyons que le Sauveur des hommes est auprès de toi dans la gloire ; fais-nous croire aussi qu’il est encore avec nous jusqu’à la fin des temps, comme il nous l’a promis. Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec toi Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière »

Lecture du livre des Actes des Apôtres (Ac 1, 12-14)

Les Apôtres, après avoir vu Jésus s’en aller vers le ciel, retournèrent à Jérusalem depuis le lieu-dit « mont des Oliviers » qui en est proche, – la distance de marche ne dépasse pas ce qui est permis le jour du sabbat.
À leur arrivée, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement ; c’était Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques.
Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Psaume 26 (27)

R/ J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants.

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté et m’attacher à son temple.
R/
Écoute, Seigneur, je t’appelle ! Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit ta parole : « Cherchez ma face. »
R/

Deuxième lecture : « Si l’on vous insulte pour le nom du Christ, heureux êtes-vous »

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre (4, 13-16)

Bien-aimés, dans la mesure où vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin d’être dans la joie et l’allégresse quand sa gloire se révélera.
Si l’on vous insulte pour le nom du Christ, heureux êtes-vous, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous.
Que personne d’entre vous, en effet, n’ait à souffrir comme meurtrier, voleur, malfaiteur, ou comme agitateur.
Mais si c’est comme chrétien, qu’il n’ait pas de honte, et qu’il rende gloire à Dieu pour ce nom-là.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (Messe de la Trinité)

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)
Je ne vous laisserai pas orphelins, dit le Seigneur ; je reviens vers vous, et votre cœur se réjouira.
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Évangile : « Père, glorifie ton Fils »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (17, 1b-11a)

En ce temps-là, Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés.
Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire. Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, Père, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe.
J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole.
Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé.
Moi, je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi. Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux.
Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. »

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie  : de Bruno

Nous avons célébré la montée, l’ascension, du Christ au ciel jeudi. Que font les onze dès ce moment ? « Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière. »

SOMMES-NOUS ASSIDUS À LA PRIÈRE ?

Etre assidu, c’est être présent, littéralement « être assis auprès ». Celui qui est constamment présent auprès de quelqu’un ou dans un lieu, ou qui s’adonne sans discontinuer à une occupation est assidu. Que faisons-nous sans discontinuer dans notre vie ? Nous respirons. La prière est comme notre respiration. Ce n’est pas la seule façon de respirer, mais elle doit y ressembler : qu’elle devienne comme un réflexe, une attitude intérieure stable (le texte dit « habituellement »), un échange d’amour : j’inspire et reçoit l’amour de Dieu, j’expire j’aime à mon tour.

TOUS

La prière est un lieu de rassemblement, pas toujours dans un lieu physique commun, mais toujours dans le cœur de Dieu. Si l’un de nous ne prie pas, il nous manque. Et s’il manque un membre au corps (cf 1 Co 12, 27), le corps est affaibli.

LES APÔTRES SONT DÉSIGNÉS PAR LEUR NOM

Chacun compte. Cela signifie que nous sommes à la fois attendus et reconnus par nos frères et sœurs, par le Christ, dans la prière.

D’UN SEUL CŒUR

Et nous pouvons dire ou chanter le psaume de ce jour : « le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ? Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ? » « Si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux » (Mt 18, 19). Que demande le psalmiste : « J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche : habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie »

HABITER LA MAISON DU SEIGNEUR

Il y a plusieurs sens pour cette « maison du Seigneur ». Cela peut désigner le ciel, l’Eglise, ou encore notre maison commune : la terre. Elle est l’œuvre de Dieu pour nous. Aujourd’hui précisément, nous fêtons les cinq ans de l’encyclique Laudato Si’ du pape François.

AUJOURD’HUI

Aujourd’hui, je vous propose de nous unir tous, d’un même cœur, assidûment, pour prier avec l’Eglise universelle et son pasteur. Afin que la pandémie soit l’occasion de progrès, de changements de fond dans nos comportements personnels et dans les décisions politiques en vue de la sauvegarde de notre maison commune. Nous sommes dans la neuvaine d’attente du don de l’Esprit Saint, entre Ascension et Pentecôte.
Adressons-nous donc à l’Esprit créateur :

Viens, Esprit Créateur nous visiter, Viens éclairer l’âme de tes fils,
Emplis nos cœurs de grâce et de lumière, Toi qui créas toute chose avec amour.

Toi le Don, l’envoyé du Dieu Très Haut, Tu t’es fait pour nous le Défenseur,
Tu es l’Amour le Feu la source vive, Force et douceur de la grâce du Seigneur.

Donne-nous les sept dons de ton amour, Toi le doigt qui œuvres au Nom du Père,
Toi dont il nous promit le règne et la venue, Toi qui inspires nos langues pour chanter.

Mets en nous ta clarté, embrase-nous, En nos cœurs, répands l’amour du Père,
Viens fortifier nos corps dans leur faiblesse, Et donne-nous ta vigueur éternelle.

Chasse au loin l’ennemi qui nous menace, Hâte-toi de nous donner la paix,
Afin que nous marchions sous ta conduite, Et que nos vies soient lavées de tout péché.

Fais-nous voir le visage du Très-Haut, Et révèle-nous celui du Fils,
Et toi l’Esprit commun qui les rassemble, Viens en nos cœurs, qu’à jamais nous croyions en toi.

Gloire à Dieu notre Père dans les cieux, Gloire au Fils qui monte des Enfers,
Gloire à l’Esprit de Force et de Sagesse, Dans tous les siècles des siècles, Amen.

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout puissant,
créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur,
qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers,
le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux,
est assis à la droite de Dieu, le Père tout puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint,
à la sainte Église catholique,
à la communion des saints,
à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair, à la vie éternelle.
Amen.

Prière universelle :

Invitatoire : Dans l’attente de l’Esprit consolateur, confions avec ferveur toutes nos demandes à notre Père céleste :

Refrain : Entends nos appels et sauve-nous.

1- « J’ai manifesté ton nom aux hommes. »

En cette 54ème Journée mondiale des communications sociales, nous te prions pour tous les acteurs du monde de la communication. Seigneur, qu’à l’appel du Pape François, journalistes et communicants sachent « partager, raconter » pour que leur récit qui prend vie, entre dans l’existence de celui qui l’écoute et la transforme. Nous te prions.

2- « Écoute, Seigneur, je t’appelle. »

En ce début de dé-confinement nous te prions pour tous ceux qui travaillent pour le bien et la santé de tous. Inspire-nous les mots, les gestes, les attitudes qui vont permettre la reprise d’une vie plus fraternelle. Nous te prions.

3- « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent. »

Seigneur, apprends-nous chaque jour à te connaître et à te reconnaître davantage. Nous te confions plus particulièrement tous ceux à qui nous déléguons la tâche d’approfondir cette connaissance auprès des enfants, des catéchumènes. Nous t’en prions.

4- « Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec Marie. »

O Marie, femme et mère, tu as tissé dans ton sein la Parole divine, apprends-nous à reconnaître le bon fil qui guide l’Histoire. Seigneur, aide-nous à édifier des histoires de paix, des histoires d’avenir. Et indique-nous le chemin à parcourir ensemble. Nous te prions.

Prière de conclusion : Dieu notre Père, regarde tes enfants. Assurés que nos prières ne sont pas vaines, nous te demandons de les exaucer par Jésus le Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec toi, Père, et le Saint Esprit maintenant pour les siècles des siècles. Amen.

Quête  : En ce 24 mai, pour contribuer au financement des actions de communication dans le diocèse

Le dimanche suivant l’Ascension, a lieu la Journée des communications sociales. Elle a pour objectif de mieux faire connaître les moyens de communication des paroisses, des diocèses et des services de l’Église catholique. La quête de ce dimanche veut aider financièrement le service de la communication du diocèse. L’une de ses missions est de soutenir les paroisses, services, mouvements et communautés dans ce domaine. Ainsi, soutenir financièrement les moyens de communication, c’est leur permettre d’accomplir leur mission d’informer et d’annoncer l’Évangile. Merci à tous.

Il est toujours possible de verser sa participation à la quête paroissiale de plusieurs manières :

Se faire un panier dominicale à la sortie du confinement ;
ou donner via le site nde quête à domicile où on cotise à chaque célébration et que l’on remettra à la messeational dédié pour la quête (https://donner.catholique.fr/quete/ )
 ; ou donner via l’application smartphone « la quête » ;
ou faire un don pour sa paroisse ou au diocèse via le bouton dédié sur le site diocésain

3. Liturgie de l’eucharistie :

La messe est dite ce dimanche pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde.

Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

* Intentions demandées pour le dimanche 24 mai : Jean-Claude et Michèle 57 ans de mariage ; M. Denis RAMBAUD (anniversaire) ; Jean et Andrée COSTIOU ; Béatrice RIEUX.

* Mme Anne FAURE, Mme Katia FLIPS, Mme Maria MALASSIGNE, dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

Notre Père :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal.
Amen.

Communion :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :

Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.

Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moi
dans ce sacrement de ta vie livrée par amour.

Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,

tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.
Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir
pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.

Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,
viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.

Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,
je sois uni au Père et à mes frères, les hommes.

Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant : Marche avec nous (X 60-26)

1. Marche avec nous, Jésus ressuscité, partage nos chemins, nos doutes, nos blessures,
A l’heure où nos espoirs ne sont que vanité́, que ta voix nous rassure.

R/ Il n’est pas d’autre signe de vie que de donner l’amour, nous l’avons reconnu à la tombée du jour,
alors qu’en nous se lève l’étoile du matin.

2. Explique-nous, Jésus ressuscité, ce que l’intelligence ne peut pas savoir,
Au feu des prophéties nos âmes vont brûler et commencer à croire.

3- Reste avec nous, Jésus ressuscité, nos faims ont épuisé nos terres intérieures.
Mais ton action de grâce et ton pain partagé renouvellent nos heures.

4. Béni sois-tu, Jésus ressuscité, aucun soir ne pourra ravir en nous la joie,
Et le cœur de l’Église est un ardent brasier dont la flamme témoigne.

4. Liturgie de l’envoi :

Bénédiction  :

Que le Seigneur vous tienne en sa bénédiction, qu’il répande sur vous sa grâce, qu’il vous instruise par sa Parole de vérité, qu’il vous forme par l’Evangile du salut et rende vos cœurs plus riches d’amour fraternel. Et que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit. — Amen.

Chant final : Missionnaire de la joie de l’Évangile

R/ Le Seigneur nous envoie pour annoncer la joie, la joie de l’Évangile.
Le Seigneur nous confie la mission de l’amour, l’amour du Dieu d’amour.

1- Comme le Père m’a envoyé, pareillement moi je vous envoie. Allez et témoignez !

4- Ainsi je suis le Bon Berger, et je connais chacun par son nom. Allez et témoignez !

Ascension – 21 mai 2020

Liturgie préparée par l’équipe de préparation à la première communion

En cette fête de l’Ascension où nous célébrons le retour définitif de Jésus auprès de son Père du Ciel, nous avons une pensée particulière pour les enfants qui devaient faire en ce jour leur première communion. Il y a en effet un lien fort entre cette volonté de Jésus de rester à jamais en communion avec nous d’une autre manière après son retour au ciel et le sacrement de l’eucharistie qui est une manière concrète de le vivre. Même si Jésus n’est plus visible à nos yeux, il est le Vivant à jamais, toujours présent auprès de nous.

Lors de l’événement de l’Ascension, les disciples de Jésus sont restés là à regarder le ciel. C’est alors que deux hommes en vêtements blancs leur disent : « pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Jésus, qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. » Désormais, ce n’est donc pas uniquement vers le ciel qu’il nous faut regarder, mais aussi vers la terre. Par la venue de Jésus, le ciel est venu sur la terre pour nous apprendre à découvrir dès maintenant le ciel sur la terre. C’est ce que demandons dans le Notre Père : « Notre Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faire sur la terre comme au ciel ».

Ce désir de vivre sur la terre en communion avec Jésus, c’est notre mission de baptisés à faire partager : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.

Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

Une semaine anniversaire de l’encyclique Laudato’Si
Par Christine Maignant, et la commission écologie de la paroisse

La semaine du 16 au 24 mai 2020 marque le 5ème anniversaire de l’encyclique du Pape François "Laudato Si’" sur l’attention que nous portons à notre maison commune. Pour marquer cet anniversaire, la commission écologie nous propose un jeu à faire via le site Internet de la paroisse ou dans les églises. Merci de renvoyer vos réponses au plus tard le dimanche 24 mai 12h30 à l’adresse courriel suivante : commissionecologie chez gmail.com !

De plus, une exposition Ladato Si’ vous attend à l’église Ste Thérèse !!!

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Il nous précède en Galilée (I 26 38)

R/ Il nous précède en Galilée, Christ au milieu du monde !
Il nous précède en Galilée, Christ ressuscité !

1- Dans la Galilée des pauvres et des petits, nous irons porter des mots qui donnent vie :
« Au nom de Jésus Christ, lève-toi et marche ! » (bis)
Marche, marche, marche avec ton Dieu ! Sa parole est forte à jamais !

2- Dans la Galilée des peuples sans espoir, nous ferons jaillir des sources pour la soif.
« Au nom de Jésus Christ, lève-toi et marche ! » (bis)
Marche, marche, marche avec ton Dieu ! Il est ton Rocher à jamais !

5- Dans la Galilée des hommes divisés, nous inventerons des voies pour l’unité.
« Au nom de Jésus Christ, lève-toi et marche ! » (bis)
Marche, marche, marche avec ton Dieu ! Lui qui est l’amour à jamais !

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.
Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.
En cette fête de l’Ascension, et en communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : Messe d’Emmaüs

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.
Ô Christ, prends pitié, prends pitié de nous.
Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne tous nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

Gloire à Dieu : Messe d’Emmaüs

R/ Gloire à Dieu, Gloire à Dieu, au plus haut des cieux !
Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime, Gloria, Gloire à Dieu !

1. Pour tes merveilles, Seigneur Dieu, ton peuple te rend grâce !
Ami des hommes, sois béni pour ton Règne qui vient !

2. A toi les chants de fête, par ton Fils bien-aimé, dans l’Esprit,
Sauveur du monde, Jésus-Christ, écoute nos prières !

3. Agneau de Dieu, vainqueur du mal, sauve-nous du péché !
Dieu Saint, splendeur du Père, Dieu vivant, le Très-Haut, le Seigneur !

Prière d’ouverture :

Dieu qui élèves le Christ au-dessus de tout, ouvre-nous à la joie et à l’action de grâce, car l’Ascension de ton Fils est déjà notre victoire : nous sommes les membres de son corps, il nous a précédés dans la gloire auprès de toi, et c’est là que nous vivons en espérance. Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec toi Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva. »

Lecture du livre des Actes des Apôtres (1, 1-11)

Cher Théophile, dans mon premier livre j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné depuis le moment où il commença, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis. C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ; il leur en a donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu.
Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père.
Il déclara : « Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche : alors que Jean a baptisé avec l’eau, vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici peu de jours. »
Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? »
Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »
Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux.
Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que, devant eux, se tenaient deux hommes en vêtements blancs, qui leur dirent :
« Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Psaume 46 (47), 2-3, 6-7, 8-9)

R/ Dieu s’élève parmi les ovations, le Seigneur, aux éclats du cor.

Tous les peuples, battez des mains, acclamez Dieu par vos cris de joie ! Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable, le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations, le Seigneur, aux éclats du cor. Sonnez pour notre Dieu, sonnez, sonnez pour notre roi, sonnez !
R/
Car Dieu est le roi de la terre : que vos musiques l’annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens, Dieu est assis sur son trône sacré.
R/

Deuxième lecture : « Dieu l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux. »

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens (1, 17-23)

Frères, que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père dans sa gloire, vous donne un esprit de sagesse qui vous le révèle et vous le fasse vraiment connaître. Qu’il ouvre à sa lumière les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle espérance vous ouvre son appel, la gloire sans prix de l’héritage que vous partagez avec les fidèles, et quelle puissance incomparable il déploie pour nous, les croyants : c’est l’énergie, la force, la vigueur qu’il a mise en œuvre dans le Christ quand il l’a ressuscité d’entre les morts et qu’il l’a fait asseoir à sa droite dans les cieux.
Il l’a établi au-dessus de tout être céleste : Principauté, Souveraineté, Puissance et Domination, au-dessus de tout nom que l’on puisse nommer, non seulement dans le monde présent mais aussi dans le monde à venir.
Il a tout mis sous ses pieds et, le plaçant plus haut que tout, il a fait de lui la tête de l’Église qui est son corps, et l’Église, c’est l’accomplissement total du Christ, lui que Dieu comble totalement de sa plénitude.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (messe d’Emmaüs)

R/ ALLÉLUIA, ALLÉLUIA, ALLÉLUIA !

1- Ta parole, Seigneur, éveille nos esprits, ALLÉLUIA !

2- Ta Parole, Seigneur, fait danser nos lèvres, ALLÉLUIA !

3- Ta Parole, Seigneur, vient changer nos cœurs, ALLÉLUIA !

Évangile : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (28, 16-20)

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles :
« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie : de Bruno

JÉSUS JOUE-T-IL A CACHE CACHE ?

Dans la première lecture, le Christ s’élève, une nuée le soustrait aux yeux des onze : il disparait dans le brouillard ! Il a été enlevé au ciel, il n’est plus là. Et après ? Le texte nous dit qu’il reviendra de la même manière, tandis que, dans l’évangile, Jésus dit : « Je suis avec vous tous les jours ». Alors : il est là ou pas là ? Ou plutôt, quelle est sa présence aujourd’hui ?

LES PIEDS SUR LA TERRE ET LA TÊTE DANS LE CIEL

« Comme Seigneur, le Christ est aussi la tête de l’Église qui est son Corps (cf. Ep 1,22). Élevé au ciel et glorifié, ayant ainsi accompli pleinement sa mission, il demeure sur la terre dans son Église » Voilà ce que nous dit le catéchisme de l’Eglise catholique (n° 669). Si on continuait la première lecture, on verrait que très vite, avant la pentecôte (dans les dix jours donc) les disciples ont pris la décision de remplacer Judas. Première décision de l’Eglise naissante. Le Christ est parti, l’Eglise est à l’œuvre.

DIEU N’A PAS BESOIN D’INTERMEDIAIRES ?

Mais Dieu n’a pas besoin d’intermédiaires ! Certains parmi nous le pensent peut-être, ou bien l’ont lu ou entendu. C’est vrai, Dieu peut tout faire par lui-même, il est assez puissant pour cela et il nous connait mieux que nous même. Mais voilà, sur la terre, sa présence n’est pas comme celle du Christ il y a deux mille ans. Nous ne pouvons pas l’entendre de nos oreilles, le voir de nos yeux, le toucher de nos mains. Comment savoir alors ce qu’il veut nous dire, nous montrer, nous donner ? Dieu peut tout, mais l‘homme risque de tout.. refuser, par volonté, par erreur ou par ignorance.

ET DIEU CRÉA L’ÉGLISE

Voilà une des raisons pour lesquelles l’Eglise a été instituée par le Christ. Voyons trois exemples concrets.

LE BAPTÊME

St Augustin écrivait : « quand Pierre baptise, c’est Jésus qui baptise. » Le baptême est célébré par le prêtre ou le diacre mais c’est le Christ qui baptise. C’est ainsi pour chaque sacrement. C’est une œuvre humaine, accomplie par un homme, et divine accomplie par Dieu. Dans le baptême, nous voyons, nous entendons, nous sommes touchés. Nous voyons des signes matériels, l’eau, l’huile, la lumière. Nous entendons la parole de Dieu, nous sommes physiquement touchés par l’eau et le saint chrême. L’eau nous fait comprendre que nous renaissons, le saint chrême que nous recevons l’Esprit-Saint, la lumière que nous recevons la foi. La parole de Dieu explique une facette du mystère… Autrement dit, le Christ, par l’Eglise, agit pour nous, nous parle, nous fait voir sa gloire.

LA CONSCIENCE

Lorsque nous avons des décisions importantes à prendre, ou bien lorsqu’il faut choisir face à une situation difficile, ou encore lorsque nous sommes tentés par le mal, le retour à notre conscience est indispensable. « La conscience est le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où sa voix se fait entendre ». « Dans notre conscience, il y a comme une voix qui ne cesse de [nous] presser d’aimer et d’accomplir le bien et d’éviter le mal » (Concile de Vatican II, Gaudium et Spes, n°16). Le concile continue un peu plus loin : « Il arrive souvent que la conscience s’égare, par suite d’une ignorance invincible ». Pour que nos décisions soient conformes au bien, le nôtre et celui de nos proches, il nous faut un éclairage, comme une formation, qui nous apporte des éléments pour décider. Ces éléments, le chrétien peut en trouver dans ce que dit l’Eglise sur toutes sortes de sujets. Ainsi, Dieu parvient à mieux se faire entendre et nous pouvons mieux le suivre. Pour un plus grand bonheur.

LES APPELS

Permettez-moi de prendre mon exemple. Pour devenir bientôt prêtre, j’ai adressé une lettre à notre évêque, lui demandant d’être ordonné. Il m’a répondu « Je vous appelle à recevoir l’ordination presbytérale ». Lors de la célébration, il dira « nous le choisissons pour l’ordre des prêtres ». Le long parcours pour en arriver là a été balisé de plusieurs appels successifs. La décision d’appeler revient à l’Eglise, ma décision n’est qu’une réponse. Autrement dit, je ne fais pas mon petit projet dans mon coin pour venir le vendre à l’évêque ou exiger quoi que ce soit. Et bien sûr, par la voix de l’évêque, c’est Dieu qui m’appelle, il se fait entendre. Il en va de même pour les différentes missions que les uns ou les autres peuvent se voir confier dans l’Eglise.

A NOTRE TOUR

C’est ainsi que nous vivons avec le Christ quand nous faisons partie de l’Eglise. Nous apprenons, nous vivons à notre tour, ce que les apôtres ont dû apprendre avant nous : vivre du Christ sous une apparence d’absence. Le catéchisme dit que le Christ « demeure sur la terre dans son Église ». Il n’est donc pas absent, il n’est pas qu’au ciel. Il est bien sur la terre.

MAINTENANT

Dans l’eucharistie, tout cela est encore plus fort, plus fondamental. Car nous avons à faire au Christ en personne. Mais toujours dans ce mode apparent d’absence. C’est la foi qui nous fait voir au-delà des apparences précisément. Laissons donc le Seigneur nous visiter à sa façon. Et réjouissons-nous de pouvoir bientôt à nouveau le recevoir non seulement dans nos âmes, mais dans notre chair.

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Prière universelle :

Invitatoire  : Seigneur Jésus, tu nous dis que tu es avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. Avec confiance, nous t’adressons toutes nos demandes :

Refrain : Ô Christ ressuscité, exauce-nous.

1- O Christ présent à ton Eglise jusqu’à la fin du monde, veille sur tous les enfants qui auraient dû faire en ce jour leur première communion, ainsi que sur leurs familles. Nous t’en prions. /R

2- O Christ présent à ton Eglise jusqu’à la fin du monde, veille sur toutes les personnes malades et le personnel soignant qui leur vient en aide. Nous t’en prions. /R

3- O Christ présent à ton Eglise jusqu’à la fin du monde, veille sur toutes les personnes en difficulté économique suite à la pandémie mondiale. Donne-leur de trouver aide et solidarité pour pouvoir rebondir. Nous t’en prions. /R

4- O Christ présent à ton Eglise jusqu’à la fin du monde, veille sur les responsables de nos pays appelés à prendre de lourdes responsabilités pour le bien de tous. Nous t’en prions. /R

5- O Christ présent à ton Eglise jusqu’à la fin du monde, veille sur l’ensemble de notre communauté paroissiale et donne-nous ton Esprit pour que nous soyons les témoins de ta résurrection. Nous t’en prions. /R

Prière de conclusion : O Christ élevé dans les Cieux, exauce toutes nos prières, Toi qui vis et règne avec toi, Père, et le Saint Esprit maintenant pour les siècles des siècles. Amen.

Quête  :

Il est toujours possible de verser sa participation à la quête paroissiale de plusieurs manières :
Se faire un panier de quête à domicile où on cotise à chaque célébration et que l’on remettra à la messe dominicale à la sortie du confinement ;
ou donner via le site national dédié pour la quête (https://donner.catholique.fr/quete/ )
 ; ou donner via l’application smartphone « la quête » ;
ou faire un don pour sa paroisse ou au diocèse via le bouton dédié sur le site diocésain

3. Liturgie de l’eucharistie :

La messe est dite ce dimanche pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde.

Elle est célébrée aux intentions particulières de cette fête :

v Intentions demandées pour le jeudi de l’Ascension 21 mai : Les enfants de la première communion et leurs familles ; Mme DUCOURTIEUX ; Famille HERVE ; Famille DAVID ; Béatrice RIEUX.

v Mme Anne FAURE, Mme Katia FLIPS, Mme Maria MALASSIGNE, dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

Notre Père  :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal.
Amen.

Communion  :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :
Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.
Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moidans ce sacrement de ta vie livrée par amour.
Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,
tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.
Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir
pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.
Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,
viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.
Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,je sois uni au Père et à mes frères, les hommes.Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant : Marche avec nous (X 60-26)

1. Marche avec nous, Jésus ressuscité, partage nos chemins, nos doutes, nos blessures,
A l’heure où nos espoirs ne sont que vanité́, que ta voix nous rassure.

R/ Il d’autre signe de vie que de donner l’amour, nous l’avons reconnu à la tombée du jour, alors qu’en nous se lève l’étoile du matin.

2. Explique-nous, Jésus ressuscité, ce que l’intelligence ne peut pas savoir,
Au feu des prophéties nos âmes vont brûler et commencer à croire.

3- Reste avec nous, Jésus ressuscité, nos faims ont épuisé nos terres intérieures.
Mais ton action de grâce et ton pain partagé renouvellent nos heures.

4. Béni sois-tu, Jésus ressuscité, aucun soir ne pourra ravir en nous la joie,
Et le cœur de l’Église est un ardent brasier dont la flamme témoigne.

4. Liturgie de l’envoi :

Bénédiction :

Que le Seigneur vous tienne en sa bénédiction, qu’il répande sur vous sa grâce, qu’il vous instruise par sa Parole de vérité, qu’il vous forme par l’Evangile du salut et rende vos cœurs plus riches d’amour fraternel. Et que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit. — Amen.

Chant final : Missionnaire de la joie de l’Évangile

R/ Le Seigneur nous envoie pour annoncer la joie, la joie de l’Évangile.
Le Seigneur nous confie la mission de l’amour, l’amour du Dieu d’amour.

1- Comme le Père m’a envoyé, pareillement moi je vous envoie. Allez et témoignez !

4- Ainsi je suis le Bon Berger, et je connais chacun par son nom. Allez et témoignez !

6ème dimanche de Pâques - 17 mai 2020

Liturgie préparée par l’équipe de Nicole.

Plus nous approchons de la Pentecôte, plus Jésus nous invite à accueillir l’Esprit Saint pour entrer plus en avant dans l’expérience de l’amour de Dieu. Et il est touchant constater que Jésus prie pour nous : il ne veut pas nous laisser orphelins.
Après ces semaines où nous avons cherché à prendre soin de ceux qui nous entourent, en ces jours de retour à une vie dé-confinée avec cependant prudence et patience, nous pouvons méditer l’attention particulière de Jésus pour nous et à sa suite, nous rendre attentifs aux autres.
Notre monde, en ce jour d’après mais toujours au cœur de la pandémie, devrait méditer sur la manière de continuer à prendre une route plus respectueuse de la vie humaine. Le risque est grand de reprendre comme avant, dans une société où l’argent compte plus que la vie d’un être humain, où l’écologie n’est pas toujours mise en avant.
Or, du 16 au 24 mai, nous faisons mémoire du 5ème anniversaire de l’encyclique Laudato Si’ qui nous rappelle le soin à apporter à notre maison commune, la Terre. Que la proposition paroissiale de notre commission écologique nous permettre de revoir nos « priorités ».

Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.
Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

Ci-dessous la liturgie de ce dimanche. Pour ceux qui préfère, voici la version imprimable en pdf :

Liturgie du 17 mai 2020 - 6ème dimanche de Pâques

1. Liturgie de l’accueil :
Chant d’ouverture : Église de ce temps (K 35-64)

1- Eglise de ce temps, Eglise au cœur du monde, tournée vers l’avenir, vers les aubes pascales,
Entendras-tu ce que l’Esprit dit aux Églises ? Lève-toi ! Prends la route avec ton Dieu !
Ne crains pas d’avancer dans la nuit : entonne des chants d’espérance et de joie !
Regarde avec amour ce qui fait ta gloire : regarde avec amour la croix du Seigneur !

4- Eglise bien-aimée, Eglise dans la grâce, lumière des nations, chargée de la Parole,
Entendras-tu ce que l’Esprit dit aux Eglises ? Lève-toi ! Prends la route avec ton Dieu !
Ne crains pas de parler en son nom : reçois de sa main ton courage et ta foi !
Regarde avec amour ce qui fait ta gloire : regarde avec amour la croix du Seigneur !

6- Eglise de toujours, Eglise pour les hommes, ne ferme pas ton cœur aux défis de cet âge,
Entendras-tu ce que l’Esprit dit aux Eglises ? Lève-toi ! Prends la route avec ton Dieu !
Ne crains pas de combattre avec lui : que viennent des jours de justice et de paix !
Regarde avec amour ce qui fait ta gloire : regarde avec amour la croix du Seigneur !

Signe de croix
Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.
Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.

En ce 6 ème dimanche de Pâques, et en communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : Messe de la Trinité

Seigneur Jésus, Parole éternelle du Père, tu viens illuminer les ténèbres de nos cœurs, prends pitié !
Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Ô Christ, Verbe fait chair de notre chair, tu veux nous donner part à ta divinité, prends pitié !
Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié. (bis)

Seigneur Jésus, élevé dans la gloire, tu répands en nos cœurs l’eau vive de l’Esprit, prends pitié !
Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne tous nos péchés et nous conduise à la
vie éternelle. Amen.

Gloire à Dieu : Messe de la Trinité

R/ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. (bis)
 
1- Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions,
Nous te rendons gloire, pour ton immense gloire.

2- Seigneur Dieu, Roi du ciel, Seigneur, Fils unique Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.
 
3- Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous.
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

4- Car toi seul es saint, toi seul es Seigneur, toi seul es le très haut,
Jésus Christ, avec le Saint Esprit, dans la gloire de Dieu le Père. AMEN

Prière d’ouverture :
Dieu tout-puissant, accorde-nous, en ces jours de fête, de célébrer avec ferveur le Christ ressuscité : que le mystère de Pâques dont nous faisons mémoire reste présent dans notre vie et la transforme.
Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec toi Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture  : « Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint. »

Lecture du livre des Actes des Apôtres (8, 5-8.14-17)

En ces jours-là, Philippe, l’un des sept, arriva dans une ville de Samarie, et là ils proclamaient le Christ.
Les foules, d’un même cœur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même les voyaient. Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs, qui sortaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris. Il y eut dans cette ville une grande joie. Les Apôtres, restés à Jérusalem, apprirent que la Samarie avait accueilli la Parole de Dieu. Alors ils y envoyèrent Pierre et Jean. À leur arrivée, ceux-ci prièrent pour ces Samaritains afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint ; en effet, l’Esprit n’était pas encore descendu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’esprit Saint.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Psaume 65 (66)

R/ Terre entière acclame Dieu, chante le Seigneur.

1- Acclamez Dieu toute la terre, fêtez la gloire de son nom,
Glorifiez-le en célébrant sa louange. Dites à Dieu : Que tes actions sont redoutables !

2- Toute la terre se prosterne devant toi, elle chante pour toi, elle chante pour ton nom.
Venez et voyez les hauts faits de Dieu, ses exploits redoutables pour les fils des hommes. (R)

3- Il changea la mer en terre ferme : ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu’il nous donne. Il règne à jamais par sa puissance.

4- Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu : je vous dirai ce qu'il a fait pour mon âme.
Béni soit Dieu qui n’a pas écarté ma prière, ni retiré de moi son amour ! (R)

Deuxième lecture : « Dans sa chair, il a été mis à mort ; dans l’esprit, il a reçu la vie. »

Lecture de la lettre de saint Pierre apôtre (3, 15-18)

Bien-aimés, honorez dans vos cœurs la sainteté du Seigneur, le Christ. Soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect. Ayez une conscience droite, afin que vos adversaires soient pris de honte sur le point même où ils disent du mal de vous pour la bonne conduite que vous avez dans le
Christ. Car mieux vaudrait souffrir en faisant le bien, si c'était la volonté de Dieu, plutôt qu’en faisant le mal. Car le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois, lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair ; mais vivifié dans l’Esprit.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (Messe de la Trinité)

 
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)
Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, dit le Seigneur ; mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui.
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Évangile  : « Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur. »
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (14, 15-21)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous. Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai en lui. »

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie  : de Jean-Paul
Nous sommes lors du dernier repas que Jésus prend avec ses disciples. Il sait que bientôt, il sera livré, trahi par Judas, puis condamné à mort et crucifié, avant de ressuscité trois jours plus tard, le matin de Pâques. Face à ce bouleversement qui s’annonce, Jésus veut rassurer ses proches et les inviter à rester toujours en communion avec lui. Au cours de ce repas, il leur fait cadeau de l’eucharistie : « Prenez et mangez, ceci est mon corps livré pour vous. Vous ferez cela en mémoire de moi. » Par l’eucharistie, Jésus demeurera ainsi en communion avec les siens pour toujours.
Quelques instants plus tôt, il a également lavé les pieds de ses disciples, prenant ainsi la place du serviteur, invitant les siens à poursuivre l’amour dont il a témoigné jour après jour au service des autres. Le chemin du service est donc un autre moyen pour demeurer à jamais avec Jésus, comme lui-même l’a annoncé dans une parabole relatée par Saint Matthieu : « Ce que vous faites au plus petit de mes frères, c’est à moi que vous le faites. »
Dans ce moment de forte intimité avec ses proches, Jésus fait encore une autre promesse : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité. »
Non seulement Jésus invite ses proches à demeurer fidèles à ses commandements d’amour, mais il assure les siens de sa propre prière et du don du Saint Esprit. Finalement, comme Jésus le dit lui-même, il ne nous laisse pas orphelins.
Bien au contraire, il nous introduit dans la propre vie trinitaire de Dieu Père, Fils et Saint Esprit. Il nous fait demeurer en Dieu par ce don du Saint Esprit que nous fêterons à la Pentecôte !
Une telle expérience porte un autre nom, c’est l’expérience de l’amour : « Celui qui reçoit mes commandements et les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi, je l’aimerai, et je me manifesterai en lui. »
Demeurer ainsi en présence de Dieu en gardant les commandements de Jésus, en les mettant en pratique, en vivant de l’Esprit de Jésus, c’est demeurer dans l’amour de Dieu, entrer dans cette expérience du donner et du recevoir propre à tout amour !
Nous pouvons ainsi vivre dès maintenant sur la terre l’expérience du ciel, comme nous le demandons chaque jour dans la prière du Notre Père : « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. »
Une telle expérience n’est pas simple aujourd’hui dans un monde où tant de contradictions s’affichent, où se croisent le monde des ténèbres et le monde de la lumière. J’ai lu ainsi cette semaine un article hallucinant établissant ce que coûte en argent une vie humaine !
La question était de savoir s’il fallait sauver des vies ou sauver l’économie. Le confinement a fait perdre des millions d’emplois et des milliards de dollars dans le monde. La question est donc de savoir combien de vies humaines, les sociétés sont prêtes à sacrifier pour relancer le PIB des économies nationales.
Ce genre de réflexion nous montre que laisser l’argent conduire le monde, revient à considérer la vie humaine comme bien peu de chose ! Et nous savons le choix que préconisent les présidents américain ou brésilien en ce domaine ! Or, le monde de Jésus est tout autre : il met l’homme au centre avec l’amour pour seul critère, invitant au partage et à la fraternité. Chaque vie a du prix aux yeux de Dieu, un prix inestimable qui ne se compte pas en milliards de dollars !
C’est pourquoi nous avons bien besoin du Saint Esprit, notre « défenseur », notre « avocat », pour ne pas laisser les ténèbres nous parler, un esprit véritable conseiller intérieur qui nous aide et nous défend pour choisir le chemin de l’amour envers et contre tout ! Ce don de l’Esprit Saint qui transforme les peuples et les fait vivre dans l’amour de Dieu nous est déjà décrit dans la première lecture par l’apostolat de Philippe auprès des samaritains et la confirmation que viennent donner Pierre et Jean. Ce don de l’Esprit, comme l’explique St Pierre dans la seconde lecture, nous conduit à toujours « rendre compte de l’espérance qui est en nous » pour servir la vie.
Puisse ce temps Pascal nous faire vivre selon le Saint Esprit en choisissant de vivre ce chemin de communion et d’amour que Jésus désire pour chacun de nous.

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout puissant, d’où il viendra juger les
vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Prière universelle :
Invitatoire  :  Frères et sœurs, prions ensemble aujourd’hui, pour le monde, pour l’Église, pour les hommes et les femmes de notre temps :

Refrain  : Ô Christ ressuscité, exauce-nous.

1- Pour le Pape, les prêtres, les diacres, appelés au service de la Parole. Animés par l’Esprit de vérité, qu’ils soient signe vivifiant pour l’Église. Prions le Christ Ressuscité. /R

2- Pour les chrétiens persécutés, emprisonnés en raison de leur foi et pour les chrétiens d’Orient. Fortifiés par l’Esprit d’espérance, qu’ils puisent énergie et vaillance pour croire en l’avenir. Prions le Christ Ressuscité. /R

3- Pour les personnes en grande souffrance physique ou psychique. Pour les soignants et les chercheurs qui, chaque jour, prennent soin de ceux qu'ils accompagnent. Prions le Christ Ressuscité. /R

4- Pour les hommes, les femmes et les enfants dévastés par la guerre. Inspirés par l’Esprit de réconciliation, que leurs chefs d’État soient ambassadeurs de paix. Prions le Christ Ressuscité. /R

5- Pour les membres de notre paroisse qui en ce jour prient chez eux. Animés par l’Esprit de charité, que l’Église les accueille. Prions le Christ Ressuscité. /R

Prière de conclusion : Tu veux que tous les hommes te connaissent, Dieu notre Père, réponds à la prière que ton peuple t’adresse avec confiance. Par Jésus le Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec toi, Père, et le Saint Esprit maintenant pour les siècles des siècles. Amen.

Quête :

Il est toujours possible de verser sa participation à la quête paroissiale de plusieurs manières :
Se faire un panier de quête à domicile où on cotise à chaque célébration et que l’on remettra à la messe dominicale à la sortie du confinement ;
ou donner via le site national dédié pour la quête (https://donner.catholique.fr/quete/ )
 ; ou donner via l’application smartphone « la quête » ;
ou faire un don pour sa paroisse ou au diocèse via le bouton dédié sur le site diocésain

3. Liturgie de l’eucharistie :
La messe est dite ce dimanche pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde.
Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

Intentions demandées pour le dimanche 17 mai  :
M. Philippe RICHARD ; M. Jean-Jacques GARBAN ; pour les âmes du purgatoire ; pour la conversion du peuple chrétien et la vie du monde.
M. Jean-Louis POITEVIN dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

Notre Père :
Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

Communion  :
Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.
La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute
personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :
Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.
Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moi
dans ce sacrement de ta vie livrée par amour.
Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,
tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.
Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir
pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.
Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,
viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.
Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,
je sois uni au Père et à mes frères, les hommes.
Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant  : Je vous ai choisis (Dev 44-63)

1. Je vous ai choisis, je vous ai établis pour que vous alliez et viviez de ma vie.
Demeurez en moi, vous porterez du fruit, je fais de vous mes frères et mes amis.

2. Contemplez mes mains et mon cœur transpercés, accueillez la vie que l´Amour veut donner.
Ayez foi en moi, je suis ressuscité, et bientôt dans la gloire, vous me verrez.

3. Recevez l´Esprit de puissance et de paix, soyez mes témoins, pour vous j´ai tout donné.
Perdez votre vie, livrez-vous sans compter, vous serez mes disciples, mes bien-aimés !

4. Consolez mon peuple, je suis son berger. Donnez-lui la joie dont je vous ai comblés.
Ayez pour vos frères la tendresse du Père, demeurez près de moi, alors vous vivrez !

4. Liturgie de l’envoi :

Bénédiction  :
Que le Seigneur vous tienne en sa bénédiction, qu’il répande sur vous sa grâce, qu’il vous instruise par sa Parole de vérité, qu’il vous forme par l’Evangile du salut et rende vos cœurs plus riches d’amour fraternel.
Et que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit. — Amen.

Chant final  : Sous ton voile de tendresse (V 56-48)

1. Sous ton voile de tendresse, nous nous réfugions.
Prends-nous dans ton cœur de mère où nous revivrons.
Marie, mère du Sauveur, nous te bénissons.

R/ Marie notre mère, garde-nous dans la paix.
Refuge des pécheurs, protège tes enfants.

2. Quand nous sommes dans l´épreuve, viens nous visiter.
De tous les dangers du monde, viens nous délivrer.
Marie, mère du Sauveur, prends-nous en pitié.
R/
3. Marie, vierge immaculée, apprends-nous à prier.
Que demeurent dans nos cœurs, le silence et la paix.
Marie, mère du Sauveur, veille à nos côtés.
R/

5ème dimanche de Pâques - 10 mai 2020

Liturgie préparée par l’équipe de Geneviève.

En ce 5ème dimanche de Pâques, après l’image du Bon Pasteur dimanche dernier, Jésus se présente dans la continuité comme « le Chemin, la Vérité et la Vie ». Il répond ainsi à la question du sens de notre vie. Or en français, le mot sens revêt trois significations : sens-direction, sens-compréhension, sens-sensation. En cette période de pandémie et de confinement, ne recherchons-nous pas encore plus fortement le sens de notre vie ?

Sens-direction : « Quelle direction donner à ma vie ? Où va notre monde ? » Jésus répond : « Je suis le chemin, personne ne va vers le Père sans passer par moi. » Sens-compréhension : « Qui suis-je ? Qu’est-ce qu’un être humain ? A quoi doit-il accorder de la valeur ? » Jésus répond : « Je suis la vérité, celui qui m’a vu a vu le Père. » Sens-sensation : « Qu’est-ce qui donne du goût à ma vie ? Qu’est-ce qui me donne envie de me lever chaque matin ? Qu’est-ce qui fait mon bonheur ? » Jésus répond : « Je suis la vie, je suis dans le Père et le Père est en moi. » Le sens ultime de notre vie est en Dieu puisque nous sommes créés à son image et à sa ressemblance (Genèse 1,27).

Retrouver ainsi notre être intégral est peut-être le plus grand défi à ne pas oublier alors que se profile une première étape de dé-confinement. Le pape François a désiré que nous puissions faire mémoire du 5ème anniversaire de l’encyclique Laudato Si’ tout au long d’une semaine complète du 16 au 24 mai (cf. https://laudatosiweek.org/fr/home-fr). Sachons lire les signes des temps et répondre avec Jésus Ressuscité, par lui et en lui, à la question du sens de notre vie.

Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.

Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

Edito de la feuille paroissiale  : Avec l’Action Catholique des Enfants (ACE)

Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »

À l’Action Catholique des Enfants (ACE), nous sommes vigilants aux paroles des enfants parce que nous entendons des pépites et des points de vue que nous n’avons plus en tant qu’adulte. Les questions de Thomas et Philippe m’ont fait penser aux questions des enfants, entendues l’été dernier en camps ACE : « Jésus était droitier ou gaucher ? », « Pourquoi Dieu il a fait les escargots si petits ? »

Ces interrogations peuvent faire sourire car elles sont très pragmatiques, mais pas inintéressantes. Elles montrent un besoin de compréhension, de réponse pour mieux concevoir la vie. Nous n’aurons sûrement jamais les réponses aux questions de ces enfants mais cela n’est pas le plus important, nous dit Jésus. Il nous invite à croire en ses œuvres, à croire en la vie, même si elle est un grand mystère.

Croire en la vie, c’est ce que nous essayons de vivre à l’ACE à travers ses valeurs : joie, vaillance, confiance et engagement. Quelques paroles d’enfants nous le montrent : « J’ai découvert la joie d’être beaucoup », « Jésus, on peut croire en lui, car quand t’es tout seul, en fait t’es pas tout seul ».

Jésus est le Chemin, la Vérité et la Vie. Il est là présent à tout moment pour chacun d’entre nous, il est ce berger que nous pouvons suivre pour ne jamais être seul.

Marina Véron, Permanente ACE 49

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Il nous précède en Galilée (I 26 38)

R/ Il nous précède en Galilée, Christ au milieu du monde !
Il nous précède en Galilée, Christ ressuscité !

1- Dans la Galilée des pauvres et des petits, nous irons porter des mots qui donnent vie :
« Au nom de Jésus Christ, lève-toi et marche ! » (bis)
Marche, marche, marche avec ton Dieu ! Sa parole est forte à jamais !

2- Dans la Galilée des peuples sans espoir, nous ferons jaillir des sources pour la soif.
« Au nom de Jésus Christ, lève-toi et marche ! » (bis)
Marche, marche, marche avec ton Dieu ! Il est ton Rocher à jamais !

5- Dans la Galilée des hommes divisés, nous inventerons des voies pour l’unité.
« Au nom de Jésus Christ, lève-toi et marche ! » (bis)
Marche, marche, marche avec ton Dieu ! Lui qui est l’amour à jamais !

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.

Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.

En ce 5ème dimanche de Pâques, et en communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : Messe d’Emmaüs

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

Ô Christ, prends pitié, prends pitié de nous.

Seigneur, prends pitié, prends pitié de nous.

Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne tous nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

Gloire à Dieu  : Messe d’Emmaüs

R/ Gloire à Dieu, Gloire à Dieu, au plus haut des cieux !
Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime, Gloria, Gloire à Dieu !

1. Pour tes merveilles, Seigneur Dieu, ton peuple te rend grâce !
Ami des hommes, sois béni pour ton Règne qui vient !

2. A toi les chants de fête, par ton Fils bien-aimé, dans l’Esprit,
Sauveur du monde, Jésus-Christ, écoute nos prières !

3. Agneau de Dieu, vainqueur du mal, sauve-nous du péché !
Dieu Saint, splendeur du Père, Dieu vivant, le Très-Haut, le Seigneur !

Prière d’ouverture  :

Dieu qui as envoyé ton Fils pour nous sauver et pour faire de nous tes enfants d’adoption, regarde avec bonté ceux que tu aimes comme un père ; puisque nous croyons au Christ, accorde-nous la vraie liberté et la vie éternelle. Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec toi Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Ils choisirent sept hommes remplis d’Esprit Saint »

Lecture du livre des Actes des Apôtres (Ac 6, 1-7)

En ces jours-là, comme le nombre des disciples augmentait, les frères de langue grecque récriminèrent contre ceux de langue hébraïque, parce que les veuves de leur groupe étaient désavantagées dans le service quotidien. Les Douze convoquèrent alors l’ensemble des disciples et leur dirent :
« Il n’est pas bon que nous délaissions la parole de Dieu pour servir aux tables. Cherchez plutôt, frères, sept d’entre vous, des hommes qui soient estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse, et nous les établirons dans cette charge. En ce qui nous concerne, nous resterons assidus à la prière et au service de la Parole. » Ces propos plurent à tout le monde, et l’on choisit : Étienne, homme rempli de foi et d’Esprit Saint, Philippe, Procore, Nicanor, Timon, Parménas et Nicolas, un converti au judaïsme, originaire d’Antioche.
On les présenta aux Apôtres, et après avoir prié, ils leur imposèrent les mains. La parole de Dieu était féconde, le nombre des disciples se multipliait fortement à Jérusalem, et une grande foule de prêtres juifs parvenaient à l’obéissance de la foi.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu

Psaume 32 (33) 1-2, 4-5, 18-19

R/ Que ton amour, Seigneur, soit sur nous, comme notre espoir est en toi !

Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes ! Hommes droits, à vous la louange !Rendez grâce au Seigneur sur la cithare, jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ; il est fidèle en tout ce qu’il fait.
Il aime le bon droit et la justice ; la terre est remplie de son amour.

Dieu veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort, les garder en vie aux jours de famine.
R/

Deuxième lecture  : « Vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal »

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre (1 P 2, 4-9)

Bien-aimés, approchez-vous du Seigneur Jésus : il est la pierre vivante rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu. Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle, pour devenir le sacerdoce saint et présenter des sacrifices spirituels, agréables à Dieu, par Jésus Christ.
En effet, il y a ceci dans l’Écriture : Je vais poser en Sion une pierre angulaire, une pierre choisie, précieuse ; celui qui met en elle sa foi ne saurait connaître la honte. Ainsi donc, honneur à vous les croyants, mais, pour ceux qui refusent de croire, il est écrit : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle, une pierre d’achoppement, un rocher sur lequel on trébuche.
Ils achoppent, ceux qui refusent d’obéir à la Parole, et c’est bien ce qui devait leur arriver. Mais vous, vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple destiné au salut, pour que vous annonciez les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (messe d’Emmaüs)

R/ ALLÉLUIA, ALLÉLUIA, ALLÉLUIA !

1- Ta parole, Seigneur, éveille nos esprits, ALLÉLUIA !

2- Ta Parole, Seigneur, fait danser nos lèvres, ALLÉLUIA !

3- Ta Parole, Seigneur, vient changer nos cœurs, ALLÉLUIA !

Évangile  : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (14, 1-12)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : ‘Je pars vous préparer une place’ ?
Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi. Pour aller où je vais, vous savez le chemin. »
Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. »
Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. »
Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père.
Comment peux-tu dire : ‘Montre-nous le Père’ ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi !
Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres.
Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes.
Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père »

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie : du diacre Bruno

J’imagine bien Don Camillo s’adressant au Seigneur aujourd’hui :
« Pardon Seigneur ! Ai-je bien entendu ? Alors que tous les gens vont enfin pouvoir sortir librement de chez eux, vous nous proposez de demeurer à la maison ! Vous nous préparez une place, dans la maison de votre Père pour y demeurer ? Non merci ! »
C’est bien l’un des sujets de l’évangile aujourd’hui. Jésus fait ses adieux à ses disciples, leur annonce son départ, mais leur fait des promesses. Il leur parle du ciel (J’aurais pu dire du paradis, de l’au-delà, de la vie après la vie, de la vision béatifique ou des fins dernières). Il y a beaucoup de façons de parler de ce sujet. Jésus en utilise plusieurs. La Bible aussi.
Vous pourrez relire par exemple Mt 25, 31-46 ; Ap 21, 4 ; 1 Th 4, 13-14 ; Jn 6, 37-40. Mais voyons comment il s’y prend dans ce passage.

CHACUN SES CLICHÉS

Quelles images avons-nous du « ciel » ? Un grand espace vide, sombre et froid ? Ça c’est le ciel des astronautes ! Un beau ciel bleu avec des petits nuages douillets et des petits angelots tout potelés ? Ça c’est celui de certains artistes au XVIII° siècle ! Une place remplie de personnes innombrables au milieu desquelles je serais perdu ?

LA MAISON DE MON PÈRE

Jésus n’utilise pas ces images : il nous parle d’une maison. Etre à la maison, c’est être chez soi, en sécurité, avec ceux que nous aimons. La maison de notre père, sur la terre, c’est la maison de famille. Ceux qui ont, ou ont eu, la chance d’en avoir une, en savent la valeur pour des retrouvailles, pour nos racines. Il en est de même pour celle de Dieu notre Père. Ce sera un lieu de retrouvailles, non seulement intergénérationnel, mais inter séculaire ! Nous y retrouverons nos racines familiales, mais surtout, nous y retrouverons les racines de notre existence : Dieu lui-même qui nous a donné la vie. Le ciel est donc, d’une certaine façon, un lieu qui nous sera familier, c’est notre « patrie ».

DE NOMBREUSES DEMEURES

Dans cette maison, il y a de la place ! Et il en faut, puisque le Seigneur veut qu’aucun de nous ne se perde. De la place pour tous. Le mot utilisé ici désigne aussi bien un lieu (une demeure), qu’un état (le fait de demeurer). C’est celui qu’emploient les deux premiers disciples : « où demeures-tu ? » (Jn 1,38). Le ciel est donc un lieu pour s’établir, pour demeurer. Ce qui signifie que c’est un lieu fait pour cela !

DES PLACES PRÉPARÉES

Avoir des places préparées, ça veut dire quoi ? Qu’elles sont réservées ? Oui, d’une certaine façon. Comme chaque enfant a une vraie place, entière, dans le cœur de sa mère et de son père. Cela veut dire aussi que nous y sommes attendus. Etre attendu signifie que quelqu’un se réjouit de nous y accueillir. Cela signifie aussi qu’il ne fait aucun doute pour celui qui prépare la place, que nous viendrons. Le Christ est comme ça : il se réjouit de pouvoir nous accueillir après le passage par la mort. Et il n’envisage pas que nous ne voulions pas venir le rejoindre. Il compte bien sur notre présence !

UN BON GUIDE POUR LA ROUTE

Nous avons donc la perspective d’un lieu familier où nous sommes attendus, où il fera bon demeurer dans l’amour. Et pour y aller, Jésus reviendra et nous emmènera auprès de lui. Pas besoin de s’occuper du voyage, de prévoir le trajet. C’est lui le chemin !

C’EST UN PEU FACILE TOUT ÇA !

Oui c’est facile. Dieu ne met pas d’obstacle ou de limite pour notre communion avec lui dans l’éternité. Dans ce passage, le Christ s’adresse à ses disciples les plus proches, le soir du dernier repas. Cela ne veut pas dire que le message leur est exclusivement réservé, comme à des privilégiés. Il leur est réservé de l’annoncer. Judas les a quittés. Il est sorti de cette communion sur la terre avec le Christ. Il n’entend pas ces paroles. C’est nous qui nous mettons parfois en état de rupture avec Dieu, et nous perdons la juste perception de ce qu’il est et veut pour nous.

Soyons donc des disciples, non pas sans défauts, aucun des douze ne l’était, mais simplement disciples : recherchant la parole du Christ, la mettant en pratique, mettant nos pas dans les siens. Suivons-le dans le don de sa vie. Ainsi nous serons unis à lui par nos actes et spirituellement. Et nous vivrons déjà ce qui nous attend dans la maison du Père.

Profession de foi  : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle.
Amen.

Prière universelle :

Invitatoire  : Que votre cœur ne soit pas bouleversé", nous dit Jésus. Confions à Dieu son Père, toutes les intentions que nous portons en nos cœurs :

Refrain : Ô Christ ressuscité, exauce-nous.

1- "Le Seigneur aime le bon droit et la justice." (Ps. 32)

Pour les nations : qu’elles trouvent entre elles des chemins de coopération pour le bien de l’humanité toute entière. Pour notre pays : que les gouvernants, les maires, appelés à prendre des décisions en cette période de dé-confinement soient habités par la confiance et l’espérance. Prions le Seigneur.

2- "Les disciples choisirent 7 diacres... et les apôtres leur imposèrent les mains." (Actes des Apôtres)

Notre Église appelle des diacres et nous avons la chance, dans notre paroisse, d’être accompagnés par Bruno. Remercions le Seigneur de l’avoir mis sur notre route et prions-le pour que d’autres chrétiens décident de se mettre ainsi au service de leurs frères. Prions le Seigneur.

3- "Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais." (Evangile selon St Jean)

Attachés à notre communauté, nous aimerions sortir de la crise actuelle et nous réunir, mais nous devons rester vigilants pour le bien commun. Pour que nous ayons conscience que chacun de nos actes engage la vie des autres. Prions le Seigneur.

4- "Que votre cœur ne soit pas bouleversé." (Evangile selon St Jean)

Plongés dans un bouleversement angoissant, prions pour les malades hospitalisés et pour leur famille, pour ceux qui souffrent de solitude ou qui pleurent un être cher. Pour toutes les personnes qui œuvrent dans l’ombre offrant leur amitié et leur affection. Prions le Seigneur.

Prière de conclusion : Dieu notre Père, toi qui veilles sur ceux qui mettent leur espoir en, toi, daigne exaucer nos prières. Nous te le demandons par Jésus, le Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec toi, Père, et le Saint Esprit maintenant pour les siècles des siècles. Amen.

Quête :

Il est toujours possible de verser sa participation à la quête paroissiale de plusieurs manières : Se faire un panier de quête à domicile où on cotise à chaque célébration et que l’on remettra à la messe dominicale à la sortie du confinement ; ou donner via le site national dédié pour la quête ( https://donner.catholique.fr/quete/ )  ; ou donner via l’application smartphone « la quête » ; ou faire un don pour sa paroisse ou au diocèse via le bouton dédié sur le site diocésain

3. Liturgie de l’eucharistie  :

La messe est dite ce dimanche pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde.

Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

v Intentions demandées pour le dimanche 10 mai : Famille BAUDOIN-CHATELAIN ; Mme Denise CHAUVAT et sa famille ; M. Denis RAMBAUD et sa famille ; Familles ROUSSEAU-MOISY ; Pierre et Renée MONTEMBEAU ; Mme Madeleine DINGHAT ; Famille CHEVALIER-PREZELIN.

v Mme Gisèle MAQUIN, M. Paul ANDREU, M. Daniel PAIRON dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

Notre Père  :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

Communion  :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :

Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.

Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moi
dans ce sacrement de ta vie livrée par amour.

Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,

tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.
Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir
pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.

Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.

Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,
je sois uni au Père et à mes frères, les hommes.

Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant : Marche avec nous (X 60-26)

1. Marche avec nous, Jésus ressuscité, partage nos chemins, nos doutes, nos blessures,
A l’heure où nos espoirs ne sont que vanité́, que ta voix nous rassure.

R/ Il n’est pas d’autre signe de vie que de donner l’amour, nous l’avons reconnu à la tombée du jour,
alors qu’en nous se lève l’étoile du matin.

2. Explique-nous, Jésus ressuscité, ce que l’intelligence ne peut pas savoir,
Au feu des prophéties nos âmes vont brûler et commencer à croire.

3- Reste avec nous, Jésus ressuscité, nos faims ont épuisé nos terres intérieures.
Mais ton action de grâce et ton pain partagé renouvellent nos heures.

4. Béni sois-tu, Jésus ressuscité, aucun soir ne pourra ravir en nous la joie,
Et le cœur de l’Église est un ardent brasier dont la flamme témoigne.

4. Liturgie de l’envoi :

Bénédiction :

Que le Seigneur vous tienne en sa bénédiction, qu’il répande sur vous sa grâce, qu’il vous instruise par sa Parole de vérité, qu’il vous forme par l’Evangile du salut et rende vos cœurs plus riches d’amour fraternel. Et que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit. — Amen.

Chant final : Missionnaire de la joie de l’Évangile

R/ Le Seigneur nous envoie pour annoncer la joie, la joie de l’Évangile.
Le Seigneur nous confie la mission de l’amour, l’amour du Dieu d’amour.

1- Comme le Père m’a envoyé, pareillement moi je vous envoie. Allez et témoignez !

4- Ainsi je suis le Bon Berger, et je connais chacun par son nom. Allez et témoignez !

4ème dimanche de Pâques - 3 mai 2020

Dimanche du Bon Pasteur
57e Journée Mondiale de prière pour les vocations.


La liturgie est en ligne ci-dessous.
En communion de prière

Liturgie préparée par l’équipe vocation de la paroisse.

Chaque 4ème dimanche de Pâques, dimanche dit « du Bon Pasteur », l’Eglise porte dans sa prière les vocations, et en particulier les séminaristes dont, pour notre paroisse, Bruno RAFFARA appelé par notre évêque à être ordonné prêtre le dimanche 28 juin. La quête de ce dimanche est d’ailleurs destinée à couvrir les frais de formation des jeunes au séminaire ou en discernement et à permettre à l’équipe diocésaine des vocations d’assurer sa mission d’éveil et d’accompagnement des vocations.

Dans son message pour cette Journée Mondiale de Prière pour les Vocations, le pape François rappelle le don que les disciples ont fait d’eux-mêmes en choisissant avec courage d’abandonner leurs sécurités pour se mettre à la suite du Seigneur. Dans une lettre adressée en août dernier à l’ensemble des prêtres du monde entier, le pape leur exprimait quatre mots : gratitude pour leur réponse à l’appel du Seigneur ; courage pour affronter les vents contraires de la vie et du monde ; souffrance que le pape met en lien avec la fatigue liée à nos faiblesses et à nos craintes en nous rappelant que le Seigneur nous tend la main pour nous raffermir ; louange pour cultiver le comportement intérieur de la Vierge Marie qui a totalement fait confiance au Seigneur. Et le pape de conclure : « Je désire que l’Eglise parcoure ce chemin au service des vocations, en ouvrant des brèches dans le cœur de chaque fidèle, pour que chacun puisse découvrir avec gratitude l’appel que Dieu lui adresse, trouver le courage de dire "oui", vaincre la fatigue dans la foi au Christ et, enfin, offrir sa vie comme un cantique de louange pour Dieu, pour les frères et pour le monde entier. »

Que cette « confiance vocationnelle » nous anime car le Seigneur nous appelle et nous accompagne tout au long de notre chemin de vie, quelle que soit notre vocation. Confiance et patience puisque nous venons d’apprendre que nos activités paroissiales communautaires ne pourront pas reprendre avant le 2 juin. Portons dans notre prière les couples qui voient reporter leur mariage, les familles qui reportent le baptême de leurs enfants, et toutes les personnes dont les projets sont remis à plus tard, sans oublier les personnes touchées par la maladie et le deuil, ainsi que toutes les personnes qui leur viennent en aide.

Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.

Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

Edito de la feuille paroissiale : « Le Seigneur est mon berger : rien ne saurait me manquer. »

L’Eglise prie aujourd’hui pour tous ceux que le Seigneur invite à répondre à son appel : appel à partager son amitié, à porter du fruit. Mais ne sommes-nous pas tous invités ? C’est donc pour chacun de nous que monte notre prière, afin qu’il puisse discerner où et comment il peut rencontrer le Christ et marcher à sa suite. Tous, avec nos différences et nos richesses, nous pouvons participer à la mission de l’Eglise.

Parmi nous, certains reçoivent un appel spécifique à tout quitter pour suivre Jésus dans la vie consacrée. Ils mettent toute leur existence au service du Royaume de Dieu, dans la pauvreté, la chasteté et l’obéissance. Cet incroyable « oui » interpelle et bouscule leur entourage, en tout premier lieu leurs proches : cette vocation peut être source d’incompréhension, voire de souffrance, mais elle est souvent accueillie comme une grâce. L’Association nationale des Parents de Prêtres, Religieux et Religieuses (APPRR) regroupe des parents de toutes sensibilités qui, réunis par la consécration de leurs enfants, choisissent de se retrouver pour partager en confiance, prier pour les consacrés et les nouvelles vocations…

La consécration de nos enfants nous conduit à un cheminement personnel et un témoignage : oui, nos enfants sont heureux et sont des témoins lumineux ! Nous pouvons rendre grâce car ils ont choisi de suivre Celui qui donne « la Vie, la Vie en abondance. »

R. et V. Chiron, parents de Lucile (Fille de Notre Dame de l’Inculturation)

Prière pour les vocations proposée pour cette journée par la Pastorale des jeunes et des Vocations :

Dieu Notre Père, nous te rendons grâce pour ton Fils Jésus Christ.
Aujourd’hui, il nous invite à devenirs serviteurs, à sa suite.
Dieu notre Père, nous te rendons grâce pour ton Esprit.

Qu’Il donne à chaque baptisé de découvrir et de vivre sa vocation dans l’Eglise.
Qu’Il donne sa force à ceux qui choisissent de suivre le Christ
dans la vie consacrée, les ministères ordonnés et le mariage.

Dieu notre Père, que ton Esprit donne à nos communautés
de proposer de devenir prêtre ou diacre,
d’inviter à la vie consacrée et d’accompagner les époux chrétiens.

Que ton Esprit d’amour fasse de nous
des serviteurs joyeux de l’Evangile, à la suite de ton Fils.

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Église de ce temps (K 35-64)

1- Eglise de ce temps, Eglise au cœur du monde, tournée vers l’avenir, vers les aubes pascales,
Entendras-tu ce que l’Esprit dit aux Églises ? Lève-toi ! Prends la route avec ton Dieu !
Ne crains pas d’avancer dans la nuit : entonne des chants d’espérance et de joie !
Regarde avec amour ce qui fait ta gloire : regarde avec amour la croix du Seigneur !

4- Eglise bien-aimée, Eglise dans la grâce, lumière des nations, chargée de la Parole,
Entendras-tu ce que l’Esprit dit aux Eglises ? Lève-toi ! Prends la route avec ton Dieu !
Ne crains pas de parler en son nom : reçois de sa main ton courage et ta foi !
Regarde avec amour ce qui fait ta gloire : regarde avec amour la croix du Seigneur !

6- Eglise de toujours, Eglise pour les hommes, ne ferme pas ton cœur aux défis de cet âge,
Entendras-tu ce que l’Esprit dit aux Eglises ? Lève-toi ! Prends la route avec ton Dieu !
Ne crains pas de combattre avec lui : que viennent des jours de justice et de paix !
Regarde avec amour ce qui fait ta gloire : regarde avec amour la croix du Seigneur !

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.

Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.
Le Seigneur, notre bon berger, nous guide sur les chemins de la vie. Tournons-nous vers lui et reconnaissons que nous sommes pêcheurs.

Demande de pardon : Messe de la Trinité

Seigneur Jésus, Parole éternelle du Père, tu viens illuminer les ténèbres de nos cœurs, prends pitié !
Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Ô Christ, Verbe fait chair de notre chair, tu veux nous donner part à ta divinité, prends pitié !
Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié. (bis)

Seigneur Jésus, élevé dans la gloire, tu répands en nos cœurs l’eau vive de l’Esprit, prends pitié !
Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Que Dieu tout puissant nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne tous nos péchés et nous conduise à la vie éternelle. Amen.

Gloire à Dieu : Messe de la Trinité

R/ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. (bis)

1- Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions,
Nous te rendons gloire, pour ton immense gloire.

2- Seigneur Dieu, Roi du ciel, Seigneur, Fils unique Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.

3- Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous.
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

4- Car toi seul es saint, toi seul es Seigneur, toi seul es le très haut,
Jésus Christ, avec le Saint Esprit, dans la gloire de Dieu le Père. AMEN

Prière d’ouverture :

Dieu éternel et tout-puissant, guide-nous jusqu’au bonheur du ciel ; que le troupeau parvienne, malgré sa faiblesse, là où son Pasteur est entré victorieux. Lui qui vit et règne avec toi Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture  : « Dieu l’a fait Seigneur et Christ »

Lecture du livre des Actes des Apôtres (2, 14a. 36-41)

Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et fit cette déclaration : « Que toute la maison d’Israël le sache donc avec certitude : Dieu l’a fait Seigneur et Christ, ce Jésus que vous aviez crucifié. » Les auditeurs furent touchés au cœur ; ils dirent à Pierre et aux autres Apôtres : « Frères, que devons-nous faire ? » Pierre leur répondit : « Convertissez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ pour le pardon de ses péchés ; vous recevrez alors le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont loin, aussi nombreux que le Seigneur notre Dieu les appellera. » Par bien d’autres paroles encore, Pierre les adjurait et les exhortait en disant : « Détournez-vous de cette génération tortueuse, et vous serez sauvés. » Alors, ceux qui avaient accueilli la parole de Pierre furent baptisés. Ce jour-là, environ trois mille personnes se joignirent à eux.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu

Psaume 22  :

R/ Conduis-nous, Seigneur Jésus, aux sources de la vie.

Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer.
Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin pour l’honneur de son nom.
R/
Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure.
Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante.
R/
Grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.
Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit
Pour des siècles et des siècles. Amen.

Deuxième lecture : « Vous êtes retournés vers le berger de vos âmes »

Lecture de la première lettre de st Pierre apôtre (2, 20b-25)

Bien-aimés, si vous supportez la souffrance pour avoir fait le bien, c’est une grâce aux yeux de Dieu. C’est bien à cela que vous avez été appelés, car c’est pour vous que le Christ, lui aussi, a souffert ; il vous a laissé un modèle afin que vous suiviez ses traces. Lui n’a pas commis de péché ; dans sa bouche, on n’a pas trouvé de mensonge. Insulté, il ne rendait pas l’insulte, dans la souffrance, il ne menaçait pas, mais il s’abandonnait à Celui qui juge avec justice. Lui-même a porté nos péchés, dans son corps, sur le bois, afin que, morts à nos péchés, nous vivions pour la justice. Par ses blessures, nous sommes guéris. Car vous étiez errants comme des brebis ; mais à présent vous êtes retournés vers votre berger, le gardien de vos âmes.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (Messe de la Trinité)

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Je suis le Bon pasteur, dit le Seigneur ;
Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Évangile  : « Je suis la porte des brebis »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (10. 1-10)

En ce temps-là, Jésus déclara : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui entre dans l’enclos des brebis sans passer par la porte, mais qui escalade par un autre endroit, celui-là est un voleur et un bandit. Celui qui entre par la porte, c’est le pasteur, le berger des brebis. Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir. Quand il a poussé dehors toutes les siennes, il marche à leur tête, et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix. Jamais elles ne suivront un étranger, mais elles s’enfuiront loin de lui, car elles ne connaissent pas la voix des étrangers. » Jésus employa cette image pour s’adresser aux pharisiens, mais eux ne comprirent pas de quoi il leur parlait. C’est pourquoi Jésus reprit la parole : « Amen, amen, je vous le dis : Moi, je suis la porte des brebis. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des bandits ; mais les brebis ne les ont pas écoutés. Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. Le voleur ne vient que pour voler, égorger, faire périr. Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. »

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie  : Par Jean-Paul, curé de la paroisse

En ce 4ème dimanche de Pâques, nous nous laissons animer par la joie de la Résurrection du Christ. Et comme les premiers chrétiens, nous méditons le visage du Christ : Jésus est le bon pasteur qui appelle chacune de ses brebis par son nom… Il les guide en marchant à leur tête… Il est la porte qui permet de faire le passage entre la vie de ce monde et la vie avec Dieu : « Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. »

La mission de Jésus Bon Pasteur est que tous les hommes « aient la vie, la vie en abondance ! » Et voilà également notre vocation, ce à quoi Jésus nous appelle et nous invite, car le mot "vocation" vient du verbe latin "vocare" qui veut dire "appeler" : Jésus nous appelle à nous unir à la vie de son Père comme lui-même est en communion avec lui.

Si trop longtemps, ce mot "vocation" a été réservé aux vocations spécifiques de religieux, religieuses, ou de prêtres, il est aujourd’hui pris dans un sens plus large car toute vie est vocation, toute vie est appelée à devenir ce qu’elle est au plus profond d’elle-même : un don de l’amour de Dieu, une vie appelée à s’épanouir par le don même de la vie de Dieu répandue en nous par le don du Saint Esprit !

C’est ce que rappelle St Pierre le jour de la Pentecôte, tel que nous l’avons entendu dans la première lecture : « Dieu l’a fait Seigneur et Christ, ce Jésus que vous aviez crucifié. Convertissez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ pour le pardon de ses péchés ; vous recevrez alors le don du Saint-Esprit. » Cela a profondément remué les personnes qui écoutaient Pierre ce jour-là.

Nous aussi, laissons-nous remués par cet appel, par notre vocation, à vivre de la vie même de Dieu révélée et donnée en Jésus Christ ! A chacun de nous de consentir à sa vocation personnelle inscrite dans le sacrement de notre baptême. Quelle bonne nouvelle pour notre temps, si chacun découvrait qu’il est cadeau d’amour de Dieu pour tous les autres. Quelle bonne nouvelle pour le monde si l’Eglise, dans sa diversité, donnait envie du Christ et de sa Parole de vie. L’eau de la vie éternelle a coulé sur notre front le jour de notre baptême. Nous sommes riches d’une source d’eau vive à partager avec tout homme de notre temps qui a soif, soif de vie, soif de sens, soif d’amour !

Aussi, en cette journée mondiale de prière pour les vocations, rendons grâce pour toutes les vocations :

Rendons grâce pour tous les laïcs, car être laïc dans l’Eglise est une vocation comme l’avait rappelé Saint Jean-Paul II dans son exhortation aux fidèles laïcs. Ils portent l’Evangile du Christ comme une source d’espérance et de renouveau pour l’homme et la société dans toutes les réalités quotidiennes de la vie.

Rendons grâce pour tous les couples qui ont choisi de vivre la vocation du mariage. Ils manifestent par le sacrement des époux, l’Alliance d’Amour et de Fécondité que le Christ veut pour toute son Eglise.

Rendons grâce pour tous les religieux et religieuses, apostoliques et contemplatifs, pour toutes les personnes consacrées. Par leur vie de prière, par leur vie en communauté, par les vœux prononcés, ils manifestent le choix radical que devrait provoquer l’Evangile au cœur de toute vie : la fraternité avec tous, l’obéissance à la volonté de Dieu, le juste rapport aux biens.

Rendons grâce pour tous les diacres, permanents ou en chemin vers le sacerdoce. Ils nous rappellent au nom du Christ-Serviteur que nous sommes tous envoyés pour aimer et servir à la manière de Jésus, sans faire de différences entre les personnes.

Rendons grâce pour tous les prêtres. Ils signifient la présence du Christ Bon-Pasteur au cœur de nos communautés et célèbrent le don de son amour dans les grands temps de notre vie de la naissance à la mort.

Rendons grâce pour tous les évêques. Dans nos églises diocésaines, ils nous rattachent au Corps du Christ qui est son Eglise Universelle, quelles que soient la couleur de notre peau ou l’accent de notre langue. Ils nous rappellent que l’arbre généalogique de notre foi remonte aux Apôtres appelés par le Christ. Ils forment notre foi et nous invitent à vivre l’Evangile.

Rendons grâce pour tous les missionnaires. Ils sèment aux quatre coins du monde le goût de l’Evangile en allant parfois jusqu’à verser leur sang par amour des hommes dont ils ont épousé la vie.

Dans son message pour cette Journée Mondiale de Prière pour les vocations, le pape François nous invite à répondre à l’appel du Seigneur par le don de notre vie. Il désire que « l’Eglise parcoure ce chemin au service des vocations pour que chacun puisse découvrir avec gratitude l’appel que Dieu lui adresse, trouver le courage de dire "oui", vaincre la fatigue dans la foi au Christ et, enfin, offrir sa vie comme un cantique de louange pour Dieu, pour les frères et pour le monde entier. »

Faisons confiance au Seigneur pour nous accompagner tout au long de notre vie sur le chemin de notre vocation et chantons avec le psalmiste : « Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien. Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer. Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre. Il est avec moi : son bâton me guide et me rassure. Grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie. »

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Prière universelle :

Invitatoire  : En ce dimanche où nous prions pour les vocations, confions au Christ, le Bon Pasteur, notre prière pour l’Eglise et pour le monde :

Refrain  : Ô Christ ressuscité, exauce-nous.

1- Jésus, le Bon Pasteur, en cette journée de prière pour les vocations, veille sur les prêtres, diacres et tous les consacrés que tu as appelés au service de ton Eglise. Qu’ils aident les croyants à mettre leurs dons au service de tous, pour que le Corps du Christ se constitue dans l’unité.

2- Jésus, le Bon Pasteur, suscite au cœur de nombreux croyants le désir de te suivre. Qu’ils soient toujours plus nombreux à répondre à ton appel et qu’ils trouvent de nouveaux chemins pour annoncer l’Evangile au monde d’aujourd’hui.

3- Jésus, le Bon pasteur, accorde aux jeunes de découvrir dans le sacrement du mariage une vocation chrétienne à part entière. Que les couples chrétiens, par leur unité et leur rayonnement, annoncent la tendresse de Dieu.

4- Jésus, le Bon Pasteur, Toi qui es venu pour que tes brebis aient la vie en abondance, veille sur celles qui ploient sous le joug de la solitude, de la maladie, de l’insécurité matérielle. Que notre solidarité et notre écoute attentive soient, pour eux, des signes de ta présence à leurs côtés.

Prière de conclusion : O Christ, bon berger qui veilles sur chacune de tes brebis, accueille nos prières et daigne les exaucer, toi qui règnes pour les siècles des siècles. Amen.

Quête : POUR LA JOURNEE MONDIALE DE PRIERE POUR LES VOCATIONS

Depuis plus de 50 ans la journée du 4ème dimanche de Pâques rappelle l’importance de prier pour les vocations. C’est une journée d’invitation à la réflexion : quand on parle de vocations, on parle de ce qui touche l’être humain au plus intime de sa liberté. C’est aussi une journée d’invitation à la prière : pour qu’une liberté humaine découvre son chemin, elle a besoin d’être éclairée et stimulée. C’est le rôle du Saint Esprit. Le peuple de Dieu ensemble se met en prière pour les vocations. La collecte de ce jour est destinée à couvrir les frais de formation des jeunes au séminaire et en discernement. Elle permet aussi à l’équipe diocésaine de favoriser le questionnement vocationnel à travers diverses animations tout au long de l’année (dans les collèges et lycées, avec les paroisses et lors du pèlerinage à Lourdes en juillet). Merci de votre soutien et de votre générosité.

Il est toujours possible de verser sa participation à la quête paroissiale de plusieurs manières : Se faire un panier de quête à domicile où on cotise à chaque célébration et que l’on remettra à la messe dominicale à la sortie du confinement ; ou donner via le site national dédié pour la quête ( https://donner.catholique.fr/quete/ )  ; ou donner via l’application smartphone « la quête » ; ou faire un don pour sa paroisse ou au diocèse via le bouton dédié sur le site diocésain

3. Liturgie de l’eucharistie :

La messe est dite ce dimanche pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde.
Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

v Intentions demandées pour le dimanche 3 mai : Mme Désirée CHAUVET ; Mme Marie-Louise NOYER ; Familles ROUSSEAU-MOISY ; M. et Mme Joseph et Andrée MAILLET ; Familles BELLANGER-BEAUCHET-CARMET, Famille BUSNEL-BODIN ; Sœur Agnès-Marie (réélue prieure du Carmel).
v Mme Antoinette LEMESLE, dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

Notre Père :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

Communion  :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :

Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.

Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moi
dans ce sacrement de ta vie livrée par amour.

Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,

tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.
Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir

pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.
Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,
viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.

Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,
je sois uni au Père et à mes frères, les hommes.

Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant : Je vous ai choisis (Dev 44-63)

https://www.youtube.com/watch?v=YTk...

1. Je vous ai choisis, je vous ai établis pour que vous alliez et viviez de ma vie.
Demeurez en moi, vous porterez du fruit, je fais de vous mes frères et mes amis.

2. Contemplez mes mains et mon cœur transpercés, accueillez la vie que l´Amour veut donner.
Ayez foi en moi, je suis ressuscité, et bientôt dans la gloire, vous me verrez.

3. Recevez l´Esprit de puissance et de paix, soyez mes témoins, pour vous j´ai tout donné.
Perdez votre vie, livrez-vous sans compter, vous serez mes disciples, mes bien-aimés !

4. Consolez mon peuple, je suis son berger. Donnez-lui la joie dont je vous ai comblés.
Ayez pour vos frères la tendresse du Père, demeurez près de moi, alors vous vivrez !

4. Liturgie de l’envoi :

Prière à Marie :

Le mois de Mai est un mois traditionnellement de prière mariale. Confions nos vies et à la vie de notre pays à la tendresse maternelle de notre maman du Ciel :

Je vous salue, Marie, pleine de grâce le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

Bénédiction solennelle :

Que Dieu notre Père vous bénisse : par l’Esprit Saint, Qu’il vous donne de vivre en témoins de son amour.

  • Amen.

Que Jésus, le Bon Pasteur, vous bénisse : Par l’Esprit Saint, qu’il vous conduise sur le chemin du Serviteur.

  • Amen.

Que l’Esprit Saint vous bénisse : Il fait de vous des serviteurs de l’Évangile, Qu’il vous donne de prendre votre part de la mission.

  • Amen.

Et que Dieu tout-puissant vous bénisse, Le Père, le Fils et le Saint Esprit.

  • Amen.

Frères et Sœurs, le Seigneur Jésus nous précède sur les chemins de la mission. Allez dans la Paix du Christ.

  • Nous rendons grâce à Dieu.

Chant final : Par toute la terre

Par toute la terre il nous envoie témoigner de son Amour.
Proclamer son Nom et son Salut, dans la force de l’Esprit !

Car nos yeux ont vu et reconnu, le Sauveur ressuscité,
Le Saint d’Israël, né de Marie, Fils de Dieu qui donne vie !

Criez de joie, Christ est ressuscité ! Il nous envoie annoncer la vérité !
Criez de joie, brûlez de son amour, car il est là, avec nous pour toujours !

Bon dimanche à tous.

3ème dimanche de Pâques – 26 avril 2020



Ce 3ème dimanche de Pâques nous invite à méditer le beau texte des disciples d’Emmaüs, évangile qui a servi de base pour nos Orientations Missionnaires diocésaines 2018-2028. Dans leur introduction, Mgr Delmas nous invite à regarder comment « le Christ Ressuscité ouvre les yeux de ces deux pèlerins », et comment « leurs cœurs deviennent tout brûlants » à l’écoute de sa Parole. Il poursuit en précisant : « L’Esprit Saint leur est donné pour les éclairer de la lumière de Pâque (…) la vraie lumière qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Touchés par cette lumière, les disciples deviennent missionnaires : À l’instant même, ils se levèrent ! » Ce bel évangile renouvèle « l’élan missionnaire de nos communautés chrétiennes et de nos familles ». Il nous montre que « le Christ se révèle sans cesse comme un compagnon patient et audacieux, humble et courageux. » Des attitudes qui, pour Mgr Delmas, « doivent nous inspirer pour accueillir et mettre en œuvre nos orientations missionnaires dans un esprit de foi et de joyeuse confiance. »

En ce 3ème dimanche de Pâques, prenons le temps de relire nos Orientations Missionnaires diocésaines articulées à partir de la pédagogie d’Emmaüs : JÉSUS NOUS REJOINT… Alors devenons une Église diocésaine qui accueille, dialogue et rejoint ! JÉSUS NOUS ENSEIGNE… Alors devenons une Église diocésaine qui catéchise, forme et éduque ! JÉSUS DEMEURE AVEC NOUS… Alors devenons une Église diocésaine qui célèbre, se ressource, vit la communion et fait corps ! JÉSUS NOUS ENVOIE… Alors devenons une Église diocésaine qui appelle, sert et témoigne !

Nous porterons tout particulièrement dans notre prière en ce dimanche 26 avril, les jeunes qui auraient dû vivre leur profession de foi, ainsi que la communauté Anges et Lumière (du mouvement Foi et Lumière) qui devait vivre sa rencontre annuelle avec la communauté du Carmel.

Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.

Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

Pour voir les informations paroissiales cliquer sur ce lien

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Exultez de joie, peuples de la terre (I 508)

R/ Exultez de joie, peuples de la terre, la mort est vaincue, le Christ est vivant ! (bis)

1. Que soient remplis d´allégresse les déserts et terres arides,
Que la steppe exulte et fleurisse, qu´elle se couvre de fleurs.

2. Nous verrons la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu,
Son bonheur et son allégresse, sur nous resplendirons

3. Allez annoncer aux nations : ´Votre Seigneur est vainqueur´,
Fortifiez les mains affaiblies, les genoux qui chancellent.

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.

Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.

En ce 3ème dimanche de Pâques, et en communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : J’ai vu l’eau vive de Keur Moussa

  • 1 -
    J’ai vu l’eau vive jaillissant du cœur du christ, Alléluia !
    J’ai vu la source devenir un fleuve immense, Alléluia !
    Tous ceux que lave cette eau seront sauvés et chanteront :
    Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !
  • 2 -
    J’ai vu le temple désormais s’ouvrir à tous, Alléluia !
    J’ai vu le verbe nous donner la paix de Dieu, Alléluia !
    Tous ceux qui croient en son nom seront sauvés et chanteront :
    Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !
  • 3 -
    Quiconque a soif du Dieu vivant, qu’il vienne à moi, Alléluia !
    Et de son cœur jaillira l’Esprit de Dieu, Alléluia !
    Jésus revient victorieux montrant la plaie de son côté,
    Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !
  • 4 -
    Celui qui mange ma chair et boit mon sang, Alléluia !
    En vérité, je vous le dis, demeure en moi et moi en lui
    Les fils de Dieu chanteront au festin de l’Agneau :
    Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !
  • 5 -
    Je suis l’étoile radieuse du matin, Alléluia !
    Voici qu’est proche mon retour, heureux celui qui croit en moi
    Voici les noces de l’Agneau et son épouse s’est parée :
    Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Gloire à Dieu : Messe de la Trinité

R/ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. (bis)

1- Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions,
Nous te rendons gloire, pour ton immense gloire.

2- Seigneur Dieu, Roi du ciel, Seigneur, Fils unique Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.

3- Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous.
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

4- Car toi seul es saint, toi seul es Seigneur, toi seul es le très haut,
Jésus Christ, avec le Saint Esprit, dans la gloire de Dieu le Père. AMEN

Prière d’ouverture :

Garde à ton peuple sa joie, Seigneur, toi qui refais ses forces et sa jeunesse ; tu nous as rendu la dignité de fils de Dieu, affermis-nous dans l’espérance de la résurrection. Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec toi Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Il n’était pas possible que la mort le retienne en son pouvoir »

Lecture du livre des Actes des Apôtres (Ac 2, 14.22b-33)

Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles. Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes. Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies. Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir. En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume : Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche : il est à ma droite, je suis inébranlable. C’est pourquoi mon cœur est en fête, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle-même reposera dans l’espérance : tu ne peux m’abandonner au séjour des morts ni laisser ton fidèle voir la corruption. Tu m’as appris des chemins de vie, tu me rempliras d’allégresse par ta présence. Frères, il est permis de vous dire avec assurance, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous. Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui. Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi : Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption. Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu

Psaume 15 (16) 1-2a.5, 7-8, 9-10, 11

R/ Tu m’apprends Seigneur le chemin de la vie.

Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait de toi mon refuge. J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Seigneur, mon partage et ma coupe : de toi dépend mon sort. »
Je bénis le Seigneur qui me conseille : même la nuit mon cœur m’avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ; il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon cœur exulte, mon âme est en fête, ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m’abandonner à la mort, ni laisser ton ami voir la corruption.
Tu m’apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie ! À ta droite, éternité de délices !

Deuxième lecture : « Vous avez été rachetés par un sang précieux, celui d’un agneau sans tache, le Christ »

Deuxième lecture : de la première lettre de st Pierre apôtre (1 P 1, 17-21)

Bien-aimés, si vous invoquez comme Père celui qui juge impartialement chacun selon son œuvre, vivez donc dans la crainte de Dieu, pendant le temps où vous résidez ici-bas en étrangers. Vous le savez : ce n’est pas par des biens corruptibles, l’argent ou l’or, que vous avez été rachetés de la conduite superficielle héritée de vos pères ; mais c’est par un sang précieux, celui d’un agneau sans défaut et sans tache, le Christ. Dès avant la fondation du monde, Dieu l’avait désigné d’avance et il l’a manifesté à la fin des temps à cause de vous. C’est bien par lui que vous croyez en Dieu, qui l’a ressuscité d’entre les morts et qui lui a donné la gloire ; ainsi vous mettez votre foi et votre espérance en Dieu.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (Messe de la Trinité)

https://www.youtube.com/watch?v=DiZ...

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)
Voici la Pâques du Seigneur au milieu de son Peuple.
Venez les invités au festin du Royaume.
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Évangile : « Il se fit reconnaître par eux à la fraction du pain »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (24, 13-35)

Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine), deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé. Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. » Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait. Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux. Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie : du diacre Bruno

Vous êtes peut-être comme moi, cet évangile d’Emmaüs, on le connait presque par cœur. Par cœur ? Peut-être, mais le connaissons-nous par le cœur ?

AVONS-NOUS DÉJÀ VÉCU DES ÉVÉNEMENTS COMME CEUX DÉCRITS DANS CET ÉVANGILE ?

Avons-nous déjà vécu une telle rencontre ? « Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux » : une rencontre où Jésus s’approche de nous, marche avec nous, alors même que nous n’avons rien demandé (les deux marcheurs n’ont pas appelé Jésus). Ce genre de rencontre où le cœur brûle ? « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures. »

Certains parmi nous pourraient témoigner de temps de grâce où, dans la parole, nous comprenons, non pas intellectuellement mais intimement et pour notre vie, qui est le Christ pour nous, comme il nous aime, nous a aimés dans sa passion : « ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » Ce qu’il attend de nous. D’autres pourraient faire de même pour des temps d’intimité, de communion avec le Seigneur, y compris à la messe, avec ce désir au cœur « reste avec nous ». D’autres encore expliqueraient comment cette relation avec le Christ les a envoyés vers d’autres, pour l’annoncer ou le servir en nos frères : « À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem ».

Il s’agit là de l’expérience que Dieu est présent au milieu de nous et cela fonde nos vies, fait naître l’enthousiasme, et pousse à l’amour de Dieu et du prochain.

RECHERCHER DES NOUVEAUTÉS ?

Je pourrais vous dire : demandez au Seigneur de vivre de telles rencontres si cela ne vous est pas encore arrivé. Mais s’agit-il alors d’aller à la recherche d’expériences inédites, nouvelles, sensationnelles ? Ce serait une vision étroite des choses car de telles rencontres, nous les vivons déjà !

La principale clé de lecture de ce passage de l’évangile, c’est l’eucharistie. Quatre étapes dans le récit : le Christ nous rejoint, nous parle par sa parole, nous partage le pain, nous envoie. Nous le vivons, en temps normal, à chaque messe. Cela se vit aussi de manière différente mais comparable dans les autres sacrements, et aussi dans des rencontres de groupes, de mouvements, et enfin dans la rencontre avec les gens au service desquelles nous sommes.

OU BIEN SE LAISSER RENOUVELER ?

Alors il vaut mieux que je vous dise : demandons au Seigneur, dans toutes ces occasions, d’y reconnaitre sa présence. Et pour cela, demandons-lui aussi de nous montrer comment nous y préparer.

Quelques suggestions pour la principale des rencontres : la messe. Lire à l’avance les lectures, réduire les activités qui prennent la tête quelques temps avant de partir, arriver en avance, se donner un point d’attention pour tel ou tel moment de la messe. Vous trouverez plus d’idées en fonction des rencontres, de votre vie et de votre personnalité. Peut-être ce temps de confinement vous aura-t-il permis de prendre de nouvelles habitudes, personnelles ou familiales, qu’il pourrait être bon de poursuivre ou d’adapter…

COMME LE CHRIST

Ne courrons pas vers des expériences toujours nouvelles, mais vivons de façon renouvelée celles qui nous sont données, et nous pourrons raconter « comment le Seigneur s’est fait reconnaître » à nous.

Nous pourrons alors emprunter le même chemin que le Seigneur vers Emmaüs : nous faire proches de tel frère ou sœur, connu ou inconnu, dont nous croiserons la route ; lui parler de Dieu de manière opportune, le conduire à Dieu et… disparaître à ses yeux. C’est à dire non pas couper les liens, mais s’effacer devant la relation de l’autre avec Dieu.

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus Christ notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. AMEN

Prière universelle :

Invitatoire  : Pour tous les hommes et toutes les femmes de notre monde, pour notre Eglise, supplions le Père qui a ressuscité Jésus :

Refrain : Ô Christ ressuscité, exauce-nous.

1- Ô Christ, comme pour les disciples d’Emmaüs, aide nos dirigeants à te reconnaître lorsque tu marches à leurs côtés et aide-les à prendre les décisions qui permettront à notre société de grandir dans l’épreuve que nous traversons. Ô Christ ressuscité, exauce-nous.

2- Ô Christ, les disciples d’Emmaüs t’ont demandé de rester avec eux le soir quand le jour baisse. Veille sur tous ceux qui se préparent à te rencontrer au terme de leur vie sur terre et sur toutes les familles endeuillées par cette pandémie. Ô Christ ressuscité, exauce-nous.

3- Ô Christ, accompagne ton peuple privé de sacrements, en particulier les fiancés dont le mariage est repoussé et les catéchumènes dont le baptême a été reporté. Garde-les dans ton espérance. Ô Christ ressuscité, exauce-nous.

4- Ô Christ, nous te prions pour toutes les familles de la terre, trésors de l’humanité. Apprends-leur à marcher avec Toi dans la vie de tous les jours pour qu’elles deviennent le lieu de Ton amour et de Ta paix. Ô Christ ressuscité, exauce-nous.

Prière de conclusion : Seigneur, exauce nos prières. La résurrection du Christ est source d’espérance. Daigne la révéler à celles et ceux qui ne croient plus en l’avenir et en la vie. Nous t’en supplions par Jésus, le Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec toi, Père, et le Saint Esprit maintenant pour les siècles des siècles. Amen.

Quête :

Il est toujours possible de verser sa participation à la quête paroissiale de plusieurs manières : Se faire un panier de quête à domicile où on cotise à chaque célébration et que l’on remettra à la messe dominicale à la sortie du confinement ; ou donner via le site national dédié pour la quête ( https://donner.catholique.fr/quete/ )  ; ou donner via l’application smartphone « la quête » ; ou faire un don pour sa paroisse ou au diocèse via le bouton dédié sur le site diocésain

3. Liturgie de l’eucharistie :

La messe est dite ce dimanche pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde.

Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

v Intentions demandées pour le dimanche 26 avril : Famille GAUTIER-BAUMARD-POSTEL ; Joseph et Gilles PREAUBERT et leur famille ; Famille PERRARD-GILLIER ; M. Denis RAMBAUD et sa famille ; Familles ROUSSEAU-MOISY ; Famille BENOIST-MACHARD.

v Mme Geneviève DELAUNAY, Mme Marie-Claude MARTIN, dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

v Intentions pour la semaine à venir :

Mardi 28 – Pour la communauté du Carmel (élections) ; au mémento des vivants Blandine DU BOUCHERON.

Notre Père  :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

Communion  :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Prière pour aider à vivre la communion spirituelle :

Seigneur Jésus, toi le Ressuscité, je crois que tu es réellement présent
dans le Très Saint Sacrement de l’Eucharistie.

Je crois que tu te donnes à ton Église et que tu veux te donner à moi
dans ce sacrement de ta vie livrée par amour.

Je crois que tu te tiens à ma porte et que tu frappes ;
et je sais que, si quelqu’un entend ta voix et ouvre sa porte,
tu entreras chez lui pour souper, toi près de lui, lui près de toi.

Tu connais le vrai désir que j’ai de te recevoir
pour que ma vie soit une véritable offrande pour ta gloire et le salut du monde.

Mais, puisque je ne peux pas te recevoir sacramentellement, maintenant,
viens spirituellement faire ta demeure en moi et me fortifier de ta présence.

Fais que jamais je ne sois séparé de toi et que, par toi,
je sois uni au Père et à mes frères, les hommes.

Amen.

(Prière du P. François GOURDON, curé de la cathédrale, relayée par le site du diocèse)

Chant : Marche avec nous (X 60-26)

1. Marche avec nous, Jésus ressuscité, partage nos chemins, nos doutes, nos blessures,
A l’heure où nos espoirs ne sont que vanité́, que ta voix nous rassure.

R/ Il n’est pas d’autre signe de vie que de donner l’amour, nous l’avons reconnu à la tombée du jour,
alors qu’en nous se lève l’étoile du matin.

2. Explique-nous, Jésus ressuscité, ce que l’intelligence ne peut pas savoir,
Au feu des prophéties nos âmes vont brûler et commencer à croire.

3- Reste avec nous, Jésus ressuscité, nos faims ont épuisé nos terres intérieures.
Mais ton action de grâce et ton pain partagé renouvellent nos heures.

4. Béni sois-tu, Jésus ressuscité, aucun soir ne pourra ravir en nous la joie,
Et le cœur de l’Église est un ardent brasier dont la flamme témoigne.

4. Liturgie de l’envoi :

Bénédiction  :

Que le Seigneur vous tienne en sa bénédiction, qu’il répande sur vous sa grâce, qu’il vous instruise par sa Parole de vérité, qu’il vous forme par l’Evangile du salut et rende vos cœurs plus riches d’amour fraternel. Et que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit. — Amen.

Chant final : Missionnaire de la joie de l’Évangile

R/ Le Seigneur nous envoie pour annoncer la joie, la joie de l’Évangile.
Le Seigneur nous confie la mission de l’amour, l’amour du Dieu d’amour.

1- Comme le Père m’a envoyé, pareillement moi je vous envoie. Allez et témoignez !
4- Ainsi je suis le Bon Berger, et je connais chacun par son nom. Allez et témoignez !

2ème dimanche de Pâques – 19 avril 2020 - Dimanche de la Miséricorde, En communion de prière.

Depuis l’an 2000, le deuxième dimanche de Pâques est dit « Dimanche de la Miséricorde ».


Il a été institué par le pape Saint Jean Paul II le jour de la canonisation de Sainte Faustine, une religieuse polonaise à qui le Christ avait fait cette révélation : « La Fête de la Miséricorde est issue de mes entrailles ; je désire qu’elle soit fêtée solennellement le premier dimanche après Pâques ».
Mais qu’est-ce que la Miséricorde ? La Miséricorde est une attitude caractéristique de Dieu qui peut le définir tout entier : Elle est l’expression de l’attention extrême que Dieu le Père porte à tous ses enfants. Il se laisse toucher au plus profond de lui-même par tout ce que vit l’homme pour lui venir en aide et prendre soin de lui. La Miséricorde fait partie de la profession de foi du Peuple de Dieu dans la Bible comme par exemple dans le psaume 102 (103), 8-9 : « Le Seigneur est miséricordieux et compatissant, lent à la colère et riche en bonté. » Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus disait ainsi que Dieu n’est qu’amour et miséricorde.
En ce temps pascal, célébrer la Miséricorde de Dieu est une manière particulière d’accueillir la Bonne Nouvelle de la Résurrection de Jésus : Dieu ne veut pas que l’homme se perde ; il lui fait le don de la vie éternelle, expression totale de son amour miséricordieux.
Avec toute l’EAP, nous vous redisons notre amitié fraternelle.
Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse

Liturgie préparée par l’équipe de Nicole.

1. Liturgie de l’accueil :

Chant d’ouverture : Dieu de miséricorde (I 37-40)

R. Dieu de miséricorde, Tu nous aimes pour la vie.
Dieu de miséricorde, par Jésus, tu nous guéris.
Avec lui, nous rendons grâce, Alléluia, Alléluia !
Gloire à Toi le Dieu de Pâques, Alléluia, Alléluia !

1. Par ton fils ressuscité, tu réveilles notre foi.
Le sauveur aux mains percées nous libère par sa croix.
Il se montre à ses amis, et la peur s’évanouit.

4. Sur la route d’Emmaüs deux marcheurs l’ont rencontré.
Leurs yeux s’ouvrent aux Écritures et leur cœur est embrasé.
Ils découvrent l’Inconnu en voyant le pain rompu.

6. Par l’unique et bon Pasteur, Dieu prend soin de ses brebis ;
elles suivent avec ferveur le Berger qui les conduit.
Quelle joie dans le troupeau des fidèles au cœur nouveau !

Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Amen.
Que la grâce de Jésus notre Seigneur, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint, soient toujours avec nous.

En ce dimanche de la Miséricorde, et en communion de prière les uns avec les autres en paroisse et avec toute l’Eglise, tournons-nous vers notre Dieu Sauveur et accueillons la grâce de son pardon :

Demande de pardon : Messe de la Trinité

Seigneur Jésus, Parole éternelle du Père, tu viens illuminer les ténèbres de nos cœurs, prends pitié !
Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Ô Christ, Verbe fait chair de notre chair, tu veux nous donner part à ta divinité, prends pitié !
Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié de nous, Ô Christ, prends pitié. (bis)

Seigneur Jésus, élevé dans la gloire, tu répands en nos cœurs l’eau vive de l’Esprit, prends pitié !
Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié de nous, Seigneur, prends pitié. (bis)

Gloire à Dieu : Messe de la Trinité

R/ Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. (bis)

1- Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions,
Nous te rendons gloire, pour ton immense gloire.

2- Seigneur Dieu, Roi du ciel, Seigneur, Fils unique Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père.

3- Toi qui enlèves le péché du monde, prends pitié de nous.
Toi qui enlèves le péché du monde, reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père, prends pitié de nous.

4- Car toi seul es saint, toi seul es Seigneur, toi seul es le très haut,
Jésus Christ, avec le Saint Esprit, dans la gloire de Dieu le Père. AMEN

Prière d’ouverture  :

Dieu de miséricorde infinie, tu ranimes la foi de ton peuple par les célébrations pascales ; augmente en nous ta grâce pour que nous comprenions toujours mieux quel baptême nous a purifiés, quel Esprit nous a fait renaître, et quel sang nous a rachetés. Par Jésus le Christ notre Seigneur qui vit et règne avec toi Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

2. Liturgie de la Parole :

Première lecture : « Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun »

Lecture du livre des Actes des Apôtres (Ac 2, 42-47)

Les frères étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. La crainte de Dieu était dans tous les cœurs à la vue des nombreux prodiges et signes accomplis par les Apôtres. Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun ; ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous en fonction des besoins de chacun. Chaque jour, d’un même cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple, ils rompaient le pain dans les maisons, ils prenaient leurs repas avec allégresse et simplicité de cœur ; ils louaient Dieu et avaient la faveur du peuple tout entier. Chaque jour, le Seigneur leur adjoignait ceux qui allaient être sauvés.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu

Psaume 117 (118)

R/ Rendez grâce au Seigneur ; il est bon ! Éternel est son amour.

Oui, que le dise Israël : Éternel est son amour !
Que le dise la maison d’Aaron : Éternel est son amour !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur : Éternel est son amour !
.
On m’a poussé, bousculé pour m’abattre ; mais le Seigneur m’a défendu.
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ; il est pour moi le salut.
Clameurs de joie et de victoire sous les tentes des justes.
R/
La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle ;
C’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux.
Voici le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !
R/

Deuxième lecture : « Il nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus Christ »

Deuxième lecture : de la première lettre de st Pierre apôtre (1 P 1, 3-9)

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne connaîtra ni corruption, ni souillure, ni flétrissure. Cet héritage vous est réservé dans les cieux, à vous que la puissance de Dieu garde par la foi, pour un salut prêt à se révéler dans les derniers temps. Aussi vous exultez de joie, même s’il faut que vous soyez affligés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d’épreuves ; elles vérifieront la valeur de votre foi qui a bien plus de prix que l’or – cet or voué à disparaître et pourtant vérifié par le feu –, afin que votre foi reçoive louange, gloire et honneur quand se révélera Jésus Christ. Lui, vous l’aimez sans l’avoir vu ; en lui, sans le voir encore, vous mettez votre foi, vous exultez d’une joie inexprimable et remplie de gloire, car vous allez obtenir le salut des âmes qui est l’aboutissement de votre foi.

– Parole du Seigneur. - Nous rendons grâce à Dieu.

Acclamation de l’évangile : Alléluia (Messe de la Trinité)

Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)
Voici la Pâques du Seigneur au milieu de son Peuple.
Venez les invités au festin du Royaume.
Alléluia, Alléluia, Alléluia, Alléluia (bis)

Évangile : « Huit jours plus tard, Jésus vient »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (20, 19-31)

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

– Acclamons la Parole de Dieu. – Louange à toi Seigneur Jésus.

Homélie : du P. Jean-Paul

« En ce premier jour de la semaine… ». Cette note présente dans tous les évangiles nous indique que la Résurrection ouvre une nouvelle création, une nouvelle histoire pour notre humanité, une vie nouvelle inaugurée en Jésus, le Ressuscité du matin de Pâques.

Une seconde note devrait attirer également notre attention : « Alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. » Beaucoup d’entre nous avons dans nos poches des clefs : pour ouvrir les portes de nos maisons, de nos boites à lettre, pour démarrer nos voitures… L’Evangile de ce dimanche nous suggère que Jésus Ressuscité est la clef qui nous permet d’accéder à la vie avec Dieu. Jésus, enfermé dans la mort du tombeau, a reçu de Dieu le pouvoir de déverrouiller tous nos enfermements dans la mort pour nous ouvrir à la vie éternelle. Par sa résurrection, Jésus affirme que la mort, le mal, la souffrance n’auront plus jamais le dernier mot.

Il est d’ailleurs frappant de voir comment l’Evangile nous présente par deux fois, sans Thomas puis avec Thomas, le groupe de disciples enfermé dans une maison dont toutes les portes sont verrouillées. L’expérience de la résurrection vient déverrouiller leurs vies : Jésus leur donne sa paix et le don de son Esprit pour ouvrir toutes leurs portes, à commencer par celles de leurs cœurs, et pour les libérer de toutes peurs afin de faire d’eux des témoins !

En effet, le mot « résurrection » est un mot qui veut dire se mettre debout, se lever, se réveiller. Il n’évoque pas un simple retour à la vie, mais un réel passage à une vie nouvelle. Dès lors, lorsque nous voyons autour de nous des hommes et des femmes se mettre debout, se réveiller de leurs torpeurs, pour que ça change autour d’eux, pour déverrouiller des portes fermées afin de favoriser un mieux-être, un meilleur vivre ensemble, nous pouvons y reconnaître des signes de la résurrection déjà à l’œuvre.

Le pape François a très bien décrit cela dans la finale de son exhortation La Joie de l’Evangile : « La résurrection de Jésus n’est pas un fait relevant du passé ; elle est une force de vie, une force sans égale. Jésus le Vivant ne nous abandonne pas. La résurrection du Christ produit partout les germes d’un monde nouveau. Jésus n’est pas ressuscité pour rien. Dieu peut agir en toutes circonstances. Chaque personne peut être sûre qu’aucune de ses œuvres faites avec amour ne sera perdue. Tout cela envahit le monde, comme une force de vie. » C’est l’expérience de Thomas à qui Jésus dit : « Cesse d’être incrédule, sois croyant ! »

Oui, la foi peut transporter des montagnes ! Et la première lecture des Actes des Apôtres nous indique la voie à suivre : Etre chrétien, croire en la résurrection, c’est vivre tous ensemble d’un seul cœur, mettant en pratique les trois piliers de la foi : l’accueil de la Parole (l’enseignement des Apôtres), la fraternité en acte et en vérité (la communion fraternelle), la fraction du pain et les prières (la vie sacramentelle et spirituelle).

En ces semaines où le monde lutte pour stopper un coronavirus qui sème la mort, répandons un anti-virus qui devrait devenir tout aussi contagieux : le virus de la Vie en Christ, le virus de l’amour fraternel, de l’ouverture à la dimension transcendante de toute vie. Sommes-nous « des contagieux de la foi » ? Proposons-nous la clef du Christ Jésus Ressuscité d’entre les morts comme une source de vie qui peut venir ouvrir tous nos verrous fermés ?

Les signes et les prodiges de l’amour ne doivent pas être réservés à la première Eglise formée par les Apôtres ; ce sont aussi les signes et les prodiges de l’Eglise d’aujourd’hui ! Il est temps de nous lever de nos tombeaux, de tout ce qui nous enferme. Oui, l’Eglise doit être profondément un mouvement vers les hommes et un mouvement vers Dieu. Le cœur de l’Eglise bat au double rythme de l’amour de Dieu et de l’amour du prochain.

C’est toute la signification de ce dimanche de la Miséricorde instauré par le pape Saint Jean-Paul II lors du grand jubilé de l’an 2000, jour où il canonisa une religieuse polonaise, Sainte Faustine, qui avait eu cette révélation du Christ : « La Fête de la Miséricorde est issue de mes entrailles, je désire qu’elle soit fêtée solennellement le premier dimanche après Pâques ».

Saint Jean-Paul II a beaucoup médité la Miséricorde de Dieu, lui qui a connu l’enfer du nazisme et du communisme, véritable négation des libertés humaines et religieuses. Il a œuvré pour que tombent bien des mûrs dont le mur du bloc de l’Est, et il a demandé pardon pour les péchés de l’Eglise lors de ce Grand Jubilé. Miséricorde, en latin « miseri-cordia », c’est-à-dire « cœur sensible à toute misère », évoque le bel élan de la fête de Pâques. Le cœur transpercé de Jésus sur la croix et sa résurrection d’entre les morts nous permettent d’entrevoir le cœur grand ouvert de Dieu qui se laisse toucher par la misère des hommes pour guérir par son amour toutes les blessures de nos péchés, pour abattre tous les murs qui nous séparent de Dieu et les uns des autres.

La Miséricorde est le propre de Dieu et doit devenir l’attitude de chacun de nous. Dieu vérifie nos cœurs au creuset de son amour comme nous le rappelait St Pierre dans la seconde lecture. En ce dimanche, laissons Dieu déverrouiller nos cœurs et ouvrons-nous sans retenu à son amour infini !

Profession de foi : Symbole des Apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre.
Et en Jésus Christ notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. AMEN

Prière universelle :

Invitatoire : Sûrs de notre foi et confiants en la miséricorde du Père, présentons-lui nos demandes pour les hommes et les femmes de notre temps :

Refrain  : Entends nos appels et sauve-nous.

1- Père de miséricorde, en ce jour de clôture de l’octave de Pâques, regarde ton Église. Pour qu’elle annonce ton amour jusqu’aux extrémités de la terre nous te prions.

2- Père de miséricorde, vois le mal qui sévit encore sur cette terre. Pour que les responsables politiques et humanitaires bâtissent un monde plus fraternel nous te prions.

3- Père de miséricorde, entends la souffrance de tous ceux qui, en ces moments difficiles, dans tous les pays surmontent leur peur ou leur fatigue pour aider les autres : soigner, nourrir, réconforter, renseigner. Nous te prions.

4- Père de miséricorde, tu connais nos communautés chrétiennes avec leurs richesses et leurs limites. Pour que notre communauté vive selon l’amour fraternel des premiers chrétiens nous te prions.

Prière de conclusion  : Père de tendresse et d’amour, toi dont nous célébrons la miséricorde, accueille favorablement la prière que nous t’adressons pour tous nos frères. Nous te le demandons par Jésus, le Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec toi, Père, et le Saint Esprit maintenant pour les siècles des siècles. Amen.

Quête  :

Il est toujours possible de verser sa participation à la quête paroissiale de plusieurs manières : Se faire un panier de quête à domicile où on cotise à chaque célébration et que l’on remettra à la messe dominicale à la sortie du confinement ; ou donner via le site national dédié pour la quête ( https://donner.catholique.fr/quete/ )  ; ou donner via l’application smartphone « la quête » ; ou faire un don pour sa paroisse ou au diocèse via le bouton dédié sur le site diocésain

3. Liturgie de l’eucharistie :

La messe est dite ce dimanche pour tous les membres de la paroisse, pour l’Eglise et le monde.
Elle est célébrée aux intentions particulières de ce dimanche :

Intentions demandées pour le dimanche 19 avril  : M. Philippe RICHARD ; Vivants et défunts d’une famille ; Familles ROUSSEAU-MOISY ; Famille FRUNEAU-ROUILLARD ; pour la paroisse.
Mme Odile GODINEAU, M. Henri MERCERON, Mme Marie-Josette MAILLET, dont nous avons célébré les funérailles cette semaine.

Intentions pour la semaine à venir :
Mardi 21 – Hubert (oncle de Sr Charlotte-Marie) ; au mémento des vivants Esther COUETOUX.

Notre Père  :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Amen.

Communion  :

Même si nous ne pouvons pas communier physiquement, nous demeurons le Corps du Christ uni par un même Esprit et nous pouvons vivre la COMMUNION SPIRITUELLE ou COMMUNION DE DÉSIR.

La communion spirituelle ou communion de désir est l’union à Jésus présent dans l’Eucharistie, non en la recevant corporellement et sacramentellement, mais par un Désir du cœur procédant d’une grande foi en la Personne du Christ Sauveur. C’est un moyen de s’unir au Christ pour toutes les personnes qui ne peuvent pas communier corporellement : les catéchumènes, les personnes isolées ou loin d’un lieu de célébration, les personnes dont la situation matrimoniale ne le permet pas, et toute personne empêchée de rejoindre leur lieu liturgique habituel comme c’est le cas en ce moment avec cette période de confinement. La communion de Désir ou Communion Spirituelle « consiste dans un ardent désir de recevoir Jésus et dans un sentiment affectueux comme si on l’avait reçu » (Saint Thomas d’Aquin).

Nous pouvons nous associer à la prière de communion spirituelle ou communion de désir que le pape François nous propose :
« Mon Jésus, je crois à Ta présence dans le Très Saint Sacrement. Je T’aime plus que toute chose et je désire ardemment Te recevoir dans mon âme. Puisque je ne puis maintenant Te recevoir sacramentellement, viens au moins spirituellement dans mon cœur. Comme si tu y étais déjà venu, je T’adore tout entier et je m’unis à Toi. Ne permets pas que j’ai le malheur d’être séparé de Toi. » (Saint Alphonse de Liguori)

Chant : Marche avec nous (X 60-26)

https://www.youtube.com/watch?v=TGU...

1. Marche avec nous, Jésus ressuscité, partage nos chemins, nos doutes, nos blessures,
A l’heure où nos espoirs ne sont que vanité́, que ta voix nous rassure.

R/ Il n’est pas d’autre signe de vie que de donner l’amour, nous l’avons reconnu à la tombée du jour,
alors qu’en nous se lève l’étoile du matin.

2. Explique-nous, Jésus ressuscité, ce que l’intelligence ne peut pas savoir,
Au feu des prophéties nos âmes vont brûler et commencer à croire.

3- Reste avec nous, Jésus ressuscité, nos faims ont épuisé nos terres intérieures.
Mais ton action de grâce et ton pain partagé renouvellent nos heures.

4. Béni sois-tu, Jésus ressuscité, aucun soir ne pourra ravir en nous la joie,
Et le cœur de l’Église est un ardent brasier dont la flamme témoigne.

4. Liturgie de l’envoi  :

Bénédiction solennelle :

Par la résurrection de son Fils unique, Dieu vous a fait la grâce du salut, il a fait de vous ses enfants : ensemble, bénissez-le pour une telle adoption. — Amen.

En vous reprenant ainsi dans son Fils, il vous a offert sa propre liberté : qu’il vous donne part à sa vie éternelle. — Amen.

Dans le baptême, vous êtes déjà ressuscités avec le Christ, vivez dès maintenant en enfants du Royaume. — Amen.

Et que Dieu tout-puissant nous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint-Esprit. — Amen.

Chant final : Il s’est manifesté (Edit 15-76)

R/ Il s’est manifesté, nous l’avons rencontré, venez et voyez !
Venu pour nous sauver, Il est ressuscité, Jésus est le Seigneur !

1- Nos yeux l’ont reconnu et nos mains l’ont touché, nous avons entendu la Parole de vie.

2- Envoyé par le Père, consacré par l’Esprit, Jésus est la lumière qui nous donne la vie.

Pour vivre une démarche de réconciliation

Dans le message adressé aux prêtres du diocèse, Mgr Emmanuel Delmas nous rappelle que si « ce temps de confinement bouleverse nos habitudes et la vie de nos communautés chrétiennes, il n’est pas synonyme, pour autant, d’arrêt de nos activités. L’épidémie qui nous touche en ce temps du carême, mais plus précisément encore en ce temps de la Passion qui s’ouvre devant nous, n’est pas sans signification. L’Amour de Dieu pour notre humanité dans le don de son Fils ouvre un chemin de lumière dans la nuit de notre monde. Ce temps de la Passion est précieux pour nous renouveler intérieurement. Laissons-nous convertir par le Seigneur. »

Monseigneur Delmas nous invite ainsi à méditer sur le sens du sacrement de pénitence et de réconciliation qui a une place essentielle à l’approche de la fête de Pâques. Même si en cette circonstance exceptionnelle, il sera célébré de façon décalée lorsque nous aurons retrouvé une situation habituelle, il est important d’ouvrir cette « possibilité de demander pardon pour nos péchés dans notre cœur et de demander la contrition en cette semaine sainte, avec la ferme résolution de rencontrer un prêtre personnellement, lorsque nous aurons retrouvé une situation normale. »

Préparée avec Christine, responsable du service de la pastorale de la santé sur notre paroisse, je vous propose cette liturgie pénitentielle pour mettre le pardon au cœur de cette fin de Carême.

Fraternellement. Jean-Paul Avrillon, curé de la paroisse.

Pour vivre la réconciliation à la maison

Chant accompagnant la demande de pardon :

Je veux voir les informations paroissiales.
Pour suivre le déroulement de la messe du 5ème dimanche de carème, cliquer sur l’image :

Je peux voir le déroulement de la Messe du 5ème dimanche de carême.


Autres propositions paroissiales

En ces temps où nous sommes contraints de rester chez nous, nous proposons de nous en dire plus ;

Petit bonheur du confinement chez ... Famille Beneteau

[(Si vous le souhaitez vous pouvez nous envoyer par mail, une prière, un texte, une vidéo, un dessin, des nouvelles de vous, une intention...
un simple petit bonheur de votre famille...

Retrouvez tous ces cadeaux sur "un simple petit bonheur de votre famille",

A vos créations...!! Partageons "un petit bonheur du confinements" )]

CIMETIÈRE DE L’OUEST - "On se sent le gardien de tous ces morts" Extrait de Bonne Nouvelle en Outre Maine n°42.

[Beaucoup de familles vont se recueillir sur leurs tombes le dimanche des Rameaux.
C’est le cas au cimetière de l’Ouest, qui s’apprête à s’agrandir. Yolande Pignon, responsable des cimetières d’Angers, fait le point.
Au cimetière de l’Ouest, herbes folles et pâquerettes confirment le printemps tout en attestant des normes “zéro phyto”. “Au début, les gens se montraient un peu fâchés. Aujourd’hui ils s’en félicitent. La verdure ajoute à l’atmosphère apaisante du lieu”, remarque Yolande Pignon, responsable des cimetières à la Ville d’Angers. Lire la suite...]->https://stlazarestnicolas.diocese49...]

Couverture BNOM avril 2020
Je donne à la quête
Merci aux paroissiens de faire connaître leurs bonnes idées pour continuer à faire paroisse !!!

N’hésitez pas à recueillir les mails de tous pour faire suivre les propositions.

Informez-nous s’il est nécessaire de faire suivre des propositions aux personnes non connectées.

Tél. : 02 41 48 15 29
stlazarestnicolas chez diocese49.org